Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Rob Waldner | 10 juillet 2018

Perspectives des taux d’intérêt : L’inflation aux États-Unis devrait atteindre son paroxysme cet été

Aux États-Unis, la croissance demeure forte et a accéléré au deuxième trimestre, comparativement au faible taux de 2,2 % enregistré au premier trimestre.1 Nous nous attendons à ce que le taux de croissance pour 2018 oscille autour de 2,8 %, notamment en raison des dépenses en immobilisations et de la consommation. Le taux d’inflation de base demeure faible et nous entrevoyons qu’il va plafonner à environ 2,2 % au cours des deux prochains mois. Par la suite, la diminution des coûts de location et des services devrait le ramener en deçà de 2 %. À notre avis, la Réserve fédérale américaine va relever ses taux une autre fois cette année avant de faire une pause en réaction à la baisse d’inflation. La forte croissance et l’inflation inférieure aux attentes laissent présager un taux des bons du Trésor à 10 ans d’environ 3 %. Cependant, le profil de l’offre va probablement changer au troisième trimestre car le Trésor va commencer à émettre des bons à plus longue échéance. Il se peut que cela entraîne un redressement de la courbe de taux des bons du Trésor.

Europe

Sous-pondération : La Banque centrale européenne (BCE) a fait une nouvelle annonce concernant le retrait graduel des mesures de relance. La fin tant attendue des mesures d’assouplissement quantitatif avait été annoncée pour décembre 2018, après une période de trois mois de réduction des achats d’obligations totalisant 15 milliards € par mois. Mais le président de la BCE, Mario Draghi, a surpris les investisseurs en donnant des indications plus précises sur l’orientation des taux d’intérêt, en l’occurrence en déclarant qu’il n’y aura aucune hausse de taux avant la fin de l’été 2019. En plus de réviser à la baisse ses prévisions de croissance pour 2018 à 2,1 % (contre 2,4 %), la BCE admet que la récente période de ralentissement de la croissance pourrait durer plus longtemps que prévu.2 Cela a nui au taux des Bunds allemands et provoqué un redressement de l’extrémité longue de la courbe de taux allemands et une dépréciation de l’euro. Cependant, nous sommes d’avis que le risque de perte lié aux taux est limité et conservons une duration plus courte.

Chine

Surpondération : Nous continuons de mettre la main sur des occasions de placement attrayantes parmi les obligations d’État à moyen terme de la Chine continentale, mais l’on s’attend à une très faible variation du volume des transactions dans un proche avenir. Grâce aux nouvelles règles de gestion de l’actif, la demande d’obligations d’État chinoises et d’obligations achetées par les banques centrales devrait augmenter et nous avons déjà constaté un accroissement des placements étrangers sur le marché obligataire de la Chine continentale avant son inclusion prévue dans l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond. Le resserrement de la réglementation des services financiers a exercé des pressions sur les institutions financières autres que les banques pour réduire les prêts et cela laisse très peu de marge de manœuvre à la Banque populaire de Chine pour resserrer davantage les liquidités. De plus, diminuer le coût du financement dans l’économie réelle demeure un objectif colossal des plus grands décideurs, signe que les pressions à la hausse sur les taux obligataires vont diminuer à court terme.

Japon

Neutres : La Banque du Japon a laissé sa politique inchangée à sa réunion de juin, mais elle a révisé à la baisse son évaluation de l’inflation. Étant donné qu’une hausse de la taxe à la consommation est prévue en 2019 (ce qui pourrait avoir des retombées négatives sur l’économie) et que les consommateurs hésitent encore à dépenser malgré les augmentations de salaire auxquelles ils ont eu droit, il est difficile d’envisager un resserrement de la politique monétaire de la banque en 2018. Par conséquent, le taux des obligations du gouvernement japonais à 10 ans va probablement rester ancré dans la fourchette de 0,0 % à 0,1 %.

Royaume-Uni

Neutres : L’incertitude entourant le Brexit semble causer du tort à l’économie du Royaume-Uni. Il est peu probable que la situation s’éclaircisse avant la fin de 2018 ou le début de 2019, ce qui pourrait ébranler la confiance des consommateurs et des entreprises entre-temps. Le gouvernement du Royaume-Uni a du mal à convenir d’une position de négociation et les luttes politiques internes pourraient entraîner un vote de censure mettant en cause la première ministre, voire le gouvernement. La Banque d’Angleterre a décidé de ne pas relever ses taux en mai et il semble qu’elle va hésiter à le faire en août, compte tenu de l’incertitude politique, du ralentissement économique et de la lenteur de la progression vers le taux d’inflation cible.

Canada

Neutres : Les échanges commerciaux continuent de défrayer la manchette. Jusqu’ici, les négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain n’ont abouti à rien, mais la situation pourrait changer rapidement. Le produit intérieur brut (PIB) du premier trimestre n’a pas été à la hauteur des attentes, mais certaines composantes du PIB du deuxième trimestre ont montré des signes de redressement. Les salaires ont augmenté sensiblement, grâce en partie aux hausses récentes du salaire minimum. Malgré certains obstacles, il semble de plus en plus probable que la Banque du Canada va hausser encore une fois son taux au jour le jour en juillet. Nos perspectives de taux d’intérêt sont favorables, car le taux des obligations d’État canadiennes à 10 ans devrait demeurer inférieur à son sommet récent de 2,52 %.3

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : US Bureau of Economic Analysis, 30 mai 2018
2 Source : Banque centrale européenne, 14 juin 2018
3 Source : Bloomberg L.P., 17 mai 2018

Renseignements importants

L’assouplissement quantitatif (AQ) est une politique monétaire utilisée par les banques centrales pour relancer l’économie lorsque la politique monétaire normale s’avère inefficace.

Le retrait graduel des mesures de relance désigne la diminution progressive des activités de la banque centrale visant à contrer une piètre conjoncture économique.

Le produit intérieur brut est un indicateur généralisé de l’activité économique d’une région qui mesure la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits dans cette région au cours d’une période donnée.

L’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond est un indice non géré considéré comme étant représentatif des marchés des titres à revenu fixe mondiaux de bonne qualité.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *