Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 5 septembre 2019

Cinq événements à surveiller en septembre

Le mois d’août est censé être un mois au ralenti et relaxant, mais cette année, il a été tout sauf reposant pour les investisseurs. Les frictions commerciales ont augmenté pendant la majeure partie du mois. La courbe des taux des bons du Trésor américain s’est inversée à plusieurs reprises et cela a déstabilisé les investisseurs qui craignaient une récession imminente aux États-Unis.

Évidemment, cela a attisé la volatilité des marchés boursiers, comme en témoigne l’indice de volatilité du CBOE (VIX), qui a atteint un nouveau sommet pour 2019 en août.1 Au lieu de profiter du calme et des journées ensoleillées, les marchés ont été secoués le mois dernier par les entrevues avec les membres du Federal Open Market Committee (FOMC) à Jackson Hole, les gazouillis du président Donald Trump et les bouleversements géopolitiques au Royaume-Uni, en Italie et en Inde, pour n’en nommer quelques-uns.

Résultat, un sentiment d’« aversion pour le risque » a dominé pendant la majeure partie du mois d’août, si bien que les investisseurs se sont rués vers les « valeurs refuges », comme les bons du Trésor et l’or. Cependant, le ton plus accommodant de la Réserve fédérale américaine (Fed) a soutenu les actifs à risque, de sorte que l’indice S&P 500 a terminé le mois en hausse, en dépit des nombreux soubresauts. Les événements du mois d’août nous rappellent les avantages que la diversification peut procurer et l’importance de conserver ses placements sans se préoccuper des manchettes.

Événements à surveiller en septembre

  1. Le Brexit. Le chaos entourant le Brexit va probablement s’intensifier cette semaine, car une épreuve de force semble imminente. Le premier ministre britannique, Boris Johnson, semble vouloir quitter l’Union européenne (UE) à tout prix le 31 octobre et a tout fait pour qu’il en soit ainsi. La semaine dernière, il est allé jusqu’à décider de suspendre les travaux du Parlement pendant cinq semaines, soit de la mi-septembre à la mi-octobre, ce qui limite considérablement le temps dont le Parlement dispose pour éviter un Brexit « sans accord ». Les députés qui s’opposent à un Brexit sans accord tentent d’organiser et de coordonner un « vote de censure » ou de faire adopter un changement législatif visant à empêcher la Grande-Bretagne de se retirer du bloc sans un accord de sortie. Des actions en justice ont également été intentées pour empêcher un Brexit sans accord et suivent leur cours devant les tribunaux. Au moment où j’écris ces lignes, un député conservateur a démissionné, ce qui a fait perdre sa majorité à M. Johnson et accentué l’incertitude provoquée par les événements qui se sont produits au Royaume-Uni cette semaine. L’incertitude à l’égard de la politique économique va probablement s’accroître, ce qui risque de freiner les dépenses d’investissement des entreprises et de continuer d’exercer des pressions à la baisse sur la livre sterling.
  2. Les retombées des guerres tarifaires entre les États-Unis et la Chine. D’autres tarifs américains sont entrés en vigueur le 1er septembre et visent essentiellement les produits de consommation importés de la Chine. Même si les investisseurs étaient plus confiants quant aux relations commerciales entre les États-Unis et la Chine la semaine dernière, la réalité les a rattrapés cette semaine. Après tout, si les États-Unis et la Chine ont du mal à décider de la date des pourparlers ce mois-ci, cela indique qu’on est encore loin d’un accord; c’est le moins qu’on puisse dire. Les guerres commerciales causent du tort au secteur manufacturier américain et nous avons pu le constater le 3 septembre, lorsque nous avons appris que l’indice ISM manufacturier des États-Unis a chuté à 49,1 points en août, signe que le secteur manufacturier est en contraction. Le sous-indice des nouvelles commandes de l’indice ISM manufacturier, que je suis de très près, a chuté brusquement en août à son plus bas niveau en sept ans. Les nouveaux tarifs auront probablement une incidence sur la consommation américaine également; d’ailleurs, on note déjà des signes de diminution de la consommation. L’indice de confiance des consommateurs du mois d’août, compilé par l’Université du Michigan, a enregistré sa plus forte baisse en six ans. Cela étant dit, je m’inquiète davantage de l’écart des attentes des consommateurs, qui fait état d’un écart grandissant entre la situation actuelle et les attentes des consommateurs. Ces deux indicateurs sont en baisse, mais les attentes ont chuté d’environ le double par rapport à la situation actuelle au cours du dernier mois.2 Nous allons surveiller de près les statistiques économiques américaines, particulièrement celles qui portent sur la consommation.
  3. La courbe des taux. À mon avis, la courbe des taux des bons du Trésor de 2 à 10 ans va probablement s’inverser à nouveau. Or, même si j’anticipe un ralentissement de la croissance économique américaine, je doute qu’une récession soit imminente. Une récession aux États-Unis peut encore être évitée, mais elle pourrait facilement se produire si le différend commercial poursuit sa trajectoire actuelle. Comme je le dis et le répète depuis un certain temps, les guerres tarifaires sont néfastes et ne sont pas faciles à gagner. Je crois que la Chine a un bien meilleur pouvoir de négociation que les États-Unis; alors, je ne vois vraiment pas pourquoi elle capitulerait. Mon scénario de référence demeure que le différend commercial ne sera pas résolu à court terme, mais qu’à l’approche des élections présidentielles américaines de 2020, il est plus probable que les États-Unis vont capituler et accepter des concessions mineures de la Chine afin de conclure un accord commercial.
  4. L’Italie. Après l’effondrement du précédent gouvernement de coalition entre le Mouvement Cinq étoiles et le parti Lega, un nouveau gouvernement de coalition entre le Mouvement Cinq étoiles et le Parti démocrate (PD) de centre-gauche est en voie de se former. Le taux des obligations d’État italiennes à 10 ans a chuté à 0,865 %, par rapport à 1,80 % il y a à peine trois semaines,3 ce qui indique un soulagement évident et un regain de confiance à l’égard du nouveau gouvernement de coalition. Mais, détrompez-vous, l’avènement probable d’une nouvelle coalition ne signifie pas la fin de la volatilité. Les membres du Mouvement Cinq étoiles doivent ratifier l’accord. Ensuite, le nouveau gouvernement devra s’entendre sur un nouveau budget qui correspondra aux valeurs des deux partis et qui, espérons-le, relancera l’économie italienne qui bat de l’aile. Les deux partis vont aussi devoir se répartir les postes clés du cabinet, ce qui pourrait facilement semer la discorde. Le point positif est que le PD est en faveur de l’Union européenne (ce qui n’était pas le cas du parti Lega), ce qui laisse entrevoir des relations moins acrimonieuses avec l’UE.
  5. La Réserve fédérale américaine. La prochaine réunion du FOMC se tiendra dans à peine quelques semaines. Je pense qu’elle procèdera à une baisse de taux en septembre, mais je ne suis pas convaincue que cette tendance va se maintenir. C’est d’autant plus probable depuis que nous avons entendu les propos de plusieurs membres du FOMC en entrevue à Jackson Hole, qui ont dit clairement qu’ils sont réticents à réduire encore les taux s’ils peuvent l’éviter. Je m’attends à ce que l’orientation de la Fed dépende des données et à ce que la tournure de la guerre commerciale dépende des nouvelles. Quoi qu’il en soit, l’assouplissement de la politique monétaire de la Fed n’est pas un antidote aux tarifs douaniers. À mon avis, le plus gros impact des mesures d’assouplissement monétaire de la Fed sera sur les actions et les autres actifs à risque.

Conclusion, le mois de septembre sera vraisemblablement tout aussi mouvementé que le mois d’août. Les investisseurs devraient éviter de se laisser influencer par les manchettes et de céder à la panique. L’idéal est de conserver un portefeuille largement diversifié et de continuer d’investir dans les actifs à risque, mais aussi d’investir judicieusement dans les catégories d’actifs alternatives. Ils devraient aussi surveiller les occasions de placement, qui ont tendance à survenir en périodes de volatilité.

 

 

 

 

 

 

Autres blogues de Kristina Hooper

La Fed laisse libre cours aux marchés boursiers. Le redressement pourra-t-il se poursuivre?
6 novembre 2019

Les données de cette semaine confirmeront-elles l’optimisme de la semaine dernière pour les actions?
30 octobre 2019

Les investisseurs devraient-ils avoir peur d’un repli boursier de l’Halloween?
22 octobre 2019

Nouvelle ou bruit : Évaluation des retombées de trois grands titres sur les marchés
2 octobre 2019

Les marchés sortent d’une série d’événements inhabituels
25 septembre 2019

Le « largage de liquidités par hélicoptère » pourrait-il aider l’économie européenne à prendre son envol?
18 septembre 2019

Cinq événements à surveiller en septembre
5 septembre 2019

L’incertitude atteint son paroxysme alors que la guerre commerciale s’intensifie
28 août 2019

Outre la courbe des taux, il y a d’autres indicateurs économiques à surveiller
21 août 2019

La courbe des taux inversée va-t-elle mener à une récession?
16 août 2019

On ne peut pas dresser un grand requin blanc, pas plus qu’on peut exercer un contrôle sur le commerce mondial
14 août 2019

Le ton accommodant des banques centrales va influencer les marchés jusqu’à la fin de 2019
14 août 2019

Le repli boursier met en lumière les dangers de la guerre commerciale
8 août 2019

Cette semaine, la Fed va nous rappeler qu’elle est la banque centrale mondiale
31 juillet 2019

Dans l’attente d’une baisse de taux : combien serait trop?
17 juillet 2019

Les inquiétudes entourant la BCE se sont dissipées, mais les doutes soulevés par la politique monétaire de la Fed mettent certains oracles de la finance sur la défensive
10 juillet 2019

Les banques centrales pourraient-elles soutenir les actions pendant la deuxième moitié de l’année?
27 juin 2019

La Fed va-t-elle perdre « patience » cette semaine?
19 juin 2019

Les banques centrales apportent une lueur d’espoir à l’escalade de la guerre commerciale
12 juin 2019

Le mois de mai a changé la donne pour les marchés
6 juin 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg, 31 août 2019.
2 Source : Université du Michigan, Surveys of Consumers, 31 août 2019 (publication : 3 septembre 2019)
3 Source : Bloomberg, 3 septembre 2019.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.
Le Federal Open Market Committee (FOMC) est un comité du conseil de la Fed composé de douze membres qui se réunissent régulièrement pour établir la politique monétaire, y compris les taux d’intérêt perçus des banques.
Une courbe de taux inversée fait référence à une situation où, à cote de solvabilité égale, les obligations à court terme ont un rendement supérieur à celui des obligations à long terme. Lorsque la courbe de taux est normale, les obligations à long terme procurent un rendement plus élevé.
L’indice de volatilité du CBOE® (VIX®), l’un des principaux instruments de mesure des attentes de volatilité à court terme, est établi en fonction du prix de levée des options de l’indice S&P 500. L’indice VIX est le symbole de téléscripteur de l’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange (CBOE), qui fait état des perspectives de volatilité du marché sur 30 jours.
L’aversion au risque fait référence à une variation des cours motivée par un changement de tolérance au risque; les investisseurs se tournent vers des placements moins risqués lorsqu’ils perçoivent le degré de risque comme étant élevé.
Les valeurs refuges sont des placements dont la valeur est susceptible de se maintenir ou même d’augmenter en périodes de volatilité des marchés.
Les actifs à risque sont généralement décrits comme tout titre ou instrument financier, tels que des actions, des produits de base, des obligations à rendement élevé et d’autres produits financiers comportant un risque et dont le cours est susceptible de fluctuer.
L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré comme étant représentatif du marché boursier américain.
Le Brexit fait référence à la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dans un Brexit « sans accord », le Royaume-Uni quitterait l’UE sans accord officiel établissant les dispositions de leur relation.
L’indice ISM manufacturier est calculé à partir des enquêtes menées auprès de plus de 300 entreprises du secteur manufacturier par le Institute of Supply Management et suit l’emploi, la production, les stocks, les nouvelles commandes et les livraisons des fournisseurs.
L’indice ISM manufacturier des nouvelles commandes est calculé à partir des enquêtes menées auprès des entreprises du secteur manufacturier par le Institute for Supply Management et suit les nouvelles commandes dans plusieurs segments du secteur manufacturier.
L’indice de confiance des consommateurs, compilé par l’Université du Michigan, mesure la confiance des consommateurs américains chaque mois.
Habituellement, les placements alternatifs comprennent plus de placements non traditionnels et emploient des stratégies de négociation plus complexes, y compris les opérations de couverture et l’effet de levier au moyen de produits dérivés, les ventes à découvert et des stratégies opportunistes qui évoluent au gré des conditions du marché. Les épargnants qui envisagent les produits alternatifs doivent se renseigner sur leurs caractéristiques uniques et sur les risques additionnels auxquels les stratégies utilisées les exposent. Comme pour tous les placements, les rendements fluctueront. Vous pourriez perdre de l’argent.
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 3 septembre 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.