Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 23 avril 2019

À la recherche d’indices de croissance

Ces derniers mois, les banques centrales ont fait une volte-face et ont soudainement adopté une politique monétaire plus accommodante. L’hypothèse initiale des marchés était qu’il s’agissait d’un virage décisif. Or, des communications plus récentes nous portent à croire le contraire. Les doutes sur la croissance économique s’intensifient et il en va de même de l’incertitude entourant l’orientation des politiques monétaires.

La Fed va-t-elle relever les taux ou les abaisser?

Par exemple, le procès-verbal de la réunion de mars du Federal Open Market Committee (FOMC), il y a quelques semaines, indique que le prochain changement de taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait aussi bien être à la hausse qu’à la baisse. Les récents commentaires des membres du FOMC renforcent l’idée que la Fed ignore si elle va procéder à une hausse ou à une baisse de taux, mais aussi que la Fed n’a pas objection à maintenir le statu quo pour le moment.

Dans son allocution il y a deux semaines, le vice-président du conseil de la Fed, Richard Clarida, s’est dit convaincu que l’économie américaine « se porte bien », mais que « les plus récentes statistiques montrent que la croissance économique aux États-Unis a ralenti sensiblement par rapport au rythme soutenu de 2018. »1 Il a ajouté ceci : « les perspectives de croissance économique étrangère ont été révisées à la baisse et d’importants risques internationaux, tels que le Brexit, perdurent. »1

La semaine dernière, le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, a expliqué qu’il s’attend toujours à ce que la Fed relève ses taux, compte tenu des perspectives économiques qui semblent plutôt bonnes, mais il a ajouté qu’il se peut fort bien que la Fed baisse ses taux. Il dit penser que le taux actuel de 2,25 % à 2,50 % est « à peu près neutre » en termes de retombées sur l’économie, ce qui signifie qu’il se trouve « dans la zone idéale », car il donne à la banque centrale la marge de manœuvre nécessaire pour augmenter ou réduire les taux, ce qui est nécessaire en période d’incertitude.2 M. Evans se dit disposé à ce que les taux se maintiennent aux seuils actuels jusqu’à l’automne 2020, ce qui constituerait une très longue période de stagnation. Fait à noter, M. Evans a laissé entendre que si l’inflation se situe bien en deçà de la cible de la Fed, cela pourrait justifier des baisses de taux. Selon lui, si l’inflation est trop basse, cela signifie que la politique monétaire est restrictive.

La Chine et l’Europe s’interrogent sur la croissance

D’autres gouvernements se posent les mêmes questions. Malgré les récentes statistiques économiques encourageantes, la Chine s’interroge sur ses perspectives de croissance pour 2019. Une récente réunion du bureau politique présidée par le président Xi Jinping a mis en garde que la croissance du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre était une agréable surprise, mais que l’économie fait toujours face à des difficultés. Le gouvernement chinois ignore si la croissance économique est viable et a déclaré ceci dans un communiqué : « La conjoncture économique extérieure est caractérisée par un resserrement généralisé et l’économie intérieure subit des pressions à la baisse ». Selon l’agence de presse officielle Xinhua, le bureau politique a expliqué son point de vue dans ces termes : « Tout en affirmant pleinement nos accomplissements, nous sommes tout à fait conscients qu’il reste encore beaucoup de difficultés et de problèmes économiques à surmonter ». De toute évidence, la Chine n’est pas certaine que le redressement économique est viable, argument qu’elle utilise pour justifier le maintien, voire la bonification des mesures de relance monétaire. Xinhua a indiqué que la Chine entend poursuivre sa politique budgétaire proactive, mais la rendre « plus énergique et efficace » et adopter une politique monétaire « ni trop restrictive, ni trop souple ».

De son côté, la Banque centrale européenne (BCE) est en attente, contrainte de revenir sur sa décision de relever ses taux, compte tenu des récentes statistiques qui montrent un ralentissement économique. Cette semaine, son président, Mario Draghi, était confiant que la croissance économique de la zone euro va s’améliorer pendant la deuxième moitié de l’année, soutenant que bon nombre des forces mondiales qui exercent des pressions à la baisse sur la croissance de la zone euro semblent en déclin. Cependant, il a admis que d’autres facteurs pourraient avoir un impact négatif sur la croissance, notamment le risque d’un Brexit dur et d’une guerre commerciale mondiale. Cela porte à croire que la BCE se pose encore beaucoup de questions quant à l’orientation de sa politique monétaire.

Bref, les gouvernements espèrent le meilleur, mais ont de sérieux doutes quant aux perspectives économiques et se préparent au pire.

Je suis confiante que la croissance devrait continuer de s’améliorer en Chine et que l’intensification des mesures de relance budgétaire va y contribuer. Cela devrait avoir des retombées positives sur la croissance dans la zone euro, mais avec un certain décalage. Rappelons que M. Draghi a récemment expliqué ceci : « Les perspectives de la zone euro dépendent fondamentalement de la dynamique de croissance mondiale »,3 qui dépend en grande partie de la Chine. Je m’attends à ce que la croissance ralentisse quelque peu plus tard cette année aux États-Unis, mais demeure relativement forte. Or, je dois avouer qu’il y a énormément d’incertitude dans l’air; il faudra donc surveiller de près l’évolution des statistiques et des relations commerciales internationales.

Voici les événements à surveiller cette semaine

La semaine à venir sera cruciale pour les investisseurs du monde entier et devrait fournir des indices sur la croissance économique au cours des prochains mois. Voici les dates et événements clés que nous allons suivre :

  • La prochaine réunion de la Banque du Japon aura lieu les 24 et 25 avril. Aucun changement de politique majeur n’est attendu, mais beaucoup d’observateurs croient que la Banque du Japon va réviser à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation à court terme, ce qui devrait aider à établir les prévisions de croissance mondiale pour l’année. Cela pourrait, par le fait même, ouvrir le dialogue entre les membres du conseil des gouverneurs de la Banque du Japon quant à la nécessité ou non d’adopter d’autres mesures d’assouplissement de la politique monétaire. La Banque du Japon pourrait être la première à expérimenter l’utilisation de mesures de relance monétaire expérimentales.
  • Le 26 avril est la date à laquelle la première estimation de la croissance du PIB américain au premier trimestre sera rendue publique. Ces derniers mois, nous avons assisté à de fortes fluctuations du baromètre GDPNow de la Banque de réserve fédérale d’Atlanta concernant la croissance au premier trimestre. Cette prévision du PIB pourrait être supérieure au taux annualisé de 2 % pour le premier trimestre, ce qui est largement supérieur à ce qui était prévu il y a à peine un mois ou deux. Cependant, nous allons devoir analyser ces données pour mieux évaluer la situation. En particulier, une baisse des dépenses d’investissement des entreprises pourrait signaler que l’incertitude à l’égard de la politique économique continue de freiner les dépenses en immobilisations. Cela refléterait les dommages persistants causés par les différends commerciaux qui sèment l’incertitude à l’égard de la politique économique et qui ne montrent aucun signe de fin prochaine.
  • Plusieurs banques centrales, y compris la Banque du Canada, vont tenir une réunion de politique monétaire la semaine prochaine, ce qui devrait nous éclairer davantage sur les prévisions de croissance.

Plus de 140 sociétés de l’indice S&P 500 devraient dévoiler leurs bénéfices cette semaine. Les perspectives de leurs dirigeants devraient également contribuer à éclairer les prévisions de croissance économique pour le reste de 2019.

Autres blogues de Kristina Hooper

Cinq événements à surveiller en septembre
5 septembre 2019

L’incertitude atteint son paroxysme alors que la guerre commerciale s’intensifie
28 août 2019

Outre la courbe des taux, il y a d’autres indicateurs économiques à surveiller
21 août 2019

La courbe des taux inversée va-t-elle mener à une récession?
16 août 2019

On ne peut pas dresser un grand requin blanc, pas plus qu’on peut exercer un contrôle sur le commerce mondial
14 août 2019

Le ton accommodant des banques centrales va influencer les marchés jusqu’à la fin de 2019
14 août 2019

Le repli boursier met en lumière les dangers de la guerre commerciale
8 août 2019

Cette semaine, la Fed va nous rappeler qu’elle est la banque centrale mondiale
31 juillet 2019

Dans l’attente d’une baisse de taux : combien serait trop?
17 juillet 2019

Les inquiétudes entourant la BCE se sont dissipées, mais les doutes soulevés par la politique monétaire de la Fed mettent certains oracles de la finance sur la défensive
10 juillet 2019

Les banques centrales pourraient-elles soutenir les actions pendant la deuxième moitié de l’année?
27 juin 2019

La Fed va-t-elle perdre « patience » cette semaine?
19 juin 2019

Les banques centrales apportent une lueur d’espoir à l’escalade de la guerre commerciale
12 juin 2019

Le mois de mai a changé la donne pour les marchés
6 juin 2019

Marchés mondiaux : cinq événements à surveiller cette semaine
23 mai 2019

Parlons tarifs : les nouvelles redevances risquent d’envenimer les relations sino-américaines
14 mai 2019

Les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine butent et les actions chutent
9 mai 2019

À la recherche d’indices de croissance
23 avril 2019

Trois éléments à retenir de mes quatre jours en Europe
11 avril 2019

Six enjeux à surveiller en avril
3 avril 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.