Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 16 mai 2017

Survol des marchés : Les investisseurs sont-ils maintenant immunisés contre les risques?

Les actions ont à peine bougé la semaine dernière malgré les nombreux événements géopolitiques. En effet, la volatilité a atteint la semaine dernière 9,77, un creux de plus de 20 ans1. Le monde n’est clairement pas devenu moins volatil, alors qu’est-ce que cette donnée indique?

Mesurer « l’indice de la peur »

En guise de contexte, l’indice VIX (la mesure de volatilité mentionnée précédemment) mesure la volatilité implicite à la monnaie des options à 30 jours (les options d’achat et les options de vente) de l’indice S&P 500. Lorsqu’il y a une demande accrue pour les options, ce qui se produit habituellement lorsque les investisseurs s’inquiètent de leurs positions et cherchent à les protéger, le prix des options et de l’indice VIX augmentent. Voilà pourquoi on appelle l’indice VIX « indice de la peur ». La sagesse populaire suggère que plus l’indice VIX est élevé, plus grandes sont les chances d’un repli boursier.

Il est important de noter qu’il existe deux types de volatilité : Implicite et réalisée. L’indice VIX mesure la volatilité implicite, qui représente les attentes des investisseurs à très court terme. La volatilité réalisée représente les événements passés en mesurant l’écart-type de l’indice S&P 500. Autrement dit, elle mesure les mouvements de l’indice au cours d’une période de temps donnée.

Normalement, la volatilité implicite est plus élevée que la volatilité réalisée, mais les deux sont fortement corrélées. À l’heure actuelle, les deux mesures de volatilité se situent à des niveaux très bas. L’indice VIX a reculé de façon importante au cours des dernières semaines, après avoir légèrement surpassé la barre des 16 le 17 avril2. L’an dernier, l’indice se situait à un niveau encore plus élevé, dépassant 22 le 4 novembre, quelques jours avant l’élection présidentielle américaine. L’indice était même encore plus élevé au moment du vote du Brexit2. Actuellement, la volatilité a baissé pour les actions ainsi que d’autres catégories d’actif.

Risques géopolitiques importants

Alors que s’est-il passé? Les risques géopolitiques ont-ils diminué au cours des dernières semaines? Cela ne semble pas être le cas. Après la victoire d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle en France, qui a calmé l’incertitude entourant l’avenir de la France dans l’Union européenne, la Corée du Nord a accusé les États-Unis d’avoir tenté d’assassiner son leader et considère cet acte comme une déclaration de guerre. La Corée du Nord a montré ce ton agressif en effectuant un test de lancement de missiles pouvant transporter une charge nucléaire en fin de semaine passée.

De plus, le directeur du FBI James Comey a été congédié la semaine dernière, ce qui devrait retarder la mise en place de l’agenda législatif de M. Trump, certains observateurs suggérant même que l’agenda pourrait même ne pas se réaliser du tout. Une cyber-attaque considérable touchant plusieurs pays et sociétés le 12 mai a également causé certaines craintes.

Pourquoi la volatilité est-elle si faible?

Il existe différentes explications. Premièrement, les investisseurs ont peut-être décidé de mettre l’accent sur les caractéristiques fondamentales des sociétés. En date du 12 mai, 75 % des entreprises ont battu les estimations des bénéfices, et 64 % d’entre elles ont surclassé les estimations du revenu moyen au cours du premier trimestre (données divulguées par 91 % des sociétés)2. En effet, la saison des bénéfices a été positive, les bénéfices des entreprises surclassant les attentes de 6,0 %, excédant de façon importante la moyenne de 4,1 % sur une période mobile de cinq ans2.

Une autre explication veut que les indices VIX et S&P 500 affichent des données faussées étant donné qu’un petit nombre de sociétés à très grande capitalisation dominent l’indice S&P 500, réduisant ainsi la volatilité et propulsant le cours de l’indice.

Bien sûr, il existe également d’autres raisons possibles. Par exemple, le marché obligataire pourrait constituer un meilleur « indice de la peur » étant donné ses meilleurs antécédents pour prédire le risque. Il se peut aussi qu’un niveau de risque plus élevé soit simplement devenu la « nouvelle normalité ». En effet, les investisseurs sont peut-être en train de devenir immunisés contre le chao géopolitique et choisissent donc de l’ignorer.

Leçons pour les investisseurs

Bien que les investisseurs à long terme devraient ignorer les manchettes, cette pratique pourrait devenir dangereuse si des événements géopolitiques menaçaient les caractéristiques fondamentales. Ce genre de situation est rare, mais je crois que les investisseurs ne devraient pas ignorer cette possibilité et porter attention aux incidences des risques géopolitiques. Pour ce faire, ils pourraient considérer des stratégies qui ne font pas que reproduire le marché, mais qui mettent également l’accent sur les caractéristiques fondamentales. Par exemple, les stratégies actives à forte conviction et les stratégies à bêta intelligent. Pour prendre de bonnes décisions en matière de placement, il faut prendre en considération ses objectifs de placement ainsi que les caractéristiques fondamentales comme les évaluations, les bénéfices et les revenus.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : FactSet Research Systems Inc. Les actions sont représentées par l’indice S&P 500. La volatilité est représentée par l’indice CBOE Volatility (VIX).

2 Source : FactSet Research Systems Inc.

L’indice CBOE Volatility Index® (VIX®) est une mesure clé des attentes au sujet de la volatilité à court terme obtenu à partir des cours des options de l’indice S&P 500. VIX est le symbole boursier de l’indice Chicago Board Options Exchange (CBOE) Volatility, qui indique les attentes du marché en matière de volatilité sur 30 jours.

L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré comme représentatif du marché boursier américain.

La volatilité est une mesure statistique qui indique l’ampleur des fluctuations à la hausse et à la baisse d’un actif au fil du temps.

L’écart-type mesure l’écart des rendements totaux d’un indice par rapport à la moyenne.

Le bêta intelligent représente une alternative à la méthode de sélection des indices qui vise à surclasser un indice de référence ou à réduire le risque du portefeuille, ou les deux, dans le cadre de véhicules actifs ou passifs. Les fonds à bêta intelligent pourraient obtenir des rendements inférieurs à ceux d’un indice de référence basé sur la capitalisation boursière ou augmenter les risques du portefeuille.

Une option de vente donne le droit à un investisseur de vendre un titre à un prix spécifié pendant une certaine période de temps.

Une option d’achat donne le droit à un investisseur d’acheter un titre à un prix spécifié pendant une certaine période de temps.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Kristina Hooper, en date du 15 mai 2017. Les commentaires ne constituent pas des recommandations, mais représentent une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils comportent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’existe aucune garanti que les résultats actuels ne différeront pas de manière importante des attentes.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *