Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Clas Olsson | 6 décembre 2017

Perspectives de placement pour 2018 : Interprétation de la reprise mondiale

Alors que nous nous tournons vers 2018, il est important de reconnaître l’importance de l’année 2017 pour les marchés internationaux puisqu’elle marque entre autres la huitième année d’un marché haussier mondial. Toutefois, avant 2017, les actions internationales ont été surclassées par celles des États-Unis pendant quatre années consécutives et lors de six des sept dernières années1.

Depuis 2010, il s’agit de la première année à enregistrer une croissance des bénéfices synchronisée à l’échelle mondiale et les attentes veulent que cette tendance se poursuive en 2018. Le produit intérieur brut (PIB) a également affiché une croissance mondiale générale; les États-Unis, le Japon, l’Asie et l’Amérique latine en tête de peloton. En fait, pour la première fois depuis 2007, l’Organisation de coopération et de développement économiques s’attend à ce que toutes les
46 économies suivies obtiennent une croissance en 20172.

L’équipe de croissance internationale et mondiale d’Invesco est heureuse d’observer cette reprise mondiale des bénéfices et de la croissance économique, mais nous estimons que les caractéristiques bénéfices, qualité et évaluation (BQE) des sociétés individuelles constituent l’élément le plus important. Voilà comment nous évaluons les occasions pour nos épargnants, et nous continuerons d’utiliser cette méthode en 2018.

Une perspective BQE dans l’environnement boursier mondial

Bénéfices. Les révisions des bénéfices s’améliorent et la croissance s’accélère partout dans le monde. Il s’agit d’un changement important par rapport aux cinq à six dernières années qui ont été caractérisées par une croissance anémique des bénéfices à l’extérieur des États-Unis. Les prévisions veulent que cette amélioration se poursuive en 2018. Les attentes actuelles sont une croissance du bénéfice par action (BPA) de 15 % à l’échelle mondiale et une croissance des bénéfices internationaux plus importante que celle des bénéfices américains; les marchés émergents en tête de liste3.

Contrairement à la plupart des dernières années, les attentes en matière de croissance ont augmenté au lieu de baisser en cette fin d’année. Les meilleures révisions des bénéfices proviennent des marchés émergents, du Japon et du reste de l’Asie, tandis que l’Europe a commencé à faire l’objet de révisions légèrement négatives surtout en raison de la vigueur de l’euro.

Qualité. Tandis que les États-Unis ont enregistré une forte croissance des profits et un accroissement des marges depuis la dernière récession, les profits hors des États-Unis ont été faibles, surtout en Europe, dans les marchés émergents et en Asie à l’exception du Japon. L’ensemble des niveaux de profit aux États-Unis est de 30 % supérieur aux sommets atteints en 2007, tandis que les profits des sociétés internationales (c.-à-d. à l’extérieur des États-Unis) se situent à 30 % en dessous des sommets préalables1. Nous estimons que cela démontre le potentiel de l’augmentation des profits dans les marchés émergents. Il s’agit d’une bonne nouvelle puisque ces marchés semblent être à leur pleine valeur.

Évaluations. Les évaluations n’ont presque plus d’importance aux yeux des investisseurs depuis 2017 étant donné qu’ils sont prêts à tolérer des évaluations très élevées en échange d’actions de croissance défensive et de momentum qui ont pris de la valeur en raison des fortes révisions à la hausse des bénéfices (ou des attentes d’une révision). Cependant, les évaluations sont toujours importantes pour nous. Le marché boursier américain semble être le plus dispendieux de tous les marchés importants, ses ratios cours/bénéfice (C/B) ajustés en fonction des cycles économiques (ou ratio C/B Shiller) se situant à des niveaux seulement atteints en 1920 et en 2000. Les primes d’évaluation du marché américain par rapport aux marchés internationaux se situent à des sommets inégalés depuis plusieurs décennies, les États-Unis affichant une prime de C/B de 26 % sur les bénéfices prévus, et une prime de ratio cours/valeur marchande de 80 %. Les taux de rendement des dividendes des marchés internationaux sont près de 50 % supérieurs à ceux des États-Unis1.

Bien que les évaluations soient plus attrayantes hors des États-Unis, la plupart des marchés mondiaux ont été réévalués en 2017 et peu d’entre eux peuvent maintenant être considérés comme abordables. Compte tenu des évaluations plus élevées, il est plus difficile de dénicher de nouvelles idées attrayantes et d’investir dans ces sociétés.

Quels sont les risques à surveiller?

Malgré une reprise très positive des actions mondiales en 2017 et des fondations solides pour 2018, il existe certains risques, dont :

  • Des incertitudes supplémentaires entourant les négociations du Brexit à la suite de la récente élection surprise au Royaume-Uni dans le cadre de laquelle aucun parti n’a obtenu une majorité absolue
  • L’incidence à long terme de l’administration du président Donald Trump aux États-Unis
  • La situation volatile en Corée du Nord
  • L’endettement élevé dans certaines économies des marchés émergents
  • La volatilité boursière potentielle qui pourrait survenir lorsque les banques centrales commenceront à augmenter les taux d’intérêt qui se trouvent à des niveaux très faibles et à éliminer les programmes d’assouplissement quantitatif

Principales conclusions

L’année 2017 n’a pas été seulement importante pour les marchés mondiaux, mais également pour l’équipe de croissance internationale et mondiale d’Invesco puisqu’elle marque son 25e anniversaire de gestion de mandats d’actions internationales à Invesco. Lorsque nous nous penchons sur le passé, nous observons que les rendements des marchés internationaux par rapport à ceux des marchés américains ont tendance à être cycliques. Au cours des dernières années, le marché américain a connu un long cycle de rendements supérieurs, mais nous croyons que nous commençons à observer un retour du balancier. Il existe bon nombre de raisons de se montrer modérément optimistes au sujet des marchés internationaux, surtout par rapport au marché américain.

En outre, nous estimons que notre méthode de placement est destinée à connaître un regain de faveur lorsque les investisseurs recommenceront à mettre l’accent sur les caractéristiques fondamentales comme les évaluations, la force du bilan et la qualité du modèle d’entreprise.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Invesco. Les marchés internationaux sont représentés par l’indice MSCI tous pays sauf États-Unis et les marchés américains sont représentés par l’indice S&P 500. Il est impossible d’investir dans un indice.

2 Source : BCA

3 Source : Citi

Renseignements importants

Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs.

Le ratio cours/valeur comptable est calculé en divisant le cours d’une action par sa valeur comptable par action.

Le ratio cours/bénéfices (C/B) de Shiller, également appelé ratio C/B ajusté en fonction des cycles économiques, est une mesure d’évaluation utilisant les bénéfices par action au cours d’une période de 10 ans.

L’indice MSCI tous pays sauf États-Unis est un indice non géré considéré comme représentatif des actions à grande et à moyenne capitalisation des marchés développés et émergents, à l’exception de celles des États-Unis.

L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré représentatif du marché boursier américain.

Les risques des placements dans des émetteurs étrangers, y compris des émetteurs des marchés émergents, peuvent comprendre les fluctuations des monnaies étrangères, l’instabilité politique et économique et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *