Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jeff Feng | 8 juillet 2015

L’accent placé sur la qualité protège les fonds Trimark de la chute du marché des actions de catégorie A en Chine

Quelle est la conséquence ultime d’un marché extrêmement surévalué combiné à un endettement insouciant? La chute du marché des actions de catégorie A en Chine au cours des trois dernières semaines nous donne la réponse : un recul de plus de 30 % de l’indice composé de la Bourse de Shanghai et des milliers d’actions perdant bien plus de valeur.

L’éclatement de la bulle des actions A en Chine n’est pas différent, en principe, de l’effondrement du NASDAQ au début des années 2000, mais est amplifié par l’effet de levier ahurissant utilisé par les investisseurs chinois.

Au cours des derniers huit à 12 mois, les termes les plus populaires des investisseurs chinois étaient « Internet + » et « en ligne/hors ligne (O2O) ». Ces deux concepts sont liés à l’utilisation d’Internet mobile comme plateforme pour que les entreprises rejoignent des consommateurs potentiels et que les consommateurs puissent rechercher des biens et services avant d’effectuer des achats.

Sans surprise, bien peu d’investisseurs se soucient de la véritable rentabilité ou viabilité de ces sociétés. L’évaluation des actions liées à ces mots à la mode, peu importe leur crédibilité, a monté en flèche pour atteindre des ratios C/B de 100 fois ou même plus.

De plus, les comptes sur marge, les contrats à terme sur indices boursiers et les options sur indices boursiers – des instruments financiers disponibles dans la plupart des marchés développés – ont été mis à la disposition des particuliers chinois au cours des deux dernières années seulement. On peut imaginer à quel point ces instruments peuvent sembler pratiques et attrayants pour les spéculateurs voulant participer à cette dernière ronde de folie boursière!

Le problème est que les particuliers en Chine n’ont jamais pu apprendre à quel point l’effet de levier peut être dévastateur dans un marché des capitaux surévalué. Même s’ils en avaient été avertis, la plupart auraient répondu qu’il s’agissait cette fois d’une époque et d’une économie différente.

Au même moment, les régulateurs inexpérimentés ont sous-estimé la sévérité de l’endettement sur le marché et la vitesse à laquelle il peut causer des dommages considérables lorsque le marché change de direction.

Lorsque les régulateurs ont finalement réalisé l’ampleur des risques de l’effet de levier dans le marché des actions A à la mi-juin, les sociétés de courtage ont été sommées de suspendre les prêts sur valeurs mobilières et de réduire « graduellement » le montant total de ces prêts. Cette mesure a déséquilibré les fondations d’un marché hautement surévalué et soutenu seulement par l’exubérance et un endettement exorbitant (de trois à cinq fois dans bien des cas). La réaction en chaîne a déclenché des appels de marge et des actions ont été vendues en conséquence. Les cours boursiers ont donc chuté davantage et le cycle baissier s’est ainsi accéléré.

Peu après, le gouvernement a dû intervenir directement afin d’empêcher que les dommages ne se propagent davantage. Jusqu’à présent, les mesures, même celles plutôt drastiques, mises en place par les régulateurs n’ont pas réussi à stabiliser le marché.

Faire diminuer l’effet de levier dans un marché des capitaux constitue un long processus complexe et douloureux. Il est difficile d’envisager de quelle façon le marché des actions A, en particulier dans les segments surévalués, peut être rétabli à moyen terme en raison des évaluations ridicules atteintes. Les coûts et les conséquences de ce processus de désendettement se feront ressentir dans de nombreux segments de l’économie au cours des prochains mois.

Quelle est l’incidence de ce repli sur les fonds Trimark qui détiennent des sociétés chinoises? Comme je l’ai mentionné dans un blogue précédent après un long voyage de recherche en Chine plus tôt cette année, nous n’avons pas participé à la folie du marché des actions A et n’avons aucune intention de le faire. Nous avons investi dans une seule entreprise de ce marché. Ses rendements ont démontré les bienfaits de notre méthode de sélection des titres basée sur la qualité : même si l’indice a reculé d’environ 30 %, le cours boursier de cette action n’a pratiquement pas bougé au cours des trois dernières semaines, et a progressé de près de 40 % depuis que nous l’avons acquise en janvier de cette année.

Pour les autres sociétés chinoises cotées à l’étranger que nous détenons, nous observons de la pression à la baisse à court terme causée par la panique et la diminution des liquidités des investisseurs, qui ont sûrement été forcés de vendre ces titres afin de répondre à leurs besoins de trésorerie en Chine. Toutefois, en raison de la qualité de ces compagnies et de l’évaluation modérée de leurs actions, nous sommes confiants que ces reculs seront de courte durée.

Si vous avez des commentaires ou des questions au sujet de nos positions en Chine, n’hésitez pas à m’en faire part dans la section de commentaires ci-dessous.

Source : Morningstar Research Inc., au 7 juillet 2015.

Autres blogues de Jeff Feng

Marchés émergents : Toutes les raisons sont bonnes d’être prudents en 2019
14 décembre 2018

La prise de bec entre les États-Unis et la Chine illustre bien l’importance d’investir dans des titres de qualité
9 novembre 2018

Placements dans les marchés émergents : sociétés multinationales contre entreprises locales
18 avril 2018

Lorsque les tensions géopolitiques créent des occasions
28 mars 2018

Les marchés émergents : source de revenus de sociétés
20 février 2018

La méthode à l’œuvre : Pourquoi ces deux sociétés sont attrayantes selon nous
16 novembre 2017

Pourquoi investir dans les marchés émergents à l’heure actuelle?
25 octobre 2017

Gestion des risques dans les marchés émergents
9 juin 2017

L’évolution des ME
1 mai 2017

Trois raisons de choisir la gestion active pour les placements dans les marchés émergents
25 avril 2017

Une situation explosive à Samsung
25 octobre 2016

Marchés émergents :
« L’occasion de la décennie »?

18 mars 2016

Quelle est l’incidence de la volatilité en Chine sur nos fonds?
18 janvier 2016

Les marchés chinois chutent, nous prenons positions
28 août 2015

L’accent placé sur la qualité protège les fonds Trimark de la chute du marché des actions de catégorie A en Chine
8 juillet 2015

Des acrobates, des jongleurs et des rendements de 263 % *
11 mai 2015

La Chine sera bientôt concurrentielle en matière d’innovation, pas juste en termes de coûts
12 février 2015

La vision à court terme des investisseurs multiplient les occasions de placement en Chine
12 février 2015

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.