Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Talley Léger | 4 mars 2021

La hausse des taux obligataires sonnera-t-elle le glas du marché haussier des actions?

La réponse à cette question dépend de la raison derrière l’augmentation des taux d’intérêt. Si c’est parce qu’une vraie croissance économique prend du terrain, alors les actions seront avantagées grâce aux bénéfices. Si c’est parce que l’inflation échappe à tout contrôle, alors les actions seront désavantagées à cause des valorisations.

Même si je n’écarte pas complètement la possibilité d’un mouvement de crainte de l’inflation, de telles préoccupations pourraient s’avérer démesurées, selon moi. À mon avis, le décrochage des actions n’est qu’une pause rafraîchissante et non un sinistre changement de tendance.

La Réserve fédérale américaine s’engage à maintenir des taux directeurs bas pour plus longtemps

À mon avis, l’effet décalé des baisses de taux d’intérêt antérieures ne s’est pas encore fait sentir totalement dans le système, ce qui a des répercussions positives sur les actions.

En fait, l’histoire montre que la hausse des taux des obligations ne devrait pas nous inquiéter sérieusement jusqu’au début de 2023. Dans la figure 1, le bleu foncé représente les variations des taux des obligations (inversées et avancées de deux ans) et la ligne bleu pâle reflète les fluctuations des cours des actions durant la dernière décennie.

Figure 1 : L’effet décalé des baisses de taux d’intérêt antérieures fait monter les actions


Sources : Bloomberg, L.P., FRED et Invesco. 31/01/2021. Remarques : La variation en pourcentage sur 12 mois des rendements des obligations d’État américaines a été inversée et avancée de deux ans. Un taux d’actualisation plus faible à l’heure actuelle laisse entrevoir une hausse des flux de trésorerie des sociétés. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

De plus, la Réserve fédérale américaine (Fed) a renouvelé son engagement à maintenir les taux d’intérêt bas pour plus longtemps afin de protéger la reprise économique naissante, tout en laissant le dollar américain se stabiliser, les perspectives inflationnistes augmenter et le marché haussier progresser.

Soyons clairs : je reconnais que les décideurs exercent sciemment certaines pressions reflationnistes à court terme, et j’estime qu’un peu d’inflation est une bonne chose, car cela indique que les risques de déflation s’estompent.

En effet, les indicateurs avancés de l’inflation de base donnent à penser que les prix à la consommation sous-jacents devraient remonter modérément en 2021, mais qu’ils seront inférieurs à la cible d’inflation moyenne de 2 % de la Fed (figure 2).

Par ailleurs, les tendances inflationnistes inférieures aux prévisions laissent entendre que la Fed restera probablement conciliante et que, pour compenser, les taux directeurs pourraient rester bas afin d’essayer de faire passer l’inflation au-dessus de la cible pendant un certain temps.

Figure 2 : Les principaux indicateurs économiques et inflationnistes laissent entendre que la Fed restera probablement conciliante et que la faiblesse des taux directeurs pourrait se prolonger.

Sources : Federal Reserve Bank of New York, FRED et Invesco, 31/-1/2021. Remarques : IPC = indice des prix à la consommation. De base = tous les éléments, moins les aliments et l’énergie. UIG = underlying inflation gauge (indicateur d’inflation sous-jacente). L’UIG tient compte des fluctuations soutenues de l’inflation à partir de l’information contenue dans un vaste ensemble de données sur les prix, l’activité réelle et les données financières. L’UIG estime l’inflation tendancielle à partir d’un grand nombre de séries de prix de l’IPC ainsi que de variables macroéconomiques et financières. TFF = taux des fonds fédéraux américains. Les zones gris foncé correspondent aux récessions économiques américaines définies par le National Bureau of Economic Research.

Les pressions désinflationnistes persistent

Dans une perspective plus lointaine, les pressions désinflationnistes à long terme sont toujours présentes : taux d’intérêt qui pourraient continuer d’être contenus par la Fed, surabondance mondiale de l’épargne, vieillissement de la population, innovations technologiques qui améliorent la productivité et l’« Amazonification », soit la possibilité pour les consommateurs d’obtenir des prix plus bas de détaillants en ligne comme Amazon.

En fin de compte, j’estime que les taux d’intérêt peu élevés à long terme sont le point de départ de la reprise qui devrait, selon moi, se poursuivre pendant un certain temps. Les tendances de reprise historiques ont généralement été marquées par une courbe des taux légèrement positive, une stabilisation ou un léger affaiblissement du dollar américain, un raffermissement des prix des produits de base, une surperformance des obligations des sociétés par rapport aux obligations d’État et une surperformance du marché boursier par rapport aux obligations d’État.

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA2251

Image de l’en-tête : À déterminer

Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte.

L’indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation, telle que déterminée par le Bureau of Labor Statistics des États-Unis. L’IPC de base exclut les prix des aliments et de l’énergie.

Le taux des fonds fédéraux américains est le taux auquel les banques américaines se prêtent des soldes au jour le jour.

La courbe des taux présente, à un moment précis dans le temps, les taux d’obligations de qualité égale, mais assorties de dates d’échéance différentes, afin de prévoir l’évolution des taux d’intérêt et de l’activité économique.

Les produits de base peuvent exposer un investisseur à une volatilité plus importante que celle de titres traditionnels comme les actions et les obligations, et elles peuvent fluctuer considérablement en raison de conditions météorologiques, de la conjoncture politique, de la fiscalité et d’autres faits touchant la réglementation et les marchés.

De façon générale, la valeur des actions fluctue, parfois beaucoup, à la suite d’activités propres à la société concernée ou en fonction des conditions du marché ou de l’économie ou de la situation politique.

Les placements en titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et subissent les effets des variations de taux d’intérêt. Les cours des obligations baissent généralement lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce qu’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut se retrouver dans l’incapacité de payer les intérêts ou de rembourser le capital, ce qui entraîne une baisse de la valeur de ses titres et de sa cote de crédit.