Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Christopher Doll | 10 mars 2017

Un revenu de dividendes mensuel élevé et moins de volatilité, est-ce possible?

Pas facile de mettre la main sur des placements productifs de revenus dans la conjoncture actuelle. Or, de nombreux épargnants ont comme premier objectif de placement de toucher un dividende mensuel. Comme les occasions de placements canadiennes offrent peu d’avantages au chapitre de la diversification, de nombreux épargnants veulent investir au-delà de nos frontières pour bénéficier d’un revenu de dividendes plus diversifié.

Cependant, un portefeuille dont le seul critère de placement est le rendement en dividendes risque d’être plus volatil et de tomber dans le « piège du rendement ».1 Pour remédier à la situation, pourquoi ne pas combiner plusieurs facteurs de placement dans un portefeuille. (Pour en savoir plus sur les placements factoriels, nous vous invitons à lire le document « Questions et réponses : Qu’est-ce que le placement factoriel? ») En ajoutant un filtrage de faible volatilité au filtrage de dividendes, on obtient un indice qui permet aux épargnants d’accéder à des entreprises qui ont une forte croissance des dividendes, tout en évitant le plus possible les pièges des placements effectués selon le critère des dividendes.

Pour parler de l’efficacité de combiner plusieurs facteurs pour créer une stratégie à dividendes élevés et à faible volatilité, je me suis entretenu avec deux experts de S&P Dow Jones Indices.

Voici un résumé de ma conversation avec Craig Lazzara, responsable mondial de la stratégie d’investissement indiciel, et Shaun Wurzbach, responsable mondial de la gestion du canal des conseillers financiers, à S&P Dow Jones Indices.

Chris : Pouvez-vous nous expliquer comment vous alliez le facteur faible volatilité et le facteur dividendes dans l’élaboration du portefeuille?

Shaun : En matière de placements factoriels, la stratégie à dividendes se marie très bien avec la stratégie à faible volatilité. Les conseillers disent souvent que les dividendes peuvent servir de coussin en périodes de volatilité, en raison de la protection possible contre le risque de perte que procurent les actions des sociétés dont les dividendes vont en augmentant.

De nombreux conseillers se tournent vers des stratégies qui allient les facteurs faible volatilité et dividendes. D’ailleurs, il y a un indice composé à dividendes élevés et à faible volatilité que beaucoup de conseillers trouvent très intéressant comme combinaison. Je crois que les conseillers considèrent le facteur dividendes très utile en combinaison avec le facteur faible volatilité, étant donné que bon nombre d’entre eux visent à offrir une certaine protection à leurs clients. Une autre idée qui fonctionne bien dans la même veine est la qualité.

Lorsque les conseillers ont des doutes quant aux perspectives des marchés boursiers, beaucoup ont tendance à redoubler de prudence et à se tourner vers les titres de qualité. C’est ce qu’on observe depuis des décennies. Parlez à des investisseurs plus âgés et ils vous diront ceci : « Quand ça va mal, les investisseurs se replient sur les sociétés de premier ordre, parce qu’elles sont un gage de qualité ». Outre les dividendes, je crois que la qualité est un facteur que beaucoup de conseillers allient à la faible volatilité.

Chris : Pouvez-vous nous expliquer brièvement comment S&P s’y prend pour élaborer les indices à faible volatilité et à dividendes élevés?

Craig : Nous commençons par filtrer les titres de l’indice choisi pour sélectionner ceux dont le rendement est le plus élevé. Par exemple, dans l’indice S&P 500, nous identifions les 75 titres au rendement le plus élevé et, de ce nombre, nous retirons les 25 titres les plus volatils. Ensuite, nous pondérons les 50 titres restants en fonction de leur rendement en dividendes.

Les indices comportent à la fois un filtrage de rendement et un filtrage de volatilité. La raison pour laquelle cette combinaison fonctionne, à notre avis, est que dans certaines conjonctures, un titre peut procurer un rendement élevé parce que la société émettrice éprouve des difficultés. Alors, il est possible, ou du moins fort probable, qu’elle réduise son dividende. Si le marché a escompté une baisse du dividende, mais que les données officielles sur les dividendes ne reflètent pas une baisse, le cours boursier peut avoir chuté par anticipation d’une réduction du dividende ou parce que la société traverse une mauvaise passe.

C’est une variante de ce qu’on appelle souvent de fausses aubaines, ou piège de la valeur, autrement dit lorsqu’un titre est bon marché pour une raison particulière et que les investisseurs qui l’achètent assistent impuissants à la chute continue de son cours.

Un bon moyen d’éviter le piège de la valeur est d’appliquer un filtrage de volatilité. Cette technique, qui vise à éliminer les titres les plus volatils, contribue à éviter les actions qui ont un rendement particulièrement élevé en raison d’un problème sous-jacent qui ne se reflète pas encore dans les données officielles sur les dividendes.

Comme on sait, les épargnants recherchent un rendement sous forme de revenu à l’échelle mondiale; le rendement est une priorité absolue pour bon nombre d’entre eux.

Grâce au processus d’élaboration des indices à faible volatilité et à dividendes élevés, ces stratégies ont tendance à obtenir des rendements nettement supérieurs à la moyenne et le filtrage de faible volatilité procure une protection additionnelle contre les fausses aubaines. Pour ces raisons, la combinaison de ces deux facteurs attire de nombreux conseillers et leurs clients.

Chris : Pourrait-on dire que cette combinaison constitue une stratégie à dividendes élevés assortie d’un filtrage de qualité?

Craig : Oui, pourquoi pas. C’est comme ça que je la perçois.

Shaun : Il s’agit d’un filtrage de volatilité et je crois qu’il est raisonnable de parler de qualité. Craig a déjà évoqué le pouvoir de supprimer du point de repère un ou plusieurs éléments que l’on estime susceptibles de nuire au rendement. Par expérience, je dirais que c’est ainsi que beaucoup de conseillers perçoivent cette stratégie qui consiste à retirer les sociétés qui risquent de moins bien performer parmi celles qui versent des dividendes. D’entrée de jeu, de nombreux conseillers à qui nous avons parlé misent gros sur ce type de stratégie pour élaborer les portefeuilles de leurs clients.

Pour un épargnant qui veut investir dans des actions américaines ou mondiales et qui est en quête de dividendes élevés, cette combinaison de facteurs peut lui apporter ces deux caractéristiques en plus d’offrir un degré de volatilité inférieur aux autres stratégies de dividendes traditionnelles. En fait, si l’on se fie à l’analyse des données des indices, les combinaisons hypothétiques de ces indices alliées au point de repère indiquent des rendements plus élevés et moins volatils que le point de repère pris isolément.

Les conseillers qui comprennent cela savent comment positionner ces indices comme outils de gestion des risques. Leur but lorsqu’ils utilisent ces indices à des fins de gestion des risques est de maintenir la pondération d’actions en vue de procurer un rendement potentiellement plus élevé, tout en réduisant l’écart-type du portefeuille par rapport à un portefeuille composé uniquement d’actions de base.  Évidemment, puisqu’ils ont maintenant à leur disposition des FNB qui reproduisent ces indices, ils peuvent mettre cette technique de gestion des risques en pratique si elle répond aux besoins de leurs clients. Comme cette technique allie une stratégie simple, mais extrêmement efficace, à un point de repère très connu et généralement accepté (l’indice S&P 500), je suis persuadé que les conseillers vont y adhérer en bloc. D’ailleurs, ces indices à faible volatilité et à dividendes élevés ont également été autorisés en Australie et au Royaume‑Uni.

Si vous avez des questions concernant les stratégies à dividendes élevés et à faible volatilité, n’hésitez pas à nous les poser dans la section réservée aux commentaires ci-dessous.

PowerShares S&P 500 High Dividend Low Volatility Index ETF (UHD)

PowerShares S&P Global ex. Canada High Dividend Low Volatility Index ETF (GHD)

Autres blogues de Christopher Doll

C’est la saison des ventes à perte à des fins fiscales
6 décembre 2018

Gérer les préoccupations liées aux taux d’intérêt
9 avril 2018

Des actions qui versent des dividendes de qualité en complément des obligations
24 novembre 2017

Pourquoi les hausses de taux ne devraient pas alarmer les investisseurs qui recherchent des revenus
25 septembre 2017

Diversifier votre portefeuille de revenu au moyen de prêts privilégiés
23 juin 2017

Les placements factoriels peuvent-ils contribuer à éviter les biais comportementaux des investisseurs?
6 juin 2017

Mitiger le risque alors que la volatilité menace
5 mai 2017

Vos données sur les FNB sont-elles exactes?
12 avril 2017

Un revenu de dividendes mensuel élevé et moins de volatilité, est-ce possible?
10 mars 2017

Questions et réponses : Qu’est-ce que le placement factoriel?
6 mars 2017

Arrivez-vous à satisfaire vos besoins en matière de revenu?
27 janvier 2017

Vous cherchez à éviter les pièges des indices pondérés en fonction de la capitalisation boursière?
8 novembre 2016

Questions et réponses : Comment les conseillers canadiens ont-ils recours au facteur faible volatilité dans les portefeuilles?
14 octobre 2016

Questions et réponses : Les stratégies à faible volatilité s’équivalent-elles toutes?
2 septembre 2016

Questions et réponses : Comprendre les placements à faible volatilité
9 août 2016

Vendre en mai et s’en aller? Pas nécessairement
3 juin 2016

Négociation des FNB : Guide des meilleures pratiques
16 janvier 2016

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Un « piège » de dividendes ou de rendement désigne une société dont le rendement en dividendes est élevé, mais pas viable. Il s’agit du genre de société qui peut éprouver des difficultés fondamentales ou financières propres à inciter les dirigeants à réduire ou même à éliminer les versements de dividendes à l’avenir.

S&P®, S&P 500®, S&P 500 Low Volatility Index®, S&P 500® Low Volatility High Dividend Index et S&P Global 1200 Ex-Canada Low Volatility High Dividend Index sont des marques de commerce déposées de Standard & Poor’s Financial Services LLC et ont fait l’objet d’une licence d’utilisation accordée à S&P Dow Jones Indices LLC et d’une sous-licence d’utilisation à certaines fins accordée à Invesco Canada Ltée.

Les indices S&P/TSX Composite Low Volatility Index, S&P 500 Low Volatility Index (CAD Hedged), S&P 500 Low Volatility High Dividend, S&P Global 1200 Ex-Canada Low Volatility High Dividend Index, S&P BMI International Developed Low Volatility Index, S&P BMI Emerging Markets Low Volatility Index et S&P/LSTA U.S. Leverage Loan 100 Index (CAD Hedged) (les « indices ») sont des produits de S&P Dow Jones Indices LLC, qu’Invesco Canada Ltée utilise aux termes d’une licence. Les FNB indiciels PowerShares d’Invesco Canada Ltée ne sont pas commandités, avalisés, vendus ou promus par S&P Dow Jones Indices LLC, ni par ses sociétés affiliées, ni par LSTA, ni par TSX et aucune de ces parties ne fait de déclaration quant à la pertinence d’investir dans un tel produit.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *