Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Christopher Doll | 9 avril 2018

Gérer les préoccupations liées aux taux d’intérêt

La volatilité accrue en février a eu une incidence à la fois sur les actions et les titres à revenu fixe, rappelant à tous les investisseurs les ravages que peut causer la fluctuation des taux d’intérêt sur leurs portefeuilles. La correction s’est produite alors que les taux des obligations américaines augmentaient, signalant une liquidation sur les marchés des titres de créance tout en rendant les actions moins attrayantes.

Les taux d’intérêt demeurent une préoccupation pour bon nombre d’investisseurs, certaines des principales banques centrales du monde entier s’orientant vers un resserrement de la politique monétaire au moyen d’une hausse des taux de financement à un jour et de la réduction ou de l’abolition des programmes d’assouplissement quantitatif.

Heureusement pour les investisseurs à la recherche de stabilité et de revenus, il existe des stratégies pour atténuer les risques associés à un contexte de hausse des taux.

Ayant déjà abordé les avantaes pouvant découler d’une stratégie d’échelonnement (lire l’article : Pourquoi les hausses de taux ne devraient pas alarmer les investisseurs qui recherchent des revenus), je traiterai maintenant des bénéfices potentiels offerts par les obligations d’État à court terme.

Les obligations d’État à court terme sont bien positionnées sur le marché canadien des titres à revenu fixe pour les investisseurs cherchant à atténuer à la fois les risques de crédit et les risques de taux d’intérêt dans leurs portefeuilles. Compte tenu de leurs cotes de crédit plus élevées et de leur sensibilité moindre aux taux d’intérêt, les obligations d’État à court terme ont tendance à offrir une mesure de stabilité.

En contrepartie, toutefois, le rendement d’un portefeuille composé uniquement d’obligations d’État canadiennes risque d’être insuffisant pour les investisseurs recherchant des revenus.

L’inclusion d’autres segments du marché des obligations d’État, comme les obligations d’organismes gouvernementaux et les obligations provinciales et municipales, dans un portefeuille offre aux investisseurs la possibilité de générer un rendement supérieur qu’un portefeuille composé uniquement d’obligations d’État du Canada à échéances et qualité de crédit similaires.

Diversification

Les obligations d’État canadiennes à court terme ont historiquement affiché une faible corrélation avec les actions canadiennes et peuvent diminuer la volatilité globale du portefeuille. Le tableau qui suit présente les avantages sur le plan de la diversification offerts par les obligations d’État à court terme par rapport aux actions ainsi qu’à d’autres indices d’obligations d’État au Canada.

Source : Morningstar Direct L.P., du 1er janvier 1980 au 31 décembre 2017. Remarque : Les actions canadiennes sont représentées par l’indice composé S&P/TSX; les obligations d’État à court terme sont représentées par l’indice obligataire gouvernement à court terme FTSE TMX Canada; les obligations d’État à long terme sont représentées par l’indice obligataire gouvernement à long terme FTSE TMX Canada; et toutes les obligations d’État sont représentées par l’indice obligataire tous les gouvernements FTSE TMX Canada.  Les corrélations entre PGB (ou son indice sous-jacent) et les actions peuvent différer. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.
Quelle est l’incidence d’une faible corrélation avec les actions sur les rendements du marché en période de volatilité?

La période du 18 juin 2008 au 9 mars 2009 a été marquée par l’un des pires reculs pour l’indice composé S&P/TSX. Bien que l’indice général du marché boursier canadien ait chuté de 48,48 %, les obligations d’État canadiennes à court terme ont dégagé un rendement de +7,99 % au total.

Les obligations d’État à court terme ont également mieux fait que l’indice des obligations d’État à duration plus longue et l’indice des obligations de société à court terme qui ont affiché des rendements supérieurs au cours de la même période.

Source : Bloomberg L.P., du 18 juin 2008 au 9 mars 2009. Fréquence des données : quotidienne. Remarque : Les actions canadiennes sont représentées par l’indice composé S&P/TSX; les obligations d’État à court terme sont représentées par l’indice obligataire gouvernement à court terme FTSE TMX Canada; les obligations d’État à long terme sont représentées par l’indice obligataire gouvernement à long terme FTSE TMX Canada; les obligations de société à court terme sont représentées par l’indice obligataire société à court terme FTSE TMX Canada; et l’univers des obligations est représenté par l’indice obligataire universel FTSE TMX Canada.  Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.
Rendement accru

Ces gains potentiels en période de repli des marchés boursiers peuvent procurer une certaine assurance aux investisseurs de titres à revenu fixe, mais c’est dans des conditions de marché normales que bon nombre de portefeuilles de titres à revenu fixe sont censés générer la majorité de leurs rendements. Bien que les obligations de société à court terme puissent générer un rendement supérieur à leur échéance, elles ont également tendance à comporter un plus grand risque de crédit et pourraient moins bien faire que les obligations d’État à échéance similaire en période de volatilité comme pendant la crise financière de 2008-2009.

Dans le graphique qui suit, on observe qu’un portefeuille d’obligations à court terme dans l’ensemble du spectre des obligations d’État procure un meilleur rendement que les obligations fédérales dont la duration est légèrement plus élevée. En revanche, une stratégie axée sur l’ensemble des obligations d’État, comprenant des obligations à court, à moyen et à long terme, assume un risque de duration beaucoup plus grand comparativement à une approche ciblant les obligations d’État à court terme pour procurer un rendement additionnel.

Toutes les obligations d’État à court terme sont représentées par le FTSE TMX Canada 1-5 Year All Government Laddered Bond Index. Les obligations de société à court terme sont représentées par l’indice obligataire société à court terme FTSE TMX Canada. Les obligations fédérales à court terme sont représentées par l’indice obligataire fédéral à court terme FTSE TMX Canada. L’univers des obligations canadiennes est représenté par l’indice obligataire universel FTSE TMX Canada. Toutes les obligations d’État sont représentées par l’indice obligataire tous les gouvernements FTSE TMX Canada.  Sources : FTSE, Groupe TMX, Invesco Canada et Bloomberg L.P., au 29 décembre 2017. Il n’est pas possible d’investir dans un indice.
Du 31 juillet 2003 au 29 décembre 2017, le rendement des obligations municipales à court terme s’est établi en moyenne à 2,57 % comparativement à 2,45 % pour les obligations provinciales à court terme, à 2,35 % pour les obligations d’organismes fédéraux à court terme et à 2,07 % pour les obligations à court terme autres que d’organismes fédéraux. Même si l’écart entre les marchés des obligations d’État s’est rétréci, le lien existe toujours.

Fréquence du rendement : mensuelle. Source : FTSE, Groupe TMX, données du 31 juillet 2003 au 29 décembre 2017. Les obligations municipales à court terme sont représentées par l’indice obligataire municipal à court terme FTSE TMX Canada. Les obligations provinciales à court terme sont représentées par l’indice obligataire provincial à court terme FTSE TMX Canada. Les obligations à court terme autres que d’organismes fédéraux sont représentées par l’indice obligataire à court terme agence non-fédérale FTSE TMX Canada. Les obligations à court terme d’organismes fédéraux sont représentées par l’indice obligataire à court terme agence fédérale FTSE TMX Canada. Données mensuelles
Moins de sensibilité aux taux signifie moins de volatilité

Les obligations d’État à court terme sont également généralement moins sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt comparativement aux obligations d’État à long terme. Le tableau qui suit présente le rendement des indices des obligations d’État à court et à long terme et de l’indice des obligations de société à court terme au cours du cycle d’augmentation des taux au Canada en 2017.

Sources : Morningstar Direct L.P., du 1er juin 2017 au 30 septembre 2017.
Les prêts à taux variables sont représentés par l’indice des obligations à taux variable FTSE TMX Canada; les obligations de société à court terme sont représentées par l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-5 ans FTSE TMX Canada; les obligations de société à moyen terme sont représentées par l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-10 ans FTSE TMX Canada; l’ensemble des obligations sont représentées par l’indice obligataire universel FTSE TMX Canada; les obligations d’État à court terme sont représentées par l’indice obligataire gouvernement à court terme FTSE TMX Canada; et les obligations d’État à long terme sont représentées par l’indice des obligations très liquides du gouvernement à long terme FTSE TMX Canada.
Pour un investisseur recherchant la stabilité relative des obligations d’État, ainsi qu’un rendement supérieur aux obligations fédérales standards, un portefeuille composé d’une variété d’obligations d’État à court terme peut servir ces deux fins. Organiser ces actifs selon une stratégie d’échelonnement peut aider à réduire davantage la sensibilité aux taux d’intérêt.

La stratégie à l’œuvre

Le PowerShares 1-5 Year Laddered All Government Bond Index ETF (« PGB ») choisit les obligations d’État qui rapportent le plus selon l’échéance souhaitée et qui répondent aux critères d’admissibilité de l’indice, ce qui peut améliorer le rendement global du portefeuille.

Les obligations à échéances échelonnées de PGB peuvent aider les investisseurs à composer avec différents contextes de taux d’intérêt tout en gérant le risque de crédit. Elles peuvent répondre aux besoins de revenu des investisseurs en procurant un flux de revenu régulier et en offrant un potentiel d’atténuation des risques de taux d’intérêt.

Autres blogues de Christopher Doll

C’est la saison des ventes à perte à des fins fiscales
6 décembre 2018

Gérer les préoccupations liées aux taux d’intérêt
9 avril 2018

Des actions qui versent des dividendes de qualité en complément des obligations
24 novembre 2017

Pourquoi les hausses de taux ne devraient pas alarmer les investisseurs qui recherchent des revenus
25 septembre 2017

Diversifier votre portefeuille de revenu au moyen de prêts privilégiés
23 juin 2017

Les placements factoriels peuvent-ils contribuer à éviter les biais comportementaux des investisseurs?
6 juin 2017

Mitiger le risque alors que la volatilité menace
5 mai 2017

Vos données sur les FNB sont-elles exactes?
12 avril 2017

Un revenu de dividendes mensuel élevé et moins de volatilité, est-ce possible?
10 mars 2017

Questions et réponses : Qu’est-ce que le placement factoriel?
6 mars 2017

Arrivez-vous à satisfaire vos besoins en matière de revenu?
27 janvier 2017

Vous cherchez à éviter les pièges des indices pondérés en fonction de la capitalisation boursière?
8 novembre 2016

Questions et réponses : Comment les conseillers canadiens ont-ils recours au facteur faible volatilité dans les portefeuilles?
14 octobre 2016

Questions et réponses : Les stratégies à faible volatilité s’équivalent-elles toutes?
2 septembre 2016

Questions et réponses : Comprendre les placements à faible volatilité
9 août 2016

Vendre en mai et s’en aller? Pas nécessairement
3 juin 2016

Négociation des FNB : Guide des meilleures pratiques
16 janvier 2016

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

FTSE TMX Global Debt Capital Markets Inc. (« FTSE TMX »), FTSE International Limited (« FTSE »), les sociétés membres du London Stock Exchange (le « groupe LSE ») ou TSX Inc. (« TSX » et conjointement avec FTSE TMX, FTSE et le groupe LSE, les « concédants de licences ») ne donnent pas de garantie ni ne font de déclaration sous quelque forme que ce soit, expressément ou tacitement, en ce qui concerne les résultats escomptés de l’utilisation de l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-5 ans FTSE TMX Canada, de l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-10 ans FTSE TMX Canada, de l’indice FTSE TMX Canada 1-5 Year All Government Laddered Bond Index et de l’indice FTSE TMX Canada Real Return Federal Non-Agency Bond (« les Indices ») et/ou le niveau atteint par les Indices à quelque moment ou date que ce soit. Les Indices sont compilés et calculés par FTSE et tous les droits sur les valeurs et les composantes des Indices sont dévolus à FTSE. Les concédants de licences ne peuvent être tenus responsables (par suite de négligence ou autrement ) envers quiconque d’une erreur touchant les Indices et n’ont aucunement l’obligation d’aviser qui que ce soit de toute erreur s’y trouvant.

FTSE® est une marque de commerce du groupe LSE utilisée par FTSE aux termes d’une licence. Les concédants de licences ne commanditent pas, ne cautionnent pas et ne font pas la promotion de ce produit, avec lequel elles n’ont aucun lien, et n’acceptent aucune responsabilité à l’égard de l’émission, du fonctionnement ou de la négociation de celui-ci. FTSE détient tous les droits de propriété intellectuelle relatifs aux valeurs des Indices et à la liste de constituants.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *