Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Fabian Renauer, Investment Analyst, Invesco Canada- Equities | 8 août 2019

La génération d’idées dans le monde des placements

Un sujet de discussion qui revient souvent dans le monde des placements est la génération d’idées : comment trouver des occasions de placement hors de l’ordinaire? Parmi les avenues explorées par les investisseurs institutionnels, on trouve les conférences, les tournées des dirigeants d’entreprises (où un courtier amène une équipe de direction rencontrer des investisseurs dans une ville), les outils de filtrage et leurs propres réseaux de professionnels.

Toutes ces avenues comportent des avantages et des inconvénients et méritent leur place dans le coffre à outils de l’investisseur. Si l’on exclut les outils de filtrage pour le moment, une importante caractéristique que ces avenues partagent est que les investisseurs ne participent pas au processus initial de filtrage. Les conférences mettent habituellement en vedette un sous-ensemble d’entreprises sélectionnées par l’organisateur, les tournées sont organisées par des courtiers qui privilégient les entreprises : a) qui veulent faciliter l’accès des investisseurs; et b) qui ont souvent besoin d’accéder aux marchés des capitaux; et un réseau de professionnels vous propose un ensemble d’entreprises filtrées en fonction des goûts et des critères de quelqu’un d’autre.

Revenons aux outils de filtrage. Même si les investisseurs choisissent les critères de filtrage des entreprises affichées à l’écran, les données d’entrée sont purement quantitatives et ne sont pas toujours très fiables, ce qui signifie que de bonnes occasions de placement peuvent nous filer entre les doigts. Bref, beaucoup d’investisseurs externalisent une bonne partie du filtrage dans le processus d’investissement, ce qui (particulièrement dans l’univers des sociétés à petite capitalisation) peut les empêcher de dénicher des entreprises géniales moins connues des investisseurs ou qui ne font pas appel aux marchés des capitaux.

 

Passer toutes les entreprises au peigne fin et faire des tournées d’investisseurs

Notre équipe des sociétés mondiales à petite capitalisation ratisse très large pour inclure le plus grand nombre possible d’entreprises dans notre outil de filtrage. Évidemment, plus il y a d’entreprises dans le filtre, plus nous pouvons être exigeants et, Dieu sait que nous sommes exigeants! D’ailleurs, nous ne nous contentons pas des méthodes traditionnelles de génération d’idées susmentionnées. Nous allons jusqu’à passer au peigne fin toutes les entreprises d’un pays. Plus tôt cette année, nous avons décidé de passer au crible toutes les sociétés allemandes dont la capitalisation boursière se situe entre 150 millions $US et 10 milliards $US, soit quelque 300 entreprises. De là, nous avons ramené la liste à environ 30 entreprises qui répondent à nos rigoureux critères de placement. Puis, nous avons organisé une tournée d’investisseurs. Nous nous sommes rendus dans quatre provinces allemandes pour visiter un sous-ensemble d’entreprises triées sur le volet. Ce fut indéniablement énormément de travail, mais nous en avons tiré trois grandes leçons.

  • Trouver des trésors cachés

De toutes les entreprises auxquelles nous avons rendu visite, environ 40 % n’ont participé à aucune conférence internationale en 2018. De plus, environ 40 % ne faisaient l’objet d’aucun suivi de la part des gros cabinets de courtage (terme qui désigne les plus gros cabinets de courtage dont les rapports de recherche ont une très large diffusion et sont distribués à un très grand nombre d’investisseurs institutionnels). De ce nombre, 25 % répondaient aux deux critères de sélection, c’est-à-dire qu’elles n’étaient pas analysées par les gros cabinets de courtage et n’ont pas participé à une conférence internationale en 2018. Ce travail de détective a porté ses fruits, puisque la Catégorie petites sociétés mondiales Invesco a investi dans une entreprise qui s’est retrouvée dans le panier des 25 % et dans une autre qui se trouvait dans le panier des 40 %.

 

  • Accès aux dirigeants d’entreprises

L’accès aux dirigeants est habituellement meilleur dans le cadre d’une tournée d’investisseurs que d’une conférence. Dans une conférence, les rencontres ont souvent lieu en présence d’un petit groupe d’investisseurs et durent de 30 à 60 minutes. En comparaison, pendant notre récente tournée d’investisseurs, nous avons pu organiser des rencontres de une à deux heures avec des hauts dirigeants d’entreprises, sans avoir à partager notre temps avec quiconque. Qui plus est, nous avons rencontré les dirigeants dans leur lieu de travail. Peu importe ce que dit le rapport annuel, nous pensons que rien ne peut nous en dire autant sur la rigueur avec laquelle un chef de la direction tient les cordons de la bourse que de le rencontrer à l’endroit où il se rend travailler tous les jours.

 

  • Gestion active versus gestion passive

Cet exercice a également fait ressortir les avantages de la gestion active par rapport à la gestion passive. Pour reprendre l’exemple de l’Allemagne, seulement quelque 10 % des entreprises dont la capitalisation boursière se situe entre 150 millions $US et 10 milliards $US répondent à nos critères de qualité très stricts. Cela vous montre que même dans un pays dont l’économie se porte bien comme l’Allemagne, les sociétés de grande qualité (selon nos critères) se comptent sur les doigts d’une main. Qu’en est-il d’un pays comme les États-Unis.? À notre avis, les sociétés inscrites à la cote de l’indice S&P 500 constituent un groupe d’entreprises extraordinaires, ce qui en fait un indice de référence très difficile à battre à long terme, surtout une fois les frais déduits, et c’est la raison pour laquelle il alimente le débat perpétuel entre la gestion active et la gestion passive. Cependant, ceux qui investissent hors de l’indice S&P 500 et, à plus forte raison, ceux qui s’aventurent en dehors des États-Unis, doivent accorder beaucoup plus d’attention à la qualité des entreprises, et c’est ce qui rend la gestion active beaucoup plus efficace quand on investit en dehors des États-Unis.

 

Conclusion

Même si elles requièrent beaucoup plus de préparation, les tournées d’investisseurs et le passage au peigne fin sont des outils indispensables à tout bon investisseur, surtout ceux qui œuvrent dans la sphère des fonds de sociétés mondiales à petite capitalisation. En plus de nous avoir permis de mettre la main sur de bonnes occasions de placement, le récent voyage en Allemagne de l’équipe des sociétés à petite capitalisation nous a permis de nous constituer une liste des entreprises allemandes les plus prometteuses.

Remarque : Bien que les exemples ci-dessus portent sur l’équipe des sociétés mondiales à petite capitalisation Invesco, sachez que nous avons recours aux tournées d’investisseurs dans la gestion de la Catégorie petites sociétés américaines Invesco, sauf que nous procédons par ville.

 

 

 

 

Autres blogues de Fabian Renauer, Investment Analyst, Invesco Canada- Equities

La génération d’idées dans le monde des placements
8 août 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants
Rien ne garantit que les techniques de placement et les méthodes d’analyse des risques utilisées par les gestionnaires de portefeuilles vont donner les résultats escomptés.
Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère.
Les actions de petites et moyennes entreprises sont habituellement plus vulnérables aux événements défavorables, peuvent être plus volatiles et illiquides ou faire l’objet de restrictions à la revente.
Si un fonds investit une plus forte proportion de son actif dans un secteur ou un sous-secteur, ce fonds comporte un risque accru si la situation de ce secteur ou ce sous-secteur se détériore.