Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jason Holzer | 24 août 2017

Cinq tendances qui pourraient avoir une incidence sur les sociétés mondiales à petite capitalisation

La seule constante, c’est le changement – et le marché mondial en constitue certainement la preuve. Alors que nous examinons nos perspectives pour le reste de l’année, nous observons de nombreux changements possibles qui pourraient avoir une incidence sur les fonds internationaux de sociétés à petite capitalisation et de toutes capitalisations. Voici les cinq tendances qui auront, selon nous, l’incidence la plus importante – et les façons dont l’équipe de croissance internationale et mondiale d’Invesco entend y réagir.

1. De la poudre sèche pourrait être utile dans le cas d’une correction

D’abord, il y a toujours une possibilité de correction du marché, auquel cas nous sommes d’avis que notre équipe est en bonne position, avec une exposition à des actions de sociétés à petite capitalisation à deux chiffres dans notre Catégorie croissance européenne Invesco toutes capitalisations, qui affichait une exposition de 36,94 % aux sociétés à petite capitalisation à la fin du deuxième trimestre.

2. La volatilité pourrait receler des occasions

Il existe également une possibilité que la volatilité augmente par rapport aux très faibles niveaux actuels, ce qui pourrait jouer en notre faveur car cela rehausserait notre éventail d’occasions si des sociétés de grande qualité étaient touchées de manière négative par la volatilité du marché, réduisant ainsi le prix de leurs titres. Cela pourrait également donner un coup de pouce à certains de nos titres en portefeuille.

3. Des taux d’intérêt plus élevés pourraient aussi entrer en jeu

Nous sommes d’avis que nous serions en bonne position dans ce cas, puisque nos titres de société à petite capitalisation, en moyenne, disposent d’une trésorerie nette – ce qui signifie que non seulement elles pourraient toucher plus d’argent sur leurs soldes, mais aussi bénéficier d’un avantage concurrentiel alors que des pairs endettés plus prononcé ressentiront une pression.

En outre, des taux d’intérêt plus élevés pourraient favoriser les titres de banques de détail. Au 30 juin 2017, dans la Catégorie croissance européenne Invesco, nous détenions des titres de la Israël Discount Bank1. Cette banque pourrait bénéficier davantage d’une révision rapide des éléments d’actif que des dépôts.

4. Les normes sur les informations à fournir seront modifiées à l’égard des contrats de location-exploitation

On s’attend aussi à ce que les contrats de location-exploitation dorénavant soient l’objet d’une attention accrue. La nouvelle Norme internationale d’information financière, IFRS 16, entrera en vigueur en 2019. Habituellement, les contrats de location-exploitation n’attirent pas beaucoup l’attention, mais ils constituent essentiellement une dette hors bilan. Le côté vendeur en fait rarement mention dans les rapports, mais notre équipe a toujours étroitement examiné cet aspect, le traitant comme un élément de dette. Avec des portefeuilles de grands magasins et des contrats de location connexes, le secteur de la vente au détail sera le plus touché par ce changement. Au 30 juin 2017, nous ne détenions qu’un seul détaillant dans la Catégorie croissance européenne Invesco.

5. Moins d’analystes pourraient couvrir les sociétés à petite capitalisation

Enfin, nous prévoyons un recul de la couverture des analystes à l’égard des sociétés à petite capitalisation à l’avenir. Une des principales raisons tient dans la norme intitulée Directive sur les marchés d’instruments financiers (MiFID) II en Europe, qui entrera en vigueur au début de 2018. Essentiellement, cette directive dissociera les commissions de recherche des commissions de négociation, accélérant l’attrition des analystes du côté vendeur et, probablement, entraînant une baisse de l’attention portée aux sociétés à petite capitalisation.

Notre équipe a de beaucoup réduit l’importance de la recherche du côté vendeur, et nous détenons un grand nombre de titres ne faisant l’objet d’aucune couverture par des analystes. Puisque nous avons déjà traité de l’enjeu de la baisse de la couverture par des analystes, nous voyons ce scénario comme un élément positif pour notre fonds comparativement à nos pairs.

Les prises de contrôle : une constante

En dépit de l’accent que nous mettons sur les aspects de changement potentiels dans l’univers des placements, il est important de tenir compte d’un élément qui, selon nous, ne changera pas : les prises de contrôle. Nous considérons que les prises de contrôle continueront d’être des facteurs favorables aux sociétés à petite capitalisation. D’autre part, le flux de capitaux privés ne se tarit pas avec d’importantes levées de fonds, mais les acheteurs professionnels sont très actifs au sein des fusions et acquisitions. Nous croyons que cette tendance pourrait nous avantagé. Nous mettons l’accent sur les bénéfices, la qualité et l’évaluation pour cerner des sociétés à petite capitalisation dont l’évaluation est attrayante pour nos investisseurs, et ces caractéristiques devraient aussi faire de ces sociétés, à notre avis, de bonnes cibles de prise de contrôle.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1Au 30 juin 2017, la Israel Discount Bank formait 1,43 % de l’actif de la Catégorie croissance européenne Invesco.

Le rendement d’un placement dont les émetteurs sont concentrés dans une région ou un pays devrait être étroitement lié aux conditions qui prévalent dans ladite région et être plus volatil que les placements diversifiés sur le plan géographique.

Les risques liés aux placements dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris les marchés émergents, peuvent inclure les fluctuations de change, l’instabilité économique et politique et les particularités fiscales des pays étrangers.

Les actions des sociétés à petite et moyenne capitalisation ont tendance à être davantage exposées aux changements défavorables et peuvent être plus volatiles ou moins liquides, ou être soumises à des restrictions relativement à leur revente.

Les actions des sociétés en croissance ont tendance à être plus sensibles aux variations de gains et peuvent être plus volatiles.

Les fonds sont assujettis à certains autres risques. Veuillez consulter les plus récents prospectus pour obtenir plus de renseignements à propos des risques associés au fait d’investir dans les fonds.

Les titres en portefeuille varient et ne constituent pas des recommandations d’achat ou de vente.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *