Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Christopher Doll | 23 juin 2017

Diversifier votre portefeuille de revenu au moyen de prêts privilégiés

Dans l’environnement actuel de faibles rendements, les résultats des placements à revenu fixe laissent à désirer. Bon nombre de conseillers cherchent à diversifier les portefeuilles de leurs clients au-delà des catégories d’actif à revenu fixe traditionnelles et les prêts privilégiés s’avèrent une option à taux variable intéressante pour certains épargnants.

Conjoncture actuelle

Les écarts de taux sur les obligations de sociétés canadiennes se sont affaissés considérablement depuis leurs sommets de février 2016 et se maintiennent actuellement sous leurs moyennes des 10 dernières années. Les écarts de taux sur les obligations américaines à rendement élevé se sont aussi repliés pendent la même période et se situent maintenant sous leurs moyennes historiques1. Dans les conditions actuelles de bas rendements, les épargnants recherchent des placements porteurs de revenu et la demande surpasse l’offre, donnant lieu à un resserrement des écarts de crédit. Il n’en demeure pas moins que les signaux économiques divergents, les données fondamentales plus faibles en matière de flux de trésorerie et l’incertitude politique qui sévit un peu partout dans le monde pourraient ouvrir la voie à un élargissement des écarts dans l’univers des titres à rendement élevé. De façon générale, l’élargissement des écarts de crédit pointe vers des préoccupations quant à la capacité des emprunteurs d’honorer leurs créances. C’est donc dire que le rétrécissement des écarts de crédit constitue un signe d’amélioration de la solvabilité.

Au moment d’écrire ces lignes, les écarts des titres à rendement élevé par rapport aux prêts bancaires sont étroits, potentiellement à la faveur des prêts privilégiés – avec un écart actuel de moins de 1 %. De plus, nous assistons à un retour de l’endettement au sein des bilans des sociétés américaines, tel qu’en font foi les données dette nette/BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement), et à un affaiblissement des ratios de couverture des intérêts. Les marges bénéficiaires sont beaucoup plus basses en raison de l’augmentation des salaires et du coût du crédit, tandis que les taux de défaillance sont à la hausse1.

Dans un tel contexte, une position plus défensive de vos répartitions de placements à rendement élevé serait tout indiquée en profitant des bénéfices potentiels des prêts privilégiés.

Tout savoir sur les prêts privilégiés

Les prêts privilégiés procurent un rendement attrayant par année de duration – soit le rendement sous-jacent pour chaque année de duration acceptée. Le risque lié à la duration se définit par la sensibilité du cours d’une obligation à une fluctuation de 1 pour cent des taux d’intérêt, la duration d’une obligation étant directement proportionnelle à sa sensibilité aux changements des taux d’intérêt.
Par exemple, au 31 mai 2017, l’indice S&P/LSTA U.S. Leveraged Loan 100, soit l’indice sous-jacent du PowerShares Senior Loan Index ETF (BKL), affiche un rendement à l’échéance2 de 4,38 % pour une duration de 0,08 an, soit environ 54,75 % de rendement par année de duration3. En comparaison, l’indice FTSE TMX Canada Universe Bond affiche un rendement de 1,88 % pour une duration de 7,49 ans, soit un rendement de 0,25 % par année de duration.4 Ces données représentent le rendement potentiel qu’un épargnant est en droit de s’attendre pour un certain niveau de risque de taux d’intérêt : plus le rendement par année de duration est élevé, moins le risque de taux d’intérêt auquel un épargnant doit s’exposer pour profiter d’un meilleur rendement potentiel est élevé5.

Ces chiffres illustrent l’attrait des rendements que les prêts privilégiés ont procuré malgré les écarts plus faibles. En comparant ces données à celles des obligations à rendement supérieur, où les écarts sont plus importants et les rendements plus élevés, on constate que les prêts privilégiés demeurent gagnants. Par exemple, l’indice BofA Merrill Lynch US High Yield Bond rapporte 5,54 % pour une duration de 3,68 ans, soit un rendement beaucoup plus bas de 1,51 % par année de duration1. Non seulement les prêts privilégiés procurent des rendements intéressants, mais ils contribuent à éviter le risque de taux d’intérêt que les obligations à rendement élevé peuvent présenter.

Les prêts privilégiés et le LIBOR

Le taux de référence pour les prêts privilégiés, le LIBOR (London Interbank Offered Rate) à trois mois, continue d’augmenter et se situe actuellement à 1,21 %1. La réserve fédérale américaine (la Fed) a augmenté ses taux le 14 juin 2017 pour la quatrième fois depuis décembre 2015 avec une hausse finale prévue pour la fin de l’année. D’un point de vue historique, le taux des fonds fédéraux américains et le LIBOR sont fortement corrélés, alors je crois que le LIBOR devrait évoluer à un taux supérieur au cours de l’année. Voilà pourquoi les coupons sur les prêts privilégiés seront réévalués à la hausse au cours des prochains trimestres.

Qualité du crédit et taux de défaillance

La qualité du crédit des prêts privilégiés s’est améliorée au cours de la dernière année parce que les attentes en matière de rentabilité des sociétés américaines ont augmenté et certains émetteurs ont été en mesure de refinancer leurs prêts à des taux d’intérêt plus bas et d’améliorer leur bilan2.

Le taux de défaillance des prêts privilégiés demeure très bas. Celui de l’indice S&P/LSTA U.S. Leveraged Loan a chuté à un plancher de 16 mois de 1,29 % en mai 2017. À titre de comparaison, le taux de défaillance des sociétés américaines de catégorie spéculatif était de 3,6 % à la même date. Cette donnée met en lumière l’amélioration de la qualité du crédit et le faible taux de défaillance dont les prêts privilégiés devraient profiter pendant le reste de l’année.

Profiter des occasions qu’offrent les prêts privilégiés

Considérant les écarts plus serrés et les rendements décevants au sein du marché des titres à revenu fixe, les prêts privilégiés peuvent offrir une occasion pour les épargnants de diversifier leur portefeuille de titres à revenu fixe. Ces prêts à taux variable peuvent procurer des rendements par duration attrayants, des mesures de crédit robustes et permettre de profiter de la trajectoire ascendante du LIBOR, ce qui revient à dire qu’un placement dans cet univers peut comporter un potentiel de revenu solide et représenter un outil de défense contre les hausses de taux d’intérêt. Il peut s’agir là d’une combinaison des plus avantageuses dans les conditions d’incertitudes actuelles des marchés.

PowerShares Canada offre des expositions couvertes et non couvertes au marché des prêts privilégiés au moyen de trois FNB inscrits à la Bourse de Toronto.

PowerShares Senior Loan Index ETF – CAD hedged (BKL.F)

PowerShares Senior Loan Index ETF – CAD (BKL.C)

PowerShares Senior Loan Index ETF – USD (BKL.U)

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg L.P., au 31 mai 2017. Un écart de crédit est la différence de rendement entre deux obligations d’échéance similaire mais de qualité de crédit différente. Si une obligation du Trésor des États-Unis sur 10 ans se négocie à un rendement de 6 % et qu’une obligation de société sur 10 ans se négocie à un rendement de 8 %, l’obligation de société offre un écart de 2 % par rapport à l’obligation du Trésor.

2 Le rendement à maturité est le rendement total prévu d’une obligation si elle est détenue jusqu’à la fin de son échéance. Il s’agit du taux de rendement interne d’un placement dans une obligation si un épargnant la conserve jusqu’à échéance et si tous les paiements sont versés comme prévu. Le rendement à échéance ne devrait pas être perçu comme un montant qu’un épargnant recevrait du fonds et est susceptible de changer.

3 Source : Invesco Canada, au 31 mai 2017.

4 Source : FTSE TMX Global Debt Capital Markets, au 31 mai 2017.

5 Il peut y avoir des risques additionnels associés au placement dans des prêts privilégiés. Veuillez lire le prospectus pour une description complète des risques pertinents.

6 Source : S&P Global Market Intelligence.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *