Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Mark Jason | 29 août 2017

Trois raisons pour lesquelles nous entrevoyons une amélioration au Brésil

Juste au moment où le Brésil semblait se remettre de la pire récession de son histoire, ce pays a subi un autre contrecoup en mai dernier. Un enregistrement secret a fait surface dans lequel le président Michel Temer, paraît-il, parle d’acheter le silence de l’ancien président de la Chambre basse, Eduardo Cunha, alors que ce dernier est en prison. Depuis lors, le président Temer a été jugé innocent au début juin d’infractions à la loi sur le financement des campagnes, mais il a été accusé à la fin juin de corruption en relation avec une histoire de subornation. Les turbulences politiques qui persistent ont donc retardé l’approbation de la très nécessaire réforme du régime de retraite et d’autres réformes. Et pourtant, les données fondamentales du Brésil sont maintenant bien plus solides qu’à la fin de 20161, grâce à ses perspectives d’inflation modérées, à de solides entreprises et à une balance des paiements en bonne santé.

Pour nous, investisseurs ascendants, tout cela se résume à un potentiel d’occasions de placement. Je détaille ci-dessous les signes positifs que l’équipe de croissance internationale et mondiale d’Invesco constate au Brésil.

 1. Les changements politiques pourraient être positifs pour les réformes

Bon nombre d’experts prédisent que le président Temer ne restera pas au pouvoir. Si jamais il démissionne ou s’il est écarté, Rodrigo Maia, président de la Chambre basse, assumerait probablement le rôle de président. Cela pourrait s’avérer positif pour le programme de réformes. Le marché semble être d’accord – sur cette toile de fond, l’indice Bovespa est déjà en hausse de 8,6 %2 (en USD) après les 15 premières séances boursières du troisième trimestre.

À plus long terme, le renvoi des politiciens corrompus du Brésil serait tout à fait positif. La prochaine élection présidentielle en octobre 2018 pourrait marquer un tournant si la population abandonne les politiciens traditionnels et se tourne vers des outsiders qui pourraient donner un nouveau souffle au Brésil.

 2. L’inflation a baissé, et les taux pourraient suivre

Notons que le taux d’inflation qui était de 11 % en janvier 2016 a baissé à 3 % en juin 20172. Cette amélioration donne à la banque centrale une marge de manœuvre pour envisager des réductions supplémentaires des taux d’intérêt.

Bien que les taux aient déjà baissé de 400 points de base depuis le début du relâchement de la politique monétaire en octobre 2016, nous nous attendons à d’autres baisses au cours des prochains mois.

 3. Les entreprises sont plus saines

Les entreprises brésiliennes sont en bien meilleure santé qu’il y a un an. Le ratio de la dette nette par rapport au bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIDA), qui était de 3 il y a un an, s’est amélioré à 2,2 durant le premier trimestre de 2017. Le ratio de la couverture des intérêts s’est amélioré à 2,7 comparativement à 1,4 il y a un an3. Les entreprises brésiliennes ont tiré profit des taux d’intérêt moins élevés et de l’amélioration de leurs résultats opérationnels.

Nos perspectives : De l’optimisme pour l’avenir

Il ne fait aucun doute que les constantes turbulences politiques sont un revers économique et nous nous attendons à ce qu’elles entraînent une certaine volatilité du marché à court terme. Nous restons, cependant, optimistes quant aux perspectives à long terme du Brésil. D’après les données fondamentales sous-jacentes des entreprises, le Brésil recèle de nombreuses sociétés d’excellente qualité qui ont continué de croître en dépit du contexte politique négatif. En tant qu’investisseurs à long terme, nous considérons que la volatilité du marché présente des occasions de placement dans des sociétés désirables à des prix plus qu’attrayants. En outre, les ratios actuels d’évaluation boursière semblent attrayants. Selon l’indice MSCI Brésil, le taux de flux de trésorerie disponible pour les 12 prochains mois a atteint 7,6 % (son plus haut point en 10 ans)4, car les sociétés ont tiré profit de la diminution des coûts du service de leur dette et de l’amélioration de leur rentabilité.

En nous fondant sur notre analyse ascendante des sociétés, nous avons profité des récents replis du marché, provoqués par des événements, et augmenté la part de l’actif de la Catégorie croissance internationale Invesco allouée au Brésil.5

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, 30 juin 2017.

2 Source : Bloomberg L.P., 25 juillet 2017.

3 Source : Credit Suisse, Brazilian Banks, 29 juin 2017. Analyse interne basée sur la base de données Economatica.

4 Source : FactSet Research Systems Inc.

5 Au 30 juin 2017, une proportion de 4,47 % du total de l’actif net du fonds était allouée au Brésil.

Un point de base est égal à un centième de point de pourcentage.

L’indice Bovespa, considéré comme étant représentatif du marché boursier du Brésil, est composé de titres se négociant sur la Bourse de Sao Paulo, qui regroupe les marchés des actions, des contrats à terme et des matières premières.

L’indice MSCI Brésil est composé de titres de sociétés à moyenne et à grande capitalisation du marché boursier du Brésil.

Le taux de flux de trésorerie disponible est un moyen de calculer la valeur d’une entreprise en divisant le flux de trésorerie disponible par la valeur d’entreprise.

Le rendement d’un placement dont les émetteurs sont concentrés dans une région ou un pays devrait être étroitement lié aux conditions qui prévalent dans ladite région et être plus volatil que les placements diversifiés sur le plan géographique.

Risques propres à la Catégorie croissance internationale Invesco

Les instruments dérivés peuvent être plus volatils et moins liquides que les placements traditionnels, et sont assujettis aux risques de marché, de taux d’intérêt, de crédit, de levier, de contrepartie et de gestion. Un placement dans un instrument dérivé pourrait perdre davantage de valeur que le montant en espèces investi.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris de marchés émergents, peuvent comporter des fluctuations des taux de change, un risque d’instabilité politique et économique, et d’imposition étrangère.
Les actions de croissance sont généralement plus sensibles aux variations de leurs bénéfices et peuvent être plus volatiles.

Les actions de sociétés de moyenne taille sont généralement plus vulnérables à des développements défavorables, peuvent être plus volatiles, et peuvent être illiquides ou restreintes à la revente.

Le Fonds est assujetti à certains autres risques. Veuillez consulter le prospectus en vigueur pour obtenir plus d’informations concernant les risques associés à un placement dans le Fonds.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *