Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Christopher Doll | 25 septembre 2017

Pourquoi les hausses de taux ne devraient pas alarmer les investisseurs qui recherchent des revenus

Les obligations sont d’une importance cruciale pour aider les investisseurs à atteindre leurs objectifs de placement. Elles produisent un revenu, offrent une protection du capital et peuvent atténuer la volatilité.

Mais s’il est vrai que les obligations peuvent contribuer à stabiliser le portefeuille, elles ne sont pas sans risque.

Les investisseurs qui détiennent des obligations pourraient craindre que la hausse des taux ne plombe les rendements obligataires. Jusqu’à tout récemment, ces craintes n’étaient pas fondées, car les taux ont atteint des creux jamais vus depuis des décennies.

Mais il se pourrait que cette tendance s’inverse. La Banque du Canada a relevé son taux directeur à deux reprises depuis juillet, ce qui représente une augmentation totale d’un demi-point de pourcentage et la première hausse des taux en sept ans. La Banque a évoqué la vigoureuse croissance de la production économique, des emplois et des salaires pour justifier ces hausses de taux. Les mesures appliquées par la Banque ont entraîné une augmentation de 36 % des taux de l’obligation de référence à 10 ans du gouvernement du Canada depuis le début de juin1.

Pour les investisseurs obligataires, la remontée récente des taux – et la possibilité qu’elle se poursuive – est un rappel que leurs portefeuilles de titres à revenu fixe demeurent vulnérables aux risques de taux d’intérêt, de réinvestissement et de défaillance.

Heureusement, il existe des stratégies qui ont fait leurs preuves et qui peuvent les aider à atténuer ces risques.

L’échelonnement des échéances obligataires dans un contexte de hausse des taux

Si le mouvement haussier des taux d’intérêt peut représenter un défi pour les investisseurs qui détiennent des obligations, tous les portefeuilles obligataires ne réagissent pas de la même façon. Une stratégie d’échelonnement des échéances des obligations qui peut aider les investisseurs en leur permettant d’appliquer à la gestion de leur portefeuille de titres à revenu fixe une discipline fondée sur les règlements et en éliminant la tentation d’essayer de prédire le moment des fluctuations des taux d’intérêt.

En diversifiant les placements obligataires au moyen d’une stratégie d’échelonnement, il est possible de protéger le portefeuille contre les répercussions des hausses de taux d’intérêt. L’échelonnement des échéances obligataires consiste à diversifier le portefeuille entre des catégories d’obligations couvrant toute la gamme des échéances. Lorsque la catégorie des obligations à plus court terme approche de sa date d’échéance, les gains sont réinvestis au taux d’intérêt en vigueur dans la catégorie d’obligations présentant l’échéance la plus longue. Ainsi, si on adopte un échelonnement sur cinq ans, le produit des obligations arrivant à échéance en 2017 sera réinvesti dans des obligations arrivant à échéance en 2022.


L’échelonnement hypothétique et les statistiques ne sont fournis qu’à titre d’exemple. La stratégie d’échelonnement des échéances des obligations ne garantit pas un rendement supérieur à celui qu’offre une stratégie de non-échelonnement des échéances des obligations et ne peut pas éliminer le risque de perte lié aux placements.

Stabilité accrue

S’il est vrai qu’on utilise les obligations pour stabiliser le portefeuille, les fluctuations des taux d’intérêt peuvent avoir des répercussions énormes sur la valeur des placements en titres à revenu fixe.

Le risque de taux d’intérêt réside dans l’éventualité d’une hausse des taux qui entraînerait la chute des prix des obligations. Si bien des investisseurs considèrent que le risque de taux d’intérêt est le prix à payer pour les avantages que procurent les obligations, l’incertitude liée aux taux peut inquiéter ceux qui recherchent un flux de revenus.

L’échelonnement des échéances des obligations peut les aider à gérer leurs inquiétudes en créant un flux de revenus prévisible par la diversification des échéances sur une échelle prédéterminée.

Peu importe que les taux d’intérêt augmentent ou diminuent, une partie du portefeuille est réinvestie aux taux d’intérêt en vigueur, ce qui contribue à stabiliser le rendement annualisé et neutralise en partie l’incidence de la variation initiale des taux sur les prix. Récemment, les stratégies d’échelonnement des obligations ont offert une plus grande protection en période de hausse des taux d’intérêt que ce ne fut le cas pour les portefeuilles obligataires classiques.


Source : Bloomberg L.P. et FTSE TMX Global Debt Capital Markets Inc.

Les prêts à taux variable sont représentés par l’indice des obligations à taux variable FTSE TMX Canada; les obligations de société à court terme sont représentées par l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-5 ans FTSE TMX Canada; l’ensemble des obligations sont représentées par l’indice obligataire FTSE TMX Canada universel; et les obligations d’État à long terme sont représentées par l’indice des obligations très liquides du gouvernement à long terme FTSE TMX Canada.

Suivre les taux

Les intérêts payés par les obligations échelonnées peuvent représenter des flux de trésorerie réguliers. De plus, l’échelonnement peut aider à gérer le risque de réinvestissement – c.-à-d. le risque auquel est soumis un flux de revenus, peu importe la direction dans laquelle les taux d’intérêt évoluent.Lorsque les taux d’intérêt baissent, le produit des obligations arrivant à échéance risque d’être réinvesti à un taux plus faible. Ce risque est particulièrement présent lorsqu’une grande partie d’un portefeuille d’obligations vient à échéance durant une période où les taux sont à la baisse.

Dans un contexte de hausse des taux d’intérêt, les investisseurs courent le risque de voir leurs obligations bloquées dans des échéances à plus long terme, ce qui les empêcherait de pouvoir profiter des taux d’intérêt plus élevés en vigueur. L’échelonnement des obligations libère régulièrement une tranche du portefeuille de titres à revenu fixe, ce qui permet de profiter d’une éventuelle hausse des taux.

L’échelonnement des échéances obligataires fournit un cadre à l’intérieur duquel il est possible d’équilibrer les occasions de réinvestissement d’obligations à court terme avec les taux potentiellement plus élevés qu’offrent généralement les obligations à plus long terme. Une stratégie bien diversifiée d’échelonnement des obligations n’offre pas de garantie contre les pertes, mais elle peut apporter une certaine protection, car elle permet de gérer le processus de réinvestissement à l’aide d’une méthode fondée sur des règles.

Risque de défaillance

Étant donné que l’échelonnement des obligations a pour but de produire un revenu prévisible à long terme, il semble illogique de soumettre le portefeuille à un risque excessif. Les investisseurs qui recherchent des revenus pourraient envisager de privilégier les obligations de meilleure qualité.

Les obligations de société de première qualité sont des titres qui affichent un taux de défaillance historiquement bas tout en offrant un taux de rendement potentiel plus élevé que les titres assortis de notes plus élevées comme les obligations d’État.


Source : Moody’s, Default and Recovery Rates of Canadian Corporate Issuers, 1989–2013. Données les plus récentes. Ces sociétés ont été choisies à des fins illustratives seulement et les présentes ne visent pas à donner des conseils de placement précis. Leurs titres pourraient ne pas être détenus par le PowerShares 1–10 Year Laddered Investment Grade Corporate Bond Index ETF ni par le PowerShares 1-5 Year Laddered Investment Grade Corporate Bond Index ETF (PSB). Selon l’échelle de notation de l’indice composé FTSE TMX. Les notes utilisées sont tirées de celles attribuées par S&P, Moody’s, DBRS et Fitch.

Une question d’équilibre

Les obligations à court terme sont généralement moins sensibles aux variations des taux d’intérêt que les obligations à plus long terme. Comme elles sont moins risquées sur ce plan, elles offrent aussi généralement des taux plus bas que les obligations à long terme de qualité semblable.

Les portefeuilles de titres à revenu fixe qui visent la stabilité en surpondérant soit les obligations à court terme, soit les titres gouvernementaux, pourraient ne pas produire suffisamment de revenus pour permettre à un investisseur d’atteindre ses objectifs et sont sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt. Les portefeuilles d’obligations de société de première qualité peuvent offrir un taux avantageux comparativement à celui d’un portefeuille de titres à revenu fixe classique constitué d’obligations d’État, et une stratégie d’échelonnement peut contribuer à atténuer la sensibilité aux taux d’intérêt.


Remarque : les obligations de société échelonnées, mesurées par l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-10 ans FTSE TMX Canada, offrent un taux de 23 points de base supérieur à celui de l’ensemble de l’univers des obligations (au 31 juillet 2017), mais avec une duration beaucoup plus courte, soit de 4,4 ans contre 7,3 ans.

La stratégie à l’œuvre

Comme de plus en plus de Canadiens prennent leur retraite, il existe un besoin croissant en placements pouvant produire des revenus de qualité tout en servant de complément aux actions. Il est crucial de pouvoir disposer d’une stratégie de titres à revenu fixe qui permette de mieux composer avec différents contextes de taux d’intérêt tout en gérant le risque.

Les stratégies d’échelonnement des obligations Powershares peuvent servir de positions de base dans un portefeuille de titres à revenu fixe. En combinant une stratégie d’échelonnement avec des obligations de société de première qualité, ces FNB aident à gérer les risques de réinvestissement, de taux d’intérêt et de défaillance tout en offrant un taux avantageux comparativement à celui de l’ensemble de l’univers obligataire canadien.

Sur un horizon à plus court terme, le PowerShares 1-5 Year Laddered Investment Grade Corporate Bond Index ETF (PSB) peut offrir une protection contre la sensibilité aux taux d’intérêt ainsi qu’une meilleure préservation du capital.

L’horizon à plus long terme du PowerShares 1-10 Year Laddered Investment Grade Corporate Bond Index ETF (PIB) permet d’investir dans des obligations de société de base offrant des taux potentiellement plus élevés et une plus grande sensibilité aux taux d’intérêt que l’ensemble de l’univers des obligations.

Les investisseurs qui recherchent des revenus et des rendements élevés n’ont pas à s’alarmer devant les hausses de taux. Le recours à une stratégie d’échelonnement peut les aider à tirer parti d’un contexte de taux haussiers.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg L.P., au 6 septembre 2017.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Invesco Canada en date du 12 septembre 2017. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne soient pas considérablement différents des attentes.

Les placements dans des fonds négociés en bourse (FNB) peuvent comporter des commissions et des frais de gestion. Les FNB ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Veuillez lire le prospectus avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès d’Invesco Canada Ltée à powershares.ca.

Un placement dans les FNB comporte des risques. Pour une description complète des risques se rapportant aux FNB, veuillez lire le prospectus.

Des commissions de courtage ordinaires s’appliquent à l’achat et à la vente de parts de FNB.

FTSE TMX Global Debt Capital Markets Inc. (« FTDCM »), FTSE International Limited (« FTSE »), le groupe d’entreprises London Stock Exchange (la « Bourse ») ou TSX Inc. (« TSX » et conjointement avec FTDCM, FTSE et la Bourse, les « concédants de licence ») ne donnent pas de garantie ni ne font de déclaration quelconque expressément ou implicitement que ce soit concernant les résultats susceptibles d’être obtenus à la suite de l’utilisation de l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1- 5 ans FTSE TMX Canada, de l’indice des obligations de société échelonnées de première qualité 1-10 ans FTSE TMX Canada et l’indice obligataire agence non-fédérale à rendement réel FTSE TMX Canada (« l’Indice ») et /ou à la valeur qu’affiche à un moment donné ledit indice, un jour particulier ou autre. Les indices sont compilés et calculés par FTDCM et tous les droits sur les valeurs et les composantes sont dévolus à FTDCM. Aucun des concédants de licence ne saurait être responsable (par suite de négligence ou autrement) envers une personne quelconque à l’égard d’une erreur touchant les indices et aucun des concédants de licence n’est tenu à une obligation d’aviser toute personne d’une erreur qui s’y trouve.

FTSE® est une marque de commerce détenue par les sociétés du London Stock Exchange Group et utilisée par FTSE International Limited (« FTSE ») sous licence. La série d’indices FTSE RAFI® est calculée par FTSE en collaboration avec Research Affiliates, LLC (« RA »). FTSE et RA ne parrainent, n‘endossent ni ne font la promotion du présent produit, n’ont aucun lien avec celui-ci et n’assument aucune responsabilité au regard de son émission, son fonctionnement et sa négociation. Tous les droits de propriété intellectuelle des valeurs et de la liste des composantes de l’indice sont dévolus à FTSE.

PowerShares est une dénomination sociale enregistrée d’Invesco Canada Ltée.

InvescoMD et toutes les marques de commerce afférentes sont des marques de commerce d’Invesco Holding Company Limited utilisées aux termes d’une licence. PowerShares® et toutes les marques de commerce afférentes sont des marques de commerce d’Invesco PowerShares Capital Management LLC (Invesco PowerShares), utilisées aux termes d’une licence.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *