Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 11 janvier 2018

Décortiquer un scénario économique à la Boucle d’or

La semaine dernière, le rapport sur le taux d’emploi aux États-Unis faisait état de la création de seulement 148 000 emplois non agricoles en décembre.1 Ce chiffre est nettement inférieur aux prévisions et au résultat du mois précédent. Or, il se pourrait que nous soyons en présence d’un rapport sur l’emploi à la Boucle d’or : ni assez encourageant pour apaiser les craintes d’une détérioration de l’économie, mais suffisamment bon pour supposer une surchauffe de l’économie.

Pourquoi est-ce important? L’un des principaux risques dont il faudra se méfier en 2018 est la possibilité que les banques centrales retirent leurs mesures d’assouplissement monétaire plus rapidement que prévu parce qu’elles craignent une trop forte croissance économique. Ce rapport sur l’emploi devrait apaiser les craintes de la Réserve fédérale américaine, du moins pour le moment. Par exemple, le taux de chômage sommaire est demeuré inchangé à 4,1 % et le taux U6 (la mesure la plus large du taux de chômage, qui inclut les travailleurs découragés et sous-employés) a augmenté, passant de 8 à 8,1 %.1 Et, bien que le salaire horaire moyen soit en hausse de 0,3 % sur un mois, on note des révisions à la baisse pour les mois précédents, si bien que le taux de croissance annuel n’est que de 2,5 %.1

Les scénarios à la Boucle d’or se multiplient à l’échelle mondiale

On observe la même situation dans la zone euro. L’économie accélère à un rythme impressionnant. Les économistes de la Banque centrale européenne (BCE) prévoient que le taux de croissance final de la zone euro va atteindre 2,4 % pour 2017. Cela constitue une forte révision à la hausse par rapport à l’estimation d’il y a un an à peine, alors qu’elle prévoyait un taux de croissance de 1,7 % pour 2017.2 Parallèlement, le taux d’inflation demeure très bas. L’estimation préliminaire de l’inflation dans la zone euro (ZE19) en décembre se chiffrait au taux annualisé de 1,4 %, ce qui est inférieur au taux annualisé de 1,5 % enregistré en novembre.3 Ces données vont sans aucun doute faire grimper les marchés boursiers européens vendredi. Cela tient au fait que les investisseurs se disent que, même si la croissance accélère, le taux d’inflation est suffisamment bas pour éviter que la BCE n’accélère la cadence du retrait graduel des mesures d’assouplissement quantitatif.

Le Japon se trouve lui aussi dans un scénario à la Boucle d’or. La croissance économique a accéléré considérablement et, même si le taux d’inflation a augmenté, il demeure relativement bas.

Par conséquent, nous nous trouvons dans une situation très enviable, à savoir une croissance mondiale sensiblement synchronisée assortie de faibles taux d’inflation. Cependant, il ne faut pas oublier que toute bonne chose a une fin. Il faut profiter de la situation tant qu’elle durera et surveiller de près les variations de taux de croissance et d’inflation. Les baisses d’impôts qui entrent en vigueur dans plusieurs pays, y compris les États-Unis et la France, pourraient être une source de croissance plus élevée. Et, évidemment, il se peut qu’on assiste à une forte croissance des salaires dans divers pays en 2018, ce qui risque de provoquer une hausse du taux d’inflation.

Peut-on s’attendre à une croissance des salaires?

Prenons l’économie américaine. Le rapport sur l’emploi de décembre fait état de pertes d’emplois dans le secteur du commerce de détail, mais de création d’emplois dans le secteur manufacturier. Fait à noter, la tendance était tout autre il y a quelques années, alors qu’on assistait à la création d’emplois dans le secteur du commerce de détail et à des pertes d’emplois dans le secteur manufacturier, ce qui, je crois, avait exercé des pressions à la baisse sur la croissance des salaires, parce que les emplois manufacturiers sont habituellement mieux rémunérés que les emplois dans le secteur du commerce de détail. Si la création d’emplois dans le secteur manufacturier se poursuit et devient une tendance durable, cela pourrait, selon moi, exercer des pressions à la hausse sur la croissance des salaires. Qui plus est, on note des augmentations du salaire minimum dans un certain nombre de municipalités aux États-Unis, ce qui risque d’exercer d’énormes pressions à la hausse sur la croissance des salaires. En décembre, le magazine Fortune a dévoilé qu’en 2018, le salaire minimum des travailleurs de 18 États américains et de 20 villes américaines va augmenter.

La croissance des salaires pourrait s’accentuer dans d’autres régions du monde à mesure que les points de pression vont se manifester :

  • IG Metall, plus gros syndicat de l’Allemagne, demande une augmentation de salaire de 6 % cette année pour ses 3,9 millions de membres. Les employeurs ont fait une contre-proposition qui prévoit une augmentation de salaire de 2 % et un versement unique au premier trimestre, mais le syndicat n’est pas satisfait de cette offre et a organisé une grève dès cette semaine4
  • L’an prochain, en Corée du Sud, le salaire minimum va faire un bond de 16,4 % pour atteindre 7 530 wons (6,65 $) l’heure, soit la plus forte hausse du salaire minimum depuis l’an 2000. Le salaire minimum cible a été fixé à 10 000 wons d’ici 2020, ce qui constitue une augmentation totale de 55 %. Cela porterait le salaire minimum en Corée du Sud à environ 70 % du salaire médian, ce qui est beaucoup plus élevé que dans d’autres grandes puissances économiques5
  • En décembre, le Japon a promulgué de nouvelles baisses d’impôts des sociétés dans le but d’inciter les entreprises à offrir des gratifications à leurs employés, notamment pour favoriser la croissance des salaires; plus précisément, le taux d’imposition va chuter à 25 % si l’entreprise augmente les salaires de 3 %6
  • Par ailleurs, un certain nombre de provinces canadiennes ont décidé d’augmenter le salaire minimum. La plupart des augmentations seront modestes, mais en Ontario le salaire minimum va augmenter de plus de 20 % cette année; il s’agit de la plus grosse augmentation du salaire minimum en plus de 40 ans, tandis qu’en Alberta, le salaire minimum devrait augmenter de plus de 10 %7

Éléments à retenir

Pour le moment, les investisseurs peuvent profiter de la conjoncture de croissance à la Boucle d’or, c’est-à-dire une croissance ni trop faible ni trop forte, ce qui, à mon avis, devrait jouer en faveur des détenteurs d’actions. Cependant, on ne peut pas ignorer le spectre d’une hausse du taux d’inflation. Cela signifie qu’il faut prendre en considération les avantages potentiels des placements qui offrent une protection contre l’inflation, comme les marchandises, les fiducies de placement immobilier (FPI), l’or et les obligations indexées sur l’inflation.

Abonnez-vous au blogue d’Invesco Canada et recevez les survols des marchés de Kristina dans votre boîte de réception.

Autres blogues de Kristina Hooper

Calcul des retombées de la réforme fiscale
18 janvier 2018

Décortiquer un scénario économique à la Boucle d’or
11 janvier 2018

Dix attentes pour 2018
5 janvier 2018

Qui surveillera le bol à punch en 2018?
21 décembre 2017

Le bitcoin : Devise numérique or tulipe numérique?
14 décembre 2017

Six grands enjeux à surveiller en décembre
6 décembre 2017

Perspectives de placement pour 2018 : Marchés mondiaux – Dix attentes pour 2018
6 décembre 2017

L’épineuse question de l’inflation
30 novembre 2017

Trois tendances macroéconomiques dont nous devrions nous réjouir
24 novembre 2017

À quel point le marché boursier est-il vulnérable?
17 novembre 2017

Neuf éléments à surveiller en novembre
9 novembre 2017

Pourquoi les manchettes géopolitiques n’ébranlent-elles pas les marchés?
2 novembre 2017

Les chefs d’États asiatiques restent au pouvoir; on ignore ce que feront les banques centrales
26 octobre 2017

Les perturbations, les divergences et la dette continuent d’influencer les marchés
19 octobre 2017

Perspectives des marchés pour le quatrième trimestre : six tendances à surveiller
5 octobre 2017

Comprendre les hauts et les bas des prix des marchandises
27 septembre 2017

La Fed va-t-elle amorcer la normalisation cette semaine?
21 septembre 2017

L’incertitude obscurcit les marchés mondiaux
14 septembre 2017

Examen du marché : Dix éléments à surveiller en septembre
8 septembre 2017

Survol des marchés : Les banquiers centraux n’ont pas abordé les grands enjeux
31 août 2017

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : U.S. Bureau of Labor Statistics.

2 Source : Banque centrale européenne.

3 Source : Eurostat. L’estimation préliminaire de l’inflation dans la zone euro (ZE19) est une première estimation, produite par Eurostat, qui vise à prédire le taux d’inflation des 19 pays de la zone euro avant leur publication officielle.

4 Source : The Local Germany, « Metalworkers start strikes for pay rise and 28-hour work week », 8 janvier 2018.

5 Source : The Economist, « South Korea’s soaring minimum wage », 25 octobre 2017.

6 Source : Global Finance Magazine, « Japan cuts corporate tax to spur growth, investments », 14 décembre 2017.

7 Sources : Gouvernement de l’Ontario et gouvernement de l’Alberta.

Renseignements importants
Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les marchandises peuvent exposer un épargnant à une plus grande volatilité que les titres traditionnels comme les actions et les obligations et leur prix peut varier considérablement en fonction de la météo, de la politique, des règles fiscales, ainsi que des changements réglementaires et de la conjoncture boursière.

Les fluctuations du prix de l’or et des métaux précieux pourraient nuire à la rentabilité des entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux. Les changements de conjoncture politique ou économique des pays où les entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux exercent leurs activités pourraient avoir une incidence directe sur le prix de l’or et des métaux précieux.

Les placements dans les titres reliés à l’immobilier peuvent être influencés par divers facteurs économiques, juridiques ou environnementaux qui ont une incidence sur la valeur des propriétés, le prix des loyers et le taux d’occupation des immeubles. Les sociétés immobilières, y compris les FPI ou les titres qui ont des structures similaires sont habituellement des sociétés à petite ou moyenne capitalisation dont les actions sont souvent plus volatiles et moins liquides.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Kristina Hooper au 8 janvier 2018. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas de ces estimations.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *