Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Talley Léger | 19 mars 2021

La faiblesse du dollar américain durera-t-elle?

Le dollar, qui a perdu de sa puissance, reste confronté à des défis à long terme, ce qui pourrair continuer de favoriser les actions internationales.

La faiblesse du dollar américain est généralement considérée comme un avantage pour les actions internationales, étant donné que les rendements des sociétés étrangères, exprimés en dollars, semblent plus intéressants. Il n’est donc pas surprenant qu’en tant que stratège en actions, on me demande souvent quelles sont mes perspectives à l’égard du billet vert.  

Après une importante augmentation de l’appétit pour le risque qui a commencé au début de 2020, nous amorçons la nouvelle année avec un dollar américain techniquement survendu et un marché boursier suracheté. Autrement dit, le positionnement des investisseurs est devenu inégal, donnant à penser qu’un rebond contraire à la tendance du billet vert et des baisses à court terme des actions pourraient se produire.  

À plus long terme, toutefois, je crois que le dollar devrait continuer de se déprécier pour une foule de raisons, et je m’attends à ce que le cycle actuel de faiblesse de cette monnaie dure encore des années.  

Historique des cycles du dollar américain

L’indice du dollar américain pondéré en fonction des échanges mesure la valeur du billet vert par rapport à d’autres grandes monnaies mondiales. Depuis le début des années 1970, la valeur relative du dollar américain a fluctué au fil de longues périodes bien définies de vigueur et de faiblesse. Comme l’illustre la figure 1, il semble que le billet vert n’évolue dans le cycle actuel de dollar faible que depuis quatre ans. En moyenne, ces cycles durent environ huit ans, le plus long ayant été d’environ dix ans.


Figure 1. Il semble que le billet vert n’évolue dans le cycle actuel de dollar faible que depuis quatre ans.

Sources : Bloomberg L.P. et Invesco, 30 novembre 2020. Remarques : $ US = Indice du dollar américain pondéré en fonction des échanges : économies étrangères avancées (EEA), biens et services = la moyenne pondérée de la valeur du dollar américain sur les marchés de change étrangers par rapport à un sous-ensemble de devises de l’indice général correspondant à des économies étrangères avancées. L’indice en dollar des EEA comprend sept monnaies de la zone euro (euro), du Canada (dollar), du Japon (yen), du Royaume-Uni (livre sterling), de la Suisse (franc), de l’Australie (dollar) et de la Suède (couronne). Les zones ombrées représentent des régimes de dollar américain fort. Il est impossible d’investir directement dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Facteurs qui contribuent à la faiblesse du dollar américain

Même si les cycles passés du dollar peuvent donner des indications sur ce que l’avenir réserve à cette monnaie, les données historiques ne sont pas suffisantes. Par conséquent, j’ai dressé la liste d’autres facteurs qui, selon moi, contribuent à la faiblesse du dollar, notamment :  

  • Les valorisations donnent à penser qu’une grande partie des monnaies internationales se négocient à un escompte substantiel, en particulier dans les pays émergents, ce qui signifie qu’elles peuvent se raffermir davantage face au dollar.1
  • Comme la Réserve fédérale américaine (Fed) demeure résolument en mode assouplissement, la trajectoire de moindre résistance semble être à la baisse pour la monnaie américaine. Si l’assouplissement quantitatif est une question de choix entre l’économie et le dollar américain, la Fed a choisi de protéger la croissance et les emplois en ouvrant les vannes pour gonfler la masse monétaire aux dépens de la monnaie. Dans une perspective à long terme, je pense que l’on peut raisonnablement s’attendre à ce que le dollar américain continue de se déprécier si la Fed maintient un tel approvisionnement monétaire en circulation.
  • Les répercussions économiques profondes de la pandémie de coronavirus ont nécessité un soutien gouvernemental anticyclique sans précédent. À son tour, la forte augmentation du double déficit est devenue un obstacle fondamental de taille pour le dollar américain. Pourquoi? Lorsque les États-Unis dépensent plus qu’ils ne gagnent, ils inondent le système financier mondial de dollars américains, ce qui exerce des pressions à la baisse sur la valeur de cette monnaie.  

Mon récent rapport – Sept raisons expliquant la dépréciation du dollar américain et le raffermissement des actions internationales – se penche en profondeur sur ces facteurs, ainsi que sur d’autres raisons pour lesquelles, selon moi, nous ne sommes peut-être qu’à mi-chemin du cycle actuel de faiblesse du dollar américain.  

Implications en matière de placement

Dans un contexte mondial, la dynamique des devises est une composante importante des rendements totaux des investisseurs. Par exemple, la vigueur des monnaies des pays émergents (le revers de la faiblesse du dollar américain) a dynamisé les rendements des actions des marchés émergents libellés en dollars américains.  

Pourquoi les actions des pays émergents ont-elles évolué dans la même direction que leurs monnaies? Il s’agit d’un cercle vertueux : pour que des capitaux étrangers puissent être investis dans des actions de marchés émergents, des actifs libellés en devises doivent être vendus en échange de devises de ces marchés.  

Apparemment, l’amélioration des données fondamentales par rapport à la période 2015/2016 a rendu les économies émergentes plus attrayantes pour les capitaux étrangers, et la politique expansionniste de la Fed y contribue.  

Pour les investisseurs, ce n’est pas qu’une affaire de marchés émergents. Il s’agit d’un message plus important qui, selon moi, a des ramifications positives pour les actions internationales en général.  


1 Sources : OCDE et Invesco, 31 décembre 2019. Les données sont les plus récentes disponibles. Évaluations fondées sur la parité de pouvoir d’achat (PPA) : taux de conversion monétaire qui vise à égaliser le pouvoir d’achat des monnaies nationales en éliminant les différences de prix entre les différents pays.
2 Sources : Bloomberg L.P., Invesco, 30 novembre 2020, selon l’indice MSCI Marchés émergents et l’indice MSCI des monnaies des marchés0émergents.

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

Image de l’en-tête du blogue : Victor Deschamps / Stocksy.

L’assouplissement quantitatif est une politique monétaire utilisée par les banques centrales pour stimuler l’économie lorsque la politique monétaire traditionnelle est devenue inefficace.

Les risques liés aux placements dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris sur les marchés émergents, peuvent inclure les fluctuations de change, l’instabilité économique et politique et les particularités fiscales des pays étrangers.
Indice du dollar américain pondéré en fonction des échanges : économies étrangères avancées (EEA), biens et services = la moyenne pondérée de la valeur du dollar américain sur les marchés de change étrangers par rapport à un sous-ensemble de devises de l’indice général correspondant à des économies étrangères avancées.

L’indice MSCI Marchés émergents est conçu pour mesurer le rendement des actions à grande et moyenne capitalisation des marchés émergents.

L’indice MSCI des monnaies des marchés émergents en dollars américains mesure le rendement total de 25 monnaies de pays émergents par rapport au dollar américain, où la pondération de chaque monnaie est égale à la pondération de son pays dans l’indice MSCI Marchés émergents.

Les opinions mentionnées ci-dessus sont celles de l’auteur en date du 19 janvier 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.