Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 15 mars 2018

Le protectionnisme resserre son emprise

Je vous préviens depuis un certain temps des périls économiques du protectionnisme et des risques de représailles qui pourraient freiner le libre-échange. La semaine dernière, cette menace s’est intensifiée et ce n’était que la pointe de l’iceberg dans une semaine remplie de nouvelles qui ont bouleversé les marchés. Aujourd’hui, j’aimerais attirer votre attention sur cinq manchettes marquantes de la semaine dernière et vous donner un aperçu de ce qui pourrait se produire.

  1. La décision de l’Administration Trump d’imposer des tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium a causé tout un émoi. Les cours boursiers ont chuté, puis se sont redressés lorsqu’on a appris que les tarifs pourraient être moins élevés que prévu. Cependant, la situation s’est détériorée pendant la semaine : d’abord avec la démission de Gary Cohn, président du Conseil économique national du président Donald Trump, puis avec l’annonce par l’Union européenne de représailles par le biais de tarifs douaniers sur un certain nombre d’importations américaines. D’autres pays, dont le Japon, ont exprimé leur mécontentement. Nous devons nous préoccuper de ce que l’Administration Trump prévoit faire en matière de politique commerciale. Avec le départ de Cohn et la promotion de Peter Navarro à un poste encore plus important, l’aile protectionniste de la Maison Blanche semble avoir pris le dessus. Cela laisse présager l’adoption d’autres politiques protectionnistes, en particulier à l’égard de la Chine, étant donné que le président s’intéresse au déséquilibre commercial entre la Chine et les États-Unis. Je crois que cela pourrait entraîner de graves représailles, d’autant plus que le président chinois Xi Jinping est devenu plus puissant récemment, par suite de l’abolition de la limite des mandats présidentiels par le Congrès national du peuple. Ce n’est que le début de ce qui pourrait devenir une escalade des tarifs douaniers.
  2. La Maison-Blanche a annoncé que le président Trump est ouvert au dialogue avec le chef d’État de la Corée du Nord, Kim Jong Un. Même si cette rencontre pourrait ne jamais avoir lieu, je vois cela comme une bonne nouvelle apte à adoucir le ton de la rhétorique et à réduire le risque de conflit armé, du moins pour le moment. Cependant, je ne m’attends pas à ce que cela ait une incidence majeure sur les marchés boursiers, les événements géopolitiques ont généralement très peu d’influence sur les marchés. Il faudra attendre et voir comment les négociations vont se dérouler.
  3. La Banque centrale européenne (BCE) a modifié son énoncé de politique monétaire en supprimant le libellé indiquant qu’elle était prête à accroître ses achats d’obligations si les perspectives économiques de l’Union européenne se détérioraient. De nombreux économistes et stratèges considèrent cela comme un autre petit pas sur la voie de la normalisation. Cependant, je crois qu’il est beaucoup plus important de se concentrer sur la déclaration du président de la BCE, Mario Draghi, qui a dit que les achats d’obligations se poursuivront au moins jusqu’en septembre 2018 « ou au-delà, si nécessaire, et, en tout cas, jusqu’à ce que le Conseil des gouverneurs observe un ajustement durable de l’évolution de l’inflation». Voilà un positionnement plutôt accommodant de la part de la BCE qui, bien qu’elle ait révisé à la hausse ses prévisions de croissance pour 2018, insiste sur le fait que « les mesures de l’inflation sous-jacente sont demeurées faibles et n’ont pas encore montré de signes convaincants d’un rebond ». La BCE a également précisé que les risques de perte sont énormes advenant une montée du protectionnisme. À mon avis, on est encore loin de la normalisation.
  4. La Banque du Canada a décidé de ne pas relever son taux directeur à sa dernière réunion. Elle nous met en garde depuis un certain temps contre les dangers du protectionnisme et, de toute évidence, elle est de plus en plus inquiète, en particulier depuis l’adoption récente de tarifs douaniers sur les importations d’aluminium et d’acier aux États-Unis. De plus, elle semble préoccupée par le récent ralentissement du marché de l’habitation provoqué par les hausses de taux ainsi que par les nouvelles règles régissant l’achat d’une maison à Vancouver et à Toronto. Elle a laissé entendre qu’elle mettrait un frein à la hausse des taux à court terme : « Quoique l’on s’attende à ce que les perspectives économiques justifient des taux d’intérêt plus élevés avec le temps, il sera probablement nécessaire de maintenir un certain degré de détente monétaire. Non seulement la normalisation a été mise en veilleuse, mais il se peut que la Banque du Canada abaisse effectivement son taux directeur plus tard cette année, si la situation économique se détériore.
  5. Le rapport de février sur le marché de l’emploi aux États-Unis fait état d’un scénario à la « Boucle d’or ». Le nombre d’emplois non agricoles est nettement supérieur aux attentes à plus de 300 000. Le taux de participation de la population active, qui a été très faible tout au long de la reprise du marché du travail, s’est amélioré considérablement. Mais le plus important, c’est que le gain de salaire horaire moyen a été modeste, soit 0,1 % en glissement mensuel et 2,6 % en glissement annuel. Rappelons que c’est le gain de salaire horaire moyen élevé du rapport sur l’emploi aux États-Unis de janvier qui a déclenché la turbulence des marchés observée au cours du dernier mois. Le salaire horaire moyen de février indique un relâchement des pressions sur les salaires, du moins pour l’instant, ce qui est une bonne nouvelle pour les marchés qui ont commencé à craindre une hausse significative de l’inflation à la lumière du rapport sur l’emploi du mois précédent. Mais, détrompez-vous, cela ne signifie pas que la volatilité va s’apaiser. On ne peut plus revenir en arrière, il faudra composer avec plus de turbulence et une conjoncture boursière plus sensible aux statistiques.

Quatre événements à surveiller

Voici ce à quoi je vais m’intéresser :

  1. Les statistiques de ventes au détail et de production industrielle de la Chine pour janvier et février seront dévoilées cette semaine. La Chine a montré de légers signes de ralentissement au quatrième trimestre et nous allons voir si la tendance va se maintenir. Or, même si les statistiques révèlent que le ralentissement s’est poursuivi au premier trimestre, je ne m’attends pas à ce que cela affecte les marchés, car les investisseurs semblent plus confiants et moins craintifs à l’égard de l’économie chinoise, surtout dans le contexte de croissance mondiale.
  2. Les statistiques de production industrielle de la zone euro seront publiées cette semaine. Ce sera un résultat important pour la BCE; à mon avis, il est fort probable qu’elles indiquent que la croissance économique de la zone euro s’accélère. Cependant, la publication de l’indice des prix à la consommation à la fin de la semaine sera encore plus importante et elle devrait confirmer les perspectives de faible inflation émises par la BCE dans son annonce de la semaine dernière.
  3. Un certain nombre de données importantes sur l’inflation seront divulguées aux États-Unis, y compris l’indice des prix à la consommation, l’indice des prix à la production et l’enquête sur les attentes d’inflation de la Banque de réserve fédérale d’Atlanta. Ce sont des points de données importants que le Federal Open Market Committee doit prendre en compte lorsqu’il tente de déterminer l’orientation de l’inflation, d’autant plus que certains signaux sont contradictoires; le gain de salaire horaire moyen a été faible en février, tel que mentionné plus haut, malgré le plus récent livre beige qui révèle une pénurie de main-d’œuvre dans un certain nombre de secteurs d’activité.
  4. La semaine dernière a marqué le neuvième anniversaire du creux de l’indice S&P 500 et, par le fait même, le neuvième anniversaire du marché haussier. La grande question est maintenant de savoir si le marché haussier va célébrer son dixième anniversaire. Je pense qu’il va se rendre à son dixième anniversaire, mais je prévois que cette année sera très différente des neuf précédentes : il y aura beaucoup plus de turbulence et les rendements seront plus modérés aux États-Unis. Les bénéfices des sociétés sont élevés, mais les évaluations sont exagérées et la politique monétaire se normalise.L’année du chihuahua se poursuit.

 Abonnez-vous au blogue d’Invesco Canada et recevez les survols des marchés de Kristina dans votre boîte de réception.

Autres blogues de Kristina Hooper

Les banques centrales occupent l’avant-scène
21 juin 2018

Le commerce occupe l’avant-scène tandis que les alliances de longue date deviennent tendues
18 juin 2018

Le protectionnisme se pointe encore le bout du nez
7 juin 2018

L’Italie se dirige-t-elle vers une sortie de l’UE?
31 mai 2018

Qu’est-ce que la hausse des prix du pétrole signifie pour les marchés boursiers?
28 mai 2018

Les perturbations des marchés ne prennent jamais de vacances
18 mai 2018

La croissance mondiale est-elle réellement « synchronisée »?
11 mai 2018

Cinq éléments à retenir d’avril et cinq éléments à surveiller en mai
3 mai 2018

Signaux envoyés par les taux : Déconstruction d’un indicateur clé du marché
25 avril 2018

Les tensions géopolitiques ne touchent pas seulement les actions et les obligations
18 avril 2018

Comme la saga commerciale entre les États-Unis et la Chine se poursuit, une position d’aversion au risque est-elle justifiée?
18 avril 2018

Cinq éléments à surveiller en avril
5 avril 2018

Les tarifs douaniers et les craintes d’une guerre commerciale contribuent à un repli boursier
29 mars 2018

La succession rapide des manchettes provoque un tiraillement boursier
23 mars 2018

Les dangers du protectionnisme
15 mars 2018

Le protectionnisme resserre son emprise
15 mars 2018

Cinq événements qui pourraient propulser les marchés
12 mars 2018

Trois préoccupations des marchés passent à l’avant-scène
1 mars 2018

Une mauvaise nouvelle aux allures d’une bonne nouvelle : déconstruction du repli boursier
14 février 2018

Leçons à tirer de la chute généralisée des cours boursiers
8 février 2018

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

L’indice des prix à la production (IPP) est compilé par le US Bureau of Labor Statistics et mesure la variation moyenne dans le temps des prix de vente reçus par les producteurs nationaux pour leur production.

L'indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation.

Le sondage sur les attentes d’inflation des entreprises de la Banque de réserve fédérale d’Atlanta a été conçu pour mesurer les attentes d’inflation des entreprises du sixième district pour la prochaine année. Environ 300 panélistes reçoivent ce sondage chaque mois et représentent des entreprises de différentes tailles dont le siège social se trouve dans le sixième district, qui englobe l’Alabama, la Floride, la Géorgie et certaines régions de la Louisiane, du Mississippi et du Tennessee. Les réponses au sondage sont pondérées en fonction de la part de chaque secteur d’activité dans le produit intérieur brut national.

Le document Summary of Commentary on Current Economic Conditions de la Réserve Fédérale (communément appelé le livre beige) est publié huit fois par année. Chaque banque fédérale de réserve recueille des données anecdotiques sur les conditions économiques dans son district et le livre beige en fait un résumé par district et par secteur.

L’indice S&P 500MD est un indice non géré considéré comme étant représentatif du marché boursier américain.
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Kristina Hooper au 12 mars 2018. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de ces estimations.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *