Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Michael Hatcher | 30 juillet 2018

La recherche sur le terrain : un élément très précieux

Une des choses que l’on me demande souvent est le nombre de voyages de recherche que l’équipe des actions mondiales effectue. Un voyage en Europe a peut-être tout pour épater la galerie, mais c’est en fait très épuisant.

Ce genre de voyage peut être aussi très enrichissant.

Durant un séjour de cinq jours en mai, j’ai visité 14 entreprises. Normalement, nous en visitons une vingtaine; il y en a eu moins cette fois-là, tout simplement pour des raisons logistiques : les entreprises étaient situées dans cinq villes différentes.

Je voulais absolument rencontrer les dirigeants des entreprises phares du Fonds Trimark, à Frankfort, Walldorf, Dusseldorf et Essen en Allemagne, puis à Londres au Royaume-Uni, avant de rentrer au pays.

Ces voyages exigent beaucoup d’endurance parce qu’il peut y avoir beaucoup d’imprévus en cours de route. Si vous avez déjà planifié des vacances avec un horaire très serré, où vous devez vous trouver à un endroit précis à une heure précise, vous voyez ce que je veux dire.

J’ai pris un vol de nuit et ai atterri à Frankfort vers 6 h.

Mon premier arrêt a été à SAP SE (pondération dans le Fonds Trimark : 2,95 %†), multinationale qui fabrique des applications logicielles commerciales, à environ une heure de voiture au sud de Frankfort. Un des avantages de rencontrer les gens du siège social est que vous bâtissez une véritable relation. Ces rencontres montrent votre degré d’engagement dans le placement. En revanche, si vous voyagez avec un courtier et n’êtes qu’un gestionnaire de portefeuille parmi un groupe de 12, les représentants de l’entreprise ne savent souvent même pas que vous venez visiter leur siège social.

SAP a fait quelque chose de très exceptionnel : elle a complètement restructuré ses bases de données et c’est la plus grosse métamorphose de technologie de bases de données des 25 dernières années. Cette structure de base de données « en mémoire » permet à ses clients d’obtenir toutes les données sur l’entreprise en temps réel.

Une des plus grandes forces de SAP est son éventail de services. Dès qu’un client expérimente un problème avec un tiers fournisseur de logiciels, SAP est en mesure d’intervenir et de remplacer le système au complet.

De retour à Frankfort, j’ai rencontré les dirigeants de KION Group, un des chefs de file mondiaux des infrastructures d’entrepôts. Elle domine le marché des chariots élévateurs à fourche ainsi que le système de TI utilisé dans la gestion des entrepôts; c’est même elle qui l’a créé.

C’est une importante compagnie en soi, mais si vous voulez comprendre les entreprises qui dépendent de la distribution par entrepôts, comme W.W. Grainger, Inc. (pondération dans le Fonds Trimark : 3,43 %†) ou Amazon (que nous ne détenons pas), il est primordial de s’intéresser à l’aspect de la distribution des produits. Et KION est un chef de file mondial en matière de structure des entrepôts.

C’est une première étape de recherche qui vous permet de voir par vous-même comment leurs systèmes, leur technologie et leurs opérations fonctionnent et comment tout cela peut leur procurer des avantages concurrentiels viables.

Cela a un lien avec une autre rencontre que j’ai eue le lendemain avec Henkel AG & Co. KGaA, dans laquelle nous investissons (pondération dans le Fonds Trimark : 2,79 %†). J’ai passé environ trois heures à visiter un de leurs plus grands centres de distribution en Europe. J’ai donc vu de mes yeux vu les gens qui construisent des entrepôts (KION) ultramodernes, puis j’ai visité une entreprise qui dispose d’un tel entrepôt.

Les gens d’Henkel nous ont montré comment ils font leur inventaire avec des drones; c’est la première fois que j’en voyais un à l’œuvre dans un entrepôt. Les étagères d’entrepôt sont hautes de plus de deux étages et le drone peut voir ce qui se trouve sur chaque palette, vérifier si la palette est structurellement solide puis procéder à l’inventaire en tant que tel. Cela réduit grandement le risque de blessures du personnel puisque les drones font le travail en hauteur.

Durant une autre partie de ma visite, j’ai été dans la section de l’entrepôt qui est entièrement automatisée. Les étagères ont environ cinq étages de hauteur. Cet entrepôt, dont la superficie est équivalente à environ deux terrains de football, est plutôt sombre. C’est un entrepôt complètement automatisé; aucun humain n’y travaille.

Coût/avantage

Un des avantages de ces voyages, comme vous pouvez l’imaginer, est d’avoir ces conversations les unes à la suite des autres. Après ma réunion à SAP, je me suis rendu immédiatement chez deux de leurs plus gros clients. Ces réunions m’ont donné encore plus confiance en SAP.

Ainsi, tout ce que j’ai appris à la première réunion est frais en mémoire et je peux tester mon hypothèse de placement auprès de différentes personnes. Et c’est comme ça qu’on construit la mosaïque qui permet de savoir dans quelle mesure la thèse va réellement fonctionner.

En organisant le voyage de manière à visiter plusieurs entreprises les unes après les autres permet d’observer comment elles interagissent.

Ces voyages sont très précieux et, même s’ils peuvent être assez onéreux, nous ne refilons pas ces coûts à nos clients. Ces coûts sont absorbés par Invesco Canada.

Beaucoup de gestionnaires de portefeuille disent qu’ils voyagent, mais il s’agit souvent plutôt d’un congrès; ils partent de l’aéroport et se rendent à un grand hôtel à Londres, ou dans un autre grand centre, où ils assistent à des présentations.

Notre diligence raisonnable ne se limite pas aux bénéfices trimestriels ou à un congrès de l’industrie. Je crois que la rigueur avec laquelle nous effectuons nos recherches sur place nous donne une longueur d’avance sur beaucoup d’autres gestionnaires de portefeuille.

Et, bien que l’Europe présente des défis, les marchés émergents comportent encore plus de risques et constituent un véritable cauchemar sur le plan de la logistique des déplacements, mais il faut ce qu’il faut.

 

Autres blogues de Michael Hatcher

La recherche sur le terrain : un élément très précieux
30 juillet 2018

La science au service de la qualité
14 janvier 2016

Avancer sans bouger
24 octobre 2014

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *