Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Matt Dennis | 26 août 2016

Le Brexit déclenchera-t-il un revirement de politique budgétaire?

Les conséquences financières du Brexit risquent de ne pas se limiter à la simple aggravation des incertitudes qui pesaient déjà sur les placements. Au-delà de cette perspective à court terme, on peut effectivement se demander si la sortie du Royaume-Uni ne constituera pas un point d’inflexion à partir duquel les difficultés de l’économie mondiale pourraient trouver une réponse d’ordre politique.

Plus concrètement, la crainte que de nouveaux mouvements populistes ne prennent naissance poussera vraisemblablement les gouvernements à instaurer des mesures de relance budgétaire, se substituant progressivement aux banques centrales dont les décisions de taux d’intérêt nuls ou négatifs ne semblent plus avoir d’effet sur le plan du rapport risque/rendement.

Une situation politique explosive

Le Brexit a fait couler tellement d’encre, avant et après le vote, qu’il est difficile d’apporter de nouvelles informations pertinentes sur une question qui demeure complexe, voire problématique, au chapitre économique, financier et politique.

  • La première phase post Brexit s’est toutefois avérée relativement simple et facile à comprendre. En effet, l’aggravation des incertitudes a contribué à plomber le moral des consommateurs et des entreprises et, par conséquent, la croissance. Les montants colossaux de liquidités injectés n’ont malheureusement pas éliminé les pressions déflationnistes, pour l’instant du moins.
  • Une fois cette première phase décantée, on se rend compte que l’issue du vote découle de plusieurs facteurs : croissance mitigée, déflation, stagnation économique prolongée, absence de progression réelle des salaires, endettement élevé et austérité budgétaire. Un analyste a décrit la situation comme un cocktail politique explosif se nourrissant de l’exaspération de la population dans les économies développées.

Un avertissement de portée mondiale?

La décision des Britanniques pourrait bien marquer un tournant et piquer au vif les responsables politiques au Royaume-Uni, et ailleurs, les amenant à déployer des mesures de relance budgétaire tout en cessant de compter sur les expérimentations monétaires des banques centrales. La forme et le calendrier de ces mesures demeurent toutefois difficiles à prévoir. Nous suivrons cependant de près la situation, car des mesures de relance budgétaire plus significatives, particulièrement si elles sont bien coordonnées, pourraient influer fortement sur la rotation sectorielle, et potentiellement enrayer, et même inverser, les écueils de liquidités excessives et de croissance négative auxquels se butent les marchés.

En début d’année, j’ai publié sur mon blogue un article intitulé « Un repli bousier particulièrement bienvenu  », dans lequel je prévoyais une période prolongée de volatilité particulièrement élevée pendant laquelle notre approche BQE (bénéfice, qualité et évaluation) ferait encore une fois ses preuves. Six mois plus tard, je suis convaincu du bien-fondé de notre méthode par d’autres éléments :

  • la perspective d’une volatilité élevée;
  • la capacité de notre équipe à adapter son approche BQE à toutes les conjonctures.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Les risques des placements dans des titres d’émetteurs étrangers peuvent comprendre les fluctuations des devises étrangères, l’instabilité politique et économique et les problèmes d’imposition étrangère.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *