Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Thomas Boccellari | 22 mars 2017

Éviter le « piège des dividendes » des actions à revenu

Les actions orientées sur le revenu peuvent offrir de nombreux avantages aux épargnants, y compris le potentiel d’un revenu récurrent élevé, une couverture possible contre l’inflation ainsi qu’une diversification accrue du portefeuille. Bien que la diversification ne garantisse pas un profit ou une protection contre les pertes, les actions versant des dividendes peuvent constituer une source importante du rendement de placement. En fait, au cours des vingt dernières années, les dividendes ont représenté plus de 40 % du rendement total de l’indice S&P 5001.

Dans l’environnement actuel caractérisé par de faibles taux d’intérêt, les épargnants cherchent à obtenir un rendement à tout prix. C’est pourquoi les actions versant un dividende élevé semblent constituer une solution idéale. Toutefois, ces épargnants pourraient être entraînés dans le « piège des dividendes ».

Se méfier des « pièges des dividendes »

Un dividende devient un piège lorsque les épargnants sont attirés par des taux de rendement des dividendes élevés qui sont trompeurs ou ne sont pas viables. Par exemple, l’action d’une société pourrait chuter en raison de difficultés financières, ce qui pourrait forcer l’équipe de direction à repenser les versements de dividendes futurs. Par contre, les dividendes sont souvent versés trimestriellement. De ce fait, un épargnant ne se doutant de rien pourrait donc investir dans une société juste avant la réduction de son dividende, étant ainsi pris au piège dans cette position.

Le graphique suivant illustre ce scénario. On observe que le dividende de la société A demeure robuste pour une période de plus de an après le début de la chute de son action. Pendant cette période, certains épargnants ont acheté l’action étant donné la promesse de dividendes élevés juste avant la réduction de celui-ci.

« Piège des dividendes » numéro 1 : Dividende élevé et action en baisse


Source : Bloomberg L.P., au 10 mars 2017. À des fins d’illustration seulement. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements à l’avenir.

Les taux de rendement des dividendes peuvent également sembler attrayants en raison de la dégringolade de l’action de la société, et non pas grâce à l’augmentation du versement des dividendes. Les taux de rendement des dividendes sont calculés comme un pourcentage du prix de l’action d’une société. Donc, lorsque le dénominateur (cours de l’action) baisse, le taux de rendement augmente artificiellement. En général, la chute d’une action est négative pour les dividendes futurs. En prenant position dans un émetteur volatil dont l’action est en baisse, les épargnants peuvent être pris dans le « piège des dividendes ».

Dans le graphique ci-dessous, le taux de rendement des dividendes de la société B augmente à mesure que le cours de son action baisse. Veuillez noter que le taux de rendement des dividendes de l’action atteint un sommet juste avant que la société réduise son dividende de 80 %, pour ensuite l’éliminer complètement.

« Piège des dividendes » numéro 2 : Sommet du taux de rendement des dividendes avant une réduction des dividendes


Source : Bloomberg L.P., au 10 mars 2017. À des fins d’illustration seulement. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements à l’avenir.

Éviter les « pièges des dividendes »

Pour éviter les pièges des dividendes, les épargnants peuvent opter pour des actions qui augmentent leurs dividendes. Il s’agit d’actions versant des dividendes dont les émetteurs ont, par le passé, augmenté leurs dividendes régulièrement. Toutefois, les taux de rendement des dividendes ne sont pas toujours attrayants, même dans le cas des sociétés qui augmentent leurs dividendes – particulièrement dans un environnement de faibles taux de rendement où l’indice Barclays US Aggregate Bond affiche un taux de rendement inférieur à 2,5 %1.

Heureusement, nous estimons qu’il existe une façon de réduire la possibilité de se retrouver dans le « piège des dividendes » sans sacrifier le potentiel de rendement : viser la faible volatilité. En mettant l’accent sur la faible volatilité, les épargnants peuvent être en mesure de générer un revenu courant élevé tout en évitant les « pièges des dividendes » qui peuvent nuire au portefeuille. Le graphique ci-dessous illustre le taux de rendement des dividendes sur 12 mois et la volatilité annualisée sur trois ans pour différentes stratégies de dividendes. Au cours de cette période de trois ans, la stratégie à dividende élevé et à faible volatilité a généré un revenu courant élevé tout en réduisant la volatilité par rapport aux autres stratégies de dividendes et l’indice S&P 500.

Comparaison des stratégies des actions à dividendes : 16 sept. 2012 – 28 févr. 2017


Source : Bloomberg L.P., au 28 févr. 2017. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements à l’avenir. Les sociétés à dividende élevé et à faible volatilité, les sociétés augmentant leur dividende de façon importante et les sociétés augmentant leur dividende sont représentées par l’indice S&P 500 Low Volatility High Dividend, l’indice S&P 500 High Yield Dividend Aristocrats, l’indice S&P 500 Dividend Aristocrats et l’indice S&P 500, respectivement. La volatilité est représentée par l’écart-type des rendements mensuels totaux. Le rendement de l’indice ne reflète pas le rendement du PowerShares S&P 500 High Dividend Low Volatility Index ETF (UHD). Toutes les données sont en dollars américains à moins d’indication contraire.     

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg, L.P., 29 févr. 2016. Les rendements passés ne grandissement pas les rendements à l’avenir. Rien ne garantit que les sociétés déclareront des dividendes à l’avenir et, le cas échéant, qu’ils demeureront au même niveau ou augmenteront au fil du temps.

L’indice Barclays US Aggregate Bond n’est pas géré et est considéré comme représentatif du marché des obligations américaines de qualité à taux fixe.

L’indice S&P 500® Low Volatility High Dividend est composé de 50 titres de l’indice S&P 500® qui ont, par le passé, généré des taux de rendement des dividendes élevés et une volatilité inférieure. Il est impossible d’investir dans un indice.

L’indice S&P 500® Dividend Aristocrats reproduit le rendement de 40 sociétés de l’indice S&P 500®
qui ont augmenté leurs dividendes pendant 25 années consécutives.

L’indice S&P 500® High Yield Dividend Aristocrats est conçu pour mesurer le rendement des sociétés de l’indice S&P Composite 1500 qui ont augmenté leurs dividendes chaque année depuis au moins 20 ans.

L’écart-type mesure la variation des rendements totaux d’un portefeuille et identifie l’écart des fluctuations à court terme d’un portefeuille.

Les sociétés versant des dividendes élevés peuvent perdre de la popularité et générer des rendements inférieurs à celles ne versant pas de dividendes.

S&P®, S&P 500® et l’indice S&P 500 Low Volatility High Dividend sont des marques déposées de Standard & Poor’s Financial Services LLC qui font l’objet d’une licence d’utilisation accordée à S&P Dow Jones Indices LLC et d’une sous-licence d’utilisation à certaines fins accordée à Invesco Canada Ltée. L’indice S&P 500 Low Volatility High Dividend est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC qui fait l’objet d’une licence d’utilisation accordée à Invesco Canada Ltée. Le PowerShares S&P 500 High Dividend Low Volatility Index ETF d’Invesco Canada Ltée n’est pas commandité, avalisé, vendu ou promu par S&P Dow Jones Indices LLC, ni par aucune des sociétés qui lui sont affiliées et ni S&P Dow Jones Indices LLC, ni ses sociétés affiliées ne font aucune déclaration quant à la pertinence d’investir dans un tel produit.