Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jeff Feng | 25 avril 2017

Trois raisons de choisir la gestion active pour les placements dans les marchés émergents

Maintenant que les stratégies d’indexation passive sont omniprésentes sur le marché, je suis heureux que le débat au sujet des placements actifs vs placements passifs soit clos. Il a cédé la place à une discussion plus nuancée sur l’utilité de chaque méthode dans le portefeuille d’un épargnant. Je crois fermement que pour les marchés émergents, la gestion active n’est pas seulement préférable, mais bien essentielle dans la plupart des cas. Voici trois raisons expliquant mon raisonnement.

Raison numéro 1 : Éviter les entreprises publiques

L’indice MSCI Marchés émergents (l’indice) est surtout basé sur la capitalisation boursière des titres individuels. De ce fait, il comprend une proportion élevée de sociétés des secteurs des télécommunications, des banques et des ressources.

Selon moi, ces sociétés ont tendance à ne pas offrir de bons rendements aux épargnants pour certaines raisons clés. Premièrement, les sociétés qui dominent l’indice ont tendance à être contrôlées par l’État, ce qui veut dire que les gains des actionnaires ne sont pas la priorité des équipes de direction. Ces dernières mettent généralement l’accent sur leur devoir envers leur pays, non pas envers les investisseurs. Finalement, cela signifie que nos objectifs peuvent ne pas être alignés avec ceux de la société.

Raison numéro 2 : Accent sur la qualité

Deuxièmement, nous estimons que les sociétés des télécommunications et des ressources, et les banques à un moindre degré, ne possèdent généralement pas les caractéristiques des sociétés de qualité que nous recherchons.

Notre méthode de placement met l’accent sur quatre éléments : solides flux de trésorerie disponibles, taux de croissance interne, rendements sur le capital investi et avantage concurrentiel viable. Les compagnies qui ont les pondérations les plus importantes dans l’indice des marchés émergents basé sur la capitalisation boursière pourraient ne pas répondre à ces quatre critères. D’un point de vue qualité, nous estimons que ces secteurs sont moins attrayants que d’autres comme la consommation et les technologies de l’information par exemple.

Raison numéro 3 : S’aventurer hors des sentiers battus

Troisièmement, les placements dans les sociétés ne faisant pas partie de l’indice général peuvent donner lieu à plus d’occasions de créer un portefeuille qui se distingue, puisque contrairement aux marchés développés, bon nombre de sociétés des marchés émergents ne sont pas suivies par les analystes et autres membres de la communauté des placements. Selon mon expérience, le chemin le moins emprunté procure les meilleures occasions.

Voilà les trois principales raisons qui expliquent pourquoi les placements indiciels ne donnent pas aux investisseurs un accès aux placements les plus attrayants affichant un profil risque/rendement confortable dans le secteur des marchés émergents.

Si vous avez des questions, veuillez les laisser ci-dessous.

 

Autres blogues de Jeff Feng

Marchés émergents : Toutes les raisons sont bonnes d’être prudents en 2019
14 décembre 2018

La prise de bec entre les États-Unis et la Chine illustre bien l’importance d’investir dans des titres de qualité
9 novembre 2018

Placements dans les marchés émergents : sociétés multinationales contre entreprises locales
18 avril 2018

Lorsque les tensions géopolitiques créent des occasions
28 mars 2018

Les marchés émergents : source de revenus de sociétés
20 février 2018

La méthode à l’œuvre : Pourquoi ces deux sociétés sont attrayantes selon nous
16 novembre 2017

Pourquoi investir dans les marchés émergents à l’heure actuelle?
25 octobre 2017

Gestion des risques dans les marchés émergents
9 juin 2017

L’évolution des ME
1 mai 2017

Trois raisons de choisir la gestion active pour les placements dans les marchés émergents
25 avril 2017

Une situation explosive à Samsung
25 octobre 2016

Marchés émergents :
« L’occasion de la décennie »?

18 mars 2016

Quelle est l’incidence de la volatilité en Chine sur nos fonds?
18 janvier 2016

Les marchés chinois chutent, nous prenons positions
28 août 2015

L’accent placé sur la qualité protège les fonds Trimark de la chute du marché des actions de catégorie A en Chine
8 juillet 2015

Des acrobates, des jongleurs et des rendements de 263 % *
11 mai 2015

La Chine sera bientôt concurrentielle en matière d’innovation, pas juste en termes de coûts
12 février 2015

La vision à court terme des investisseurs multiplient les occasions de placement en Chine
12 février 2015

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Jeff Feng est responsable des actions des marchés émergents à Invesco Hong Kong Ltd. Invesco Canada a conclu une entente de sous-conseiller avec IHKL afin de gérer certains fonds Trimark.