Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jeff Feng | 28 août 2015

Les marchés chinois chutent, nous prenons positions

Pendant que les marchés chinois font la manchette, bon nombre d’épargnants s’inquiètent des effets en chaîne de la chute. J’estime que la correction actuelle constitue un mouvement naturel du marché qui offre l’occasion d’acquérir des sociétés dans nos portefeuilles à des cours attrayants.

Marchés boursiers

Même après le récent recul important, les deux indices principaux du pays (l’indice Shanghai Composite et l’indice Shenzhen Component) n’ont que perdu 9 % depuis le début de l’année. Le marché chinois a enregistré des gains d’environ 30 % depuis les creux atteints au milieu de l’année dernière. L’indice Shanghai Composite a clôturé à 2011 le 9 mai 2014 comparativement à 2965 le 25 août 2015 (source : Bloomberg L.P.).

Bien que la correction de cette année ait certainement fait perdre de l’argent à la population chinoise, l’impact général sur les dépenses locales est plutôt négligeable. La participation générale au marché boursier en Chine est bien inférieure à celle des marchés développés. En effet, moins de 10 % des Chinois investissent dans les marchés boursiers et le plus gros de l’avoir net chinois est toujours lié aux marchés immobiliers. De ce fait, la correction n’a pas d’incidence considérable sur les habitudes de consommation.

Les marchés de Hong Kong sont poussés par la circulation des capitaux mondiaux, ce qui a causé le repli des derniers mois. Toutefois, Hong Kong est un marché très liquide. Le ratio cours/bénéfices (C/B) prévu de la Bourse de Hong Kong (HKEx) est environ de 9,5 X – soit au bas de son écart moyen des 40 dernières années. Il se situe presque aux niveaux atteints lors de la crise financière mondiale.

Taux d’intérêt

Après la dernière réduction des taux d’intérêt, le taux des prêts en Chine est maintenant de 4,6 %, ce qui donne beaucoup de jeu à la banque centrale du pays pour effectuer des réductions supplémentaires. En ce sens, la situation actuelle en Chine est très différente de celle des autres marchés actuels. Par exemple, le Brésil et, dans une moindre mesure, l’Inde, n’ont pas la même latitude pour baisser les taux d’intérêt en raison de l’inquiétude entourant l’inflation dans les deux pays. De son côté, la Chine fait face à de la déflation et de la capacité industrielle excédentaire.

On peut maintenant s’interroger sur l’incidence sur la devise d’une réduction supplémentaire des taux d’intérêt en Chine.

Devise

Le yuan chinois a reculé de 3 %, ce qui constitue une fluctuation relativement mineure. La devise chinoise a été vraiment solide au cours des trois à quatre dernières années, se faisant devancer seulement par le dollar américain parmi les devises importantes (source : Bloomberg L.P.).

À cause de la croissance économique ralentie, je crois qu’il est seulement naturel que la devise soit également plus faible, ce qui devrait aider le pays à retrouver sa compétitivité. Cela est particulièrement important pour un pays axé sur les exportations comme la Chine.

Beaucoup de devises des marchés émergents se situent à des creux de 20 ans, il est donc normal de se demander à quel point elles peuvent chuter. La crise financière mondiale de 2008 et la crise financière asiatique de 1997 constituent deux comparaisons intéressantes. Je crois qu’il existe une différence évidente entre la crise actuelle et ces deux périodes.

Dans ces cas, les investisseurs craignaient un krach total du système financier mondial ou l’effondrement des systèmes financiers dans des marchés régionaux comme l’Asie et la Russie. Au cours de la crise financière asiatique, bon nombre de marchés émergents étaient exposés à des titres de créance libellés en dollars américains, avaient des déficits budgétaires importants et comptaient sur des réserves de change presque inexistantes.

La situation est très différente aujourd’hui. Beaucoup de marchés émergents ont retenu leurs leçons et leur situation budgétaire est bien meilleure grâce à des réserves de change saines en dollars américaines ou en euros.

En tant qu’investisseur utilisant des dollars canadiens, je suis à l’aise avec la situation de la devise en Chine. Comme le dollar canadien a une corrélation décente avec l’économie chinoise, une dépréciation de la devise chinoise n’a pas de conséquence importante sur les comptes de placement libellés en dollars canadiens.

Notre méthode

Je suis toujours surpris par la mémoire de certains investisseurs. Le dernier repli important s’est produit il y a seulement sept ans. Bon nombre des investisseurs qui ont paniqué et vendu leurs placements ont raté les énormes gains qui ont suivi. Selon moi, c’est lors de périodes comme celle-ci qu’il faut investir et tenir le cap. La plupart des transactions que nous avons effectuées au cours des dernières semaines étaient liées à l’achat de certaines sociétés chinoises et brésiliennes.

Dans l’ensemble, j’estime que les investisseurs qui étaient intéressés par certains marchés ou fonds il y a trois mois devraient être très enthousiastes aujourd’hui.

Pour obtenir des perspectives détaillées sur le processus de désendettement dans le marché des actions de catégorie A en Chine et son impact sur les fonds Trimark qui détiennent des compagnies chinoises, vous pouvez lire l’un de mes blogues précédents intitulé « L’accent sur la qualité protège les fonds Trimark de la chute du marché des actions de catégorie A en Chine. »

Autres blogues de Jeff Feng

Marchés émergents : Toutes les raisons sont bonnes d’être prudents en 2019
14 décembre 2018

La prise de bec entre les États-Unis et la Chine illustre bien l’importance d’investir dans des titres de qualité
9 novembre 2018

Placements dans les marchés émergents : sociétés multinationales contre entreprises locales
18 avril 2018

Lorsque les tensions géopolitiques créent des occasions
28 mars 2018

Les marchés émergents : source de revenus de sociétés
20 février 2018

La méthode à l’œuvre : Pourquoi ces deux sociétés sont attrayantes selon nous
16 novembre 2017

Pourquoi investir dans les marchés émergents à l’heure actuelle?
25 octobre 2017

Gestion des risques dans les marchés émergents
9 juin 2017

L’évolution des ME
1 mai 2017

Trois raisons de choisir la gestion active pour les placements dans les marchés émergents
25 avril 2017

Une situation explosive à Samsung
25 octobre 2016

Marchés émergents :
« L’occasion de la décennie »?

18 mars 2016

Quelle est l’incidence de la volatilité en Chine sur nos fonds?
18 janvier 2016

Les marchés chinois chutent, nous prenons positions
28 août 2015

L’accent placé sur la qualité protège les fonds Trimark de la chute du marché des actions de catégorie A en Chine
8 juillet 2015

Des acrobates, des jongleurs et des rendements de 263 % *
11 mai 2015

La Chine sera bientôt concurrentielle en matière d’innovation, pas juste en termes de coûts
12 février 2015

La vision à court terme des investisseurs multiplient les occasions de placement en Chine
12 février 2015

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.