Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 27 octobre 2021

Je ne suis plus dans le déni d’inflation. Voici comment la situation évoluera selon moi.

Brian Levitt explique pourquoi l’inflation ne sera peut-être pas temporaire comme il l’espérait et présente ses perspectives à l’égard du marché boursier et de l’économie aux États-Unis.

Après une période de déni, j’ai fini par accepter la situation de l’inflation. Cela me fait penser au modèle de Kübler-Ross – déni, colère, marchandage, dépression, acceptation –, mais jamais je n’oserais comparer l’évolution de ma réflexion au processus de deuil. Ce qui me frappe surtout, c’est mon besoin de passer par des étapes distinctes avant d’accepter le fait que l’inflation ne sera peut-être pas temporaire comme je l’espérais initialement.

Voici les étapes par lesquelles je suis passé pour accepter la situation de l’inflation. Poursuivez votre lecture et découvrez le déroulement de mon processus de réflexion à mesure que la situation de l’inflation s’est précisée au cours de l’année – et ce à quoi l’on peut s’attendre à l’avenir.

Étape 1 : Déni

L’inflation n’était pas une préoccupation au début de la pandémie. Après tout, la mise sur pause de grands pans d’une économie est foncièrement déflationniste. À mesure que la demande diminue, les prix, puis les salaires baissent, la demande diminue de nouveau, et ainsi de suite, ce qui peut créer un cercle vicieux. Les décideurs ont réagi de façon à protéger le système financier mondial et à combler le manque à gagner des entreprises et des ménages américains les plus durement touchés durant une période qui allait s’avérer très difficile. J’ai loué leurs efforts et frémi à la pensée de ce qu’aurait été le résultat d’une intervention moins énergique.

Étape 2 : Frustration

Les préoccupations concernant l’inflation ont commencé à apparaître au moment où les Américains déposaient leurs chèques d’aide à la banque. Mais, dans mon esprit, les sceptiques exagéraient le risque inflationniste. Tous les sondages ont montré que les Américains considèrent le soutien public comme une prestation de remplacement du revenu et non comme un prétexte pour dépenser sans compter1. De fait, une grande majorité d’Américains ont déclaré utiliser l’aide gouvernementale pour épargner ou rembourser des dettes. Quant à la crainte que les Américains « choyés » ne réintègrent pas la population active, l’économie a créé plus de 5 millions d’emplois cette année, et tous ces emplois, sauf 194 000, ont été créés avant la fin des prestations d’assurance-chômage prolongées au début de septembre2.

Étape 3 : Marchandage

Les prix des produits et des services dans le panier des consommateurs ont commencé à grimper, mais les hausses les plus importantes étaient faciles à expliquer. L’augmentation des prix des voitures de location est attribuable à la réduction considérable des parcs de véhicules par les sociétés de location au moment où les Américains recommençaient à voyager. Quant aux prix de l’hébergement, ils se sont mis à augmenter alors que la demande comprimée était libérée3. Mais je ne m’attendais pas à ce que cette tendance persiste – combien de fois peut-on prendre des vacances? Et le marché accueille ses hausses avec indifférence. Le taux des obligations à 10 ans du Trésor américain est inférieur à son sommet de 2021 établi à la fin de mars4. L’indice de croissance Russell 1000 a progressé de plus de 15 % cette année, malgré toutes les préoccupations concernant les actions à long terme et les titres spéculatifs des sociétés en croissance (des entreprises susceptibles d’être davantage touchées par l’inflation parce qu’elles généreront des rentrées de fonds que dans un avenir éloigné)5.

Étape 4 : Humilité

La réalité finit par me rattraper. Les preuves empiriques des hausses de prix sont amplement suffisantes pour montrer que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement sont réels et qu’il faudra du temps pour les régler. J’ai sous-estimé les effets défavorables d’une relance abrupte de l’économie avant que les entreprises aient le temps de reconstituer leurs stocks et de rappeler leurs employés. À ce problème s’ajoute le fait que bon nombre de grands centres manufacturiers du monde, dont le Vietnam et la Thaïlande, relevaient des défis posés par la pandémie qui leur étaient propres pendant qu’était libérée la demande américaine comprimée6. Les coûts du fret sont en forte hausse, car les navires n’arrivent pas à décharger leurs marchandises à temps dans les ports7.

Le marché obligataire américain, qui, selon moi, est souvent plus juste que tout autre indicateur, est attentif à ce qui se passe. Par exemple, le taux d’inflation neutre sur 5 ans dans 5 ans aux États-Unis – une estimation des attentes d’inflation pour la période de cinq ans commençant dans cinq ans – semble augmenter comme ce fut le cas plus tôt cette année8.

Attentes d’inflation : taux d’inflation neutre sur 5 ans dans 5 ans aux États-Unis

Source : Bloomberg. Le taux d’inflation neutre sur 5 ans dans 5 ans aux États-Unis est une estimation des attentes d’inflation pour la période de cinq ans commençant dans cinq ans.

Étape 5 : Acceptation

Il ne faut pas avoir peur d’appeler un chat un chat. Comme on dit, l’inflation se produit lorsqu’il y a trop d’argent pour trop peu de biens. Et il est clair pour moi que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement ne disparaîtront pas du jour au lendemain et que la demande des ménages demeurera élevée.

Mais pour quoi faire? Je m’attends encore à ce que les pressions inflationnistes diminuent avec le temps. D’une part, la solution aux hausses de prix est souvent des hausses de prix. Après encore quelques pleins d’essence à 50 $, il y a fort à parier que ma demande d’autres biens diminuera. D’autre part, les forces structurelles qui contrecarrent l’inflation (vieillissement de la population, automatisation des tâches, gains de productivité réalisés grâce à la technologie et mondialisation) sont toujours présentes. Compte tenu de ces facteurs, je considère qu’il s’agit d’un moment unique créé par un événement exceptionnel et qu’il faudra du temps pour surmonter tous les défis posés par la pandémie.

Qu’ai-je accepté au fait? J’accepte que le risque qui pèse sur le marché boursier et l’économie aux États-Unis soit plus élevé qu’il ne l’est normalement à cette phase-ci du cycle économique. Les marchés ont une aversion pour l’incertitude des politiques. Si l’inflation persiste et que le marché s’attend à ce que la Réserve fédérale américaine (la Fed) resserre sa politique monétaire, une période de volatilité est à prévoir. Cependant, je ne m’attends guère au type de resserrement qui met fin aux cycles. Je pense plutôt que les pressions inflationnistes diminueront à mesure que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement se résorberont, que la demande se stabilisera et que la Fed ne fermera pas le robinet prématurément. Je suis d’avis que nous connaissons une période de transition vers la normalisation de la croissance et de l’inflation. Comme disait George Orwell, « le bonheur ne peut exister que dans l’acceptation ». Je suis préparé mentalement à la nouvelle réalité à court terme, mais je demeure convaincu que la durée des cycles actuels du marché et de l’économie se mesurera finalement en années et non en mois.

1 Source : Household Pulse Survey, Census Bureau des États-Unis, septembre 2021.

2 Source : Bureau of Labor Statistics des États-Unis, septembre 2021.

3 Source : Bureau of Labor Statistics des États-Unis, septembre 2021.

4 Source : Bloomberg, au 11 octobre 2021.

5 Source : Bloomberg, au 11 octobre 2021. L’indice de croissance Russell 1000 mesure le rendement des sociétés de l’indice Russell 1000 présentant les ratios cours/valeur comptable et les perspectives de croissance les plus élevés. Il n’est pas possible d’investir directement dans les indices. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

6 Source : Bloomberg, septembre 2021.

7 Source : World Container Index de Drewry. Selon l’indice composé mondial des tarifs de fret par conteneur de 40 pieds. L’indice World Container Index de Drewry fait état des tarifs de fret réels au comptant par conteneur pour les grandes voies de transport maritime est-ouest. Il comprend huit indices représentant chacun une voie de transport maritime et un indice composé.

8 Source : Bloomberg, au 11 octobre 2021.

Autres blogues de Brian Levitt

Cinq réflexions sur une réduction plus rapide des achats d’actifs de la Fed
2 décembre 2021

Je ne suis plus dans le déni d’inflation. Voici comment la situation évoluera selon moi.
27 octobre 2021

Crise du plafond de la dette : Quelles sont les conséquences potentielles pour les actions américaines?
24 septembre 2021

Septembre est-il vraiment un mauvais mois pour les actions?
9 septembre 2021

Le retrait des mesures d’assouplissement doit-il nécessairement s’accompagner d’une crise?
25 août 2021

Ne craignez pas la baisse : l’économie américaine va très bien
26 juillet 2021

Nous misons sur l’appréciation des actions pour dix raisons
25 juin 2021

Le plus récent rapport sur l’emploi aux États-Unis renforce mon opinion selon laquelle l’inflation ne se maintiendra pas.
8 juin 2021

L’inflation à long terme ne me préoccupe pas. Voici pourquoi.
9 mars 2021

Les hausses d’impôt étoufferont-elles le marché haussier?
25 février 2021

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA9795

Image : Hillary Fox / Stocksy

Ce document fait référence au marché américain et son contenu peut ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement à venir. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs.

Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte. Le présent document ne constitue pas une recommandation d’une stratégie ou d’un produit de placement destinés à un investisseur en particulier. L’investisseur devrait consulter un spécialiste des placements avant de prendre une décision de placement.

Les opinions mentionnées ci-dessus sont celles de l’auteur en date du 14 octobre 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses; il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.