Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jeff Feng and Kimberley West | 13 mai 2020

En quête de valeur dans les marchés émergents : la Chine

Notre équipe a organisé un séminaire Web qui comptait plus de 800 participants, soit un taux de participation exceptionnel auquel on pouvait s’attendre compte tenu de la conjoncture actuelle.

À la suite de cet appel, nous avons reçu de nombreuses questions des participants, dont la grande majorité concernait la Chine, auxquelles nous avons répondu dans un blog précédent. Les participants ont également manifesté un certain intérêt pour l’Inde, le Mexique et le Brésil, et nous allons aborder ce sujet dans cet article.

L’intérêt grandissant des investisseurs pour les marchés émergents tient au fait que la Chine a réussi à aplatir la courbe de transmission de la COVID-19 et qu’elle est un des premiers pays à voir des signes de reprise.

Par contre, beaucoup d’autres pays luttent encore pour contrôler le virus et leur économie continue de se détériorer. Ces événements rendent les marchés émergents plus intrigants pour les investisseurs.

 

Nous investissons dans des entreprises qui ont une vision à long terme sur la manière de s’adapter à l’évolution de la chaîne d’approvisionnement chinoise.

On nous a demandé s’il pourrait y avoir une potentielle réaction hostile contre la Chine et si le reste du monde allait se tourner vers d’autres chaînes d’approvisionnement. Qu’il y ait une réaction hostile mondiale ou que la guerre commerciale avec les États-Unis se poursuive, beaucoup d’usines vont probablement migrer de la Chine vers des pays où la main-d’œuvre coûte moins cher. Nous croyons que le virus et la guerre commerciale sont des catalyseurs susceptibles d’accélérer ce virage, ce dont il faudra absolument tenir compte au moment d’investir dans des actions chinoises. Aucune des entreprises dans lesquelles nous avons investi ne dépend de la main-d’œuvre bon marché pour rivaliser avec ses concurrents.

Il importe de se rappeler que, contrairement à de nombreux autres pays, la Chine a un vaste marché intérieur en plein essor et qu’un gros pourcentage de sa croissance future proviendra de la demande intérieure. Beaucoup d’industries auront énormément de mal à modifier la chaîne d’approvisionnement complexe qui est le fruit d’une trentaine d’années de travail, sans oublier que cela sera extrêmement coûteux et laborieux; cela pourrait prendre des années et ne sera peut-être pas possible.

Nous croyons que le scénario le plus probable est une approche diversifiée qui va varier d’une industrie à une autre. Certaines industries, comme celle de la fabrication de vêtements, vont retirer leurs usines de la Chine. Par contre, la Chine va probablement continuer d’assurer la production de nombreuses industries parce que ses chaînes de production sont extrêmement concurrentielles. Les infrastructures de la Chine sont parmi les plus modernes au monde (notamment son infrastructure numérique, qui fait appel à la technologie 5G et à ses applications connexes), ses grappes de chaînes d’approvisionnement sont extrêmement efficaces, elle a énormément de main-d’œuvre très scolarisée et un gigantesque marché intérieur. La Chine va probablement continuer d’évoluer et effectuer des rajustements proactifs. Nous ciblons les entreprises et les dirigeants qui ont la vision, les ressources et le talent nécessaires pour mener à bien leur plan d’affaire et s’adapter à cette conjoncture en constante évolution.

 

Dépendance aux exportations

Compte tenu des craintes entourant les guerres commerciales et une potentielle réaction hostile attribuable à la COVID‑19, bon nombre de participants nous ont demandé s’il était prudent d’investir dans des entreprises qui reposent sur les exportations.

L’enjeu des entreprises axées sur les exportations est qu’elles tirent habituellement des avantages concurrentiels d’une base de coûts moins élevée, compte tenu de la main-d’œuvre bon marché, des subventions gouvernementales, des politiques favorables ou des ressources naturelles. Ces avantages ne sont pas nécessairement viables et sont sensibles aux prix des produits de base et à la volatilité des changes.

Notre équipe effectue un contrôle préalable exhaustif, des recherches sur le terrain et évalue les avantages concurrentiels viables qui, selon nous, sont essentiels pour investir dans des entreprises axées sur les exportations.

 

Mesures de relance chinoises et fiabilité des données intérieures

Jusqu’à présent, les annonces de mesures de relance comprenaient du financement aux petites entreprises, des baisses d’impôt temporaires, des subventions sur les achats de voitures et d’appareils ménagers et des bons-rabais remis aux consommateurs par certaines autorités locales. Les efforts déployés jusqu’ici sont encourageants, mais nous croyons que le gouvernement dispose d’autres ressources pour favoriser davantage la croissance économique.

Certains investisseurs se préoccupent peut-être de l’exactitude et de la transparence des données disponibles pour évaluer l’efficacité des efforts déployés par le gouvernement. Nous ne nous fions jamais uniquement aux données, particulièrement dans les pays des marchés émergents. Nous mettons l’accent sur les recherches sur le terrain, effectuons notre propre cueillette de renseignement et menons des recherches indépendantes. Nous investissons seulement lorsque nous sommes convaincus de faire une bonne affaire et si nous pouvons bénéficier d’une marge de sécurité suffisante. Nous croyons qu’avoir une équipe expérimentée et compétente sur le terrain nous confère un avantage concurrentiel pour évaluer les entreprises moins transparentes ou dont les données sont plus ou moins fiables.

 

Miser sur le long terme

Nous avons adopté une approche calme et méthodique tout au long de la crise et nous sommes assurés que nos rapports de recherche, nos prévisions et notre marge de sécurité soient tous à jour. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les dirigeants d’entreprises, tant ceux des titres en portefeuille que des nouvelles occasions de placement et avons organisé trois ou quatre conférences téléphoniques par jour. Nous avons procédé de la même manière que lors des autres périodes de dislocation des marchés. Nous avons profité de la volatilité pour investir davantage dans des titres en portefeuille et effectuer de nouveaux placements.

 

 

 

Autres blogues de Jeff Feng and Kimberley West

En quête de valeur en Inde et en Amérique latine
15 mai 2020

En quête de valeur dans les marchés émergents : la Chine
13 mai 2020

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Jeff Feng et de Kimberley West au 1er mai 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.