Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 16 juin 2022

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »

Kristina Hooper examine de plus près la trajectoire du resserrement plus marqué de la Réserve fédérale américaine et un nouvel outil annoncé par la Banque centrale européenne pour lutter contre la fragmentation du marché.

À sa réunion de juin, la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé qu’elle avait besoin d’un « plus gros bateau » pour lutter contre l’inflation. Le bateau en question a pris la forme d’une hausse de taux de 75 points de base et d’anticipations de plus fortes hausses à l’avenir. Comme nous l’avions prévu, la Fed a justifié sa décision en disant qu’elle ne se fiait pas seulement aux plus récentes données de l’indice des prix à la consommation, mais aussi à l’augmentation des anticipations d’inflation à plus long terme des consommateurs, d’après la plus récente enquête de l’Université du Michigan. Veiller à ce que les marchés escomptent des hausses de taux d’intérêt pourrait aider la Fed à maîtriser l’inflation et à parvenir à effectuer un « atterrissage en douceur ». Somme toute, cette tâche s’avère de plus en plus difficile, mais nous croyons que c’est encore possible.

Voici ce qu’il faut savoir sur la décision d’hier et sur l’orientation future des taux.

Que s’est-il passé à cette réunion? 

La Fed a relevé ses taux de 75 points de base pour la première fois depuis novembre 1994. Une seule personne s’est opposée, Esther George de la Fed de Kansas City, parce qu’elle aurait préféré une hausse de 50 points de base.

Personne ne s’attendait à une hausse de 75 points de base la semaine dernière. Cependant, à la conférence de presse qui a suivi la réunion, le président du conseil de la Fed, Jay Powell, a déclaré que ce changement avait été motivé à la fois parce que l’indice des prix à la consommation pour le mois de mai était plus élevé que prévu et que les anticipations d’inflation à plus long terme ont augmenté (selon les résultats préliminaires de l’enquête de l’Université du Michigan auprès des consommateurs pour le mois de juin).

Interprétation du « dot plot » :

  • Le taux médian des fonds fédéraux a été révisé à 3,4 % à la fin de 2022, en hausse par rapport au taux de 0,9 % qui était prévu en décembre.
    • Le taux des fonds fédéraux a été révisé à 3,8 % à la fin de 2023.
    • M. Powell estime qu’à 3,8 %, le taux des fonds fédéraux devrait suffire à ramener l’inflation à la cible de 2 % de la Fed, mais évidemment elle agira si ce n’est pas le cas.

 Éléments à retenir :

  • À notre avis, la Fed a adopté une position suffisamment belliciste dans ses décisions et son ton.
  • La Fed essaie visiblement de gagner en crédibilité en durcissant le ton. À sa conférence de presse, M. Powell a déclaré que la Fed est « fortement déterminée » à ramener l’inflation à sa cible de 2 %, ce qui constitue un changement majeur par rapport au ton adopté précédemment, où la Fed disait « s’attendre » à ce que l’inflation revienne à sa cible de 2 %. Il a également souligné que la Fed « agit rapidement » pour y arriver.
  • M. Powell a laissé entrevoir une hausse de 50 ou 75 points de base à la réunion de juillet, mais il a dit qu’il ne faut pas s’attendre à ce que des hausses de 75 points de base deviennent la norme.
  • M. Powell a clairement indiqué que l’accent est mis sur le mandat de stabilité des prix de la Fed, et non sur le mandat de plein emploi, compte tenu de la pénurie de main-d’œuvre.

Comment les marchés ont-ils réagi?

Au départ, les marchés boursiers américains ont réagi positivement et les valeurs technologiques ont obtenu des rendements supérieurs à la moyenne le jour de l’annonce.1 Mais tôt le lendemain, les contrats à terme sur actions américaines ont indiqué une inversion de ces gains.2 L’écart entre les bons du Trésor américain à 10 et à 30 ans a diminué et s’inverse par intermittence depuis hier après-midi.3 La nouvelle a fait grimper les cours des cryptomonnaies.4

Quelles sont nos impressions de la situation? 

Cette décision a redonné de la crédibilité à la Fed. Certes, il est de plus en plus difficile de parvenir à effectuer un atterrissage en douceur, mais nous croyons que c’est encore possible. La Fed s’est engagée à faire preuve de souplesse et à se fier aux données; elle entend prendre des décisions une réunion à la fois et agir en fonction des nouvelles données, comme elle l’a fait hier. Cela devrait l’aider à effectuer un atterrissage en douceur.

Nous devrions aussi analyser cette décision dans le contexte plus large des grandes banques centrales des pays développés qui ont décidé de réagir de manière proactive et s’adapter à l’évolution de la situation. Peu avant la réunion de la Fed, la Banque centrale européenne (BCE) a tenu une réunion d’urgence, dans la foulée des fortes surprises haussières de l’inflation dans la zone euro. Elle a annoncé qu’elle utiliserait un nouvel outil pour lutter contre la fragmentation du marché, phénomène en vertu duquel l’écart se creuse entre les taux obligataires des pays européens « périphériques » et ceux des « principaux » pays européens (évidemment, cela a pour conséquence très fâcheuse de donner lieu à une union monétaire sans union budgétaire).

La BCE entend utiliser le réinvestissement des coupons ou les remboursements de capital de son programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP) pour acheter autant d’obligations des pays périphériques qu’il sera nécessaire pour contenir la hausse des écarts de taux. Bien qu’elle n’ait pas fourni beaucoup de détails, cette annonce était nécessaire compte tenu de la hausse récente des primes de risque. Il convient de noter qu’un autre responsable de la BCE a affirmé qu’elle ne s’est fixé « aucune limite » dans ce qu’elle pourra faire pour gérer ces risques; cette annonce survient à l’aube du 10e anniversaire de la déclaration choc du président de la BCE, Mario Draghi, qui avait dit que la BCE ferait « tout ce qu’il faut ». La BCE doit se livrer à un exercice d’équilibre encore plus délicat en matière de hausses de taux pour lutter contre l’inflation, tout en essayant d’éviter une récession et de soutenir les pays européens périphériques dont l’économie est plus fragile.

Nous croyons que l’inflation culminera bientôt et commencera à baisser dans les grandes puissances économiques occidentales. Cependant, nous sommes conscients que le seul facteur que les banques centrales peuvent contrôler est la demande; des facteurs externes, tels que la guerre opposant la Russie à l’Ukraine et les fermetures liées à la COVID en Chine, qui pourraient avoir un impact significatif entrent aussi en ligne de compte.

En conséquence, quelles sont nos perspectives de placement? 

Comme on pouvait s’y attendre, l’économie mondiale ralentit en raison du resserrement de la politique monétaire dans les pays développés. Du point de vue de la répartition relative de l’actif, notre scénario de base nous incite à adopter une position moins risquée en surpondérant légèrement les actions. Dans le segment actions, nous privilégierions les secteurs à caractère défensif et les titres à faible volatilité et de qualité. En ce qui a trait aux titres à revenu fixe, notre scénario nous incite à sous-pondérer les titres de créance risqués.

 Quels sont les risques associés à nos perspectives de placement? 

La Fed veut attendre de voir une série de données d’inflation mensuelles en baisse avant de confirmer qu’elle maîtrise l’inflation. Nous allons suivre l’évolution des taux d’inflation sommaire et de base, ainsi que les anticipations d’inflation des consommateurs à plus long terme. Parallèlement, nous allons suivre de près les données qui pourraient indiquer un ralentissement de l’économie plus rapide que celui prévu par la Fed, ce qui pourrait déclencher une récession. Cela nous donnera une indication de la façon dont la Fed agira à l’avenir, étant donné qu’elle dépendra beaucoup des données.

En ce qui concerne la zone euro, nous allons également suivre un large éventail de données pour comprendre l’évolution de l’inflation et de la croissance économique, ainsi que les primes de risque des pays périphériques. La zone euro a beaucoup moins de marge de manœuvre pour réduire sensiblement l’inflation sans plonger son économie en récession, et nous serons très sensibles à ces indicateurs.

Rédigé en collaboration avec Arnab Das et Emma McHugh

1 Source : The Wall Street Journal, « U.S. Stock Market Rallies After Fed Rate Increase », 15 juin 2022. Les rendements passés ne sont pas indicatifs des résultats futurs.

2 Source : The Wall Street Journal, « Stock Futures Drop After Post-Fed Rally », 16 juin 2022

3 Source : Bloomberg L.P., 16 juin 2022

4 Source : CoinDesk, « Fed Announces Biggest Interest Rate Hike in 28 Years; Bitcoin Gains », 15 juin 2022

Autres blogues de Kristina Hooper

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »
16 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »
14 juin 2022

L’économie mondiale : Supermalade ou super étrange?
7 juin 2022

Une reprise boursière pourrait-elle durer?
2 juin 2022

Observations d’ours : ce que les marchés baissiers pourraient signifier pour les investisseurs
25 mai 2022

Est-ce que tout se déroule comme prévu?
18 mai 2022

Les marchés peinent à s’adapter à l’incertitude entourant la Fed
10 mai 2022

À la recherche d’un « verre à moitié plein » après des mois difficiles sur les marchés
4 mai 2022

La croissance mondiale, les élections françaises et la Réserve fédérale américaine
27 avril 2022

FAQ sur les marchés : inflation, politique monétaire, bénéfices et plus encore
21 avril 2022

Les « bonnes nouvelles » que je vois sur les marchés aujourd’hui
13 avril 2022

Indicateurs clés à surveiller en avril
12 avril 2022

FAQ sur les marchés : la courbe des taux, l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et plus encore
7 avril 2022

La Fed ne mâche pas ses mots, mais passera-t-elle de la parole aux actes?
23 mars 2022

Une hausse de taux de la Réserve fédérale américaine et quoi ensuite
16 mars 2022

La crise russo-ukrainienne : les questions que les investisseurs se posent sur le pétrole, les risques de récession, etc.
8 mars 2022

Évaluation de l’impact des sanctions économiques imposées à la Russie
1 mars 2022

Répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et les catégories d’actifs
23 février 2022

L’inflation et la géopolitique augmentent la pression sur les marchés
15 février 2022

L’Europe fait écho au durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine
9 février 2022

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA2248650

Image d’en-tête du blogue : Lance Nelson / Getty

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

De nombreux produits et services offerts dans les industries liées aux technologies de l’information sont soumis à une obsolescence rapide, ce qui pourrait réduire la valeur des émetteurs.

Les cryptomonnaies sont considérées comme des placements extrêmement spéculatifs, étant donné que leur valeur n’est pas garantie et que leurs antécédents ne remontent pas à très longtemps. En raison de leur nature numérique, elles sont exposées aux risques que présentent les pirates informatiques, les logiciels malveillants, les fraudes et les problèmes techniques. Contrairement aux devises émises par les États, elles n’ont pas cours légal et sont gérées par une autorité décentralisée. Les bourses et les comptes de cryptomonnaies ne sont pas garantis ni assurés par aucun type de programme fédéral ou gouvernemental ni par aucune banque.

L'indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation. L'IPC de base exclut les prix des aliments et de l'énergie, tandis que l'IPC global les inclut.

L'enquête auprès des consommateurs est un sondage téléphonique mensuel effectué par l'Université du Michigan qui donne les indices de confiance des consommateurs et d’anticipations d’inflation.

Le « dot plot » de la Réserve fédérale américaine désigne un graphique que la banque centrale utilise pour illustrer ses perspectives de la trajectoire des taux d'intérêt.

Le programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP) est une mesure de politique monétaire non conventionnelle qui a été mise sur pied par la Banque centrale européenne en mars 2020 en réaction à la COVID-19. Il s'agit d'un programme d'achat d'actifs temporaire qui englobe des titres des secteurs privé et public.

Le taux d’inflation de base exclut les prix des aliments et de l'énergie, tandis que le taux d’inflation sommaire les inclut.

Un point de base représente un centième d’un point de pourcentage.

Le Federal Open Market Committee (FOMC) est un comité du conseil d’administration de la Fed qui se réunit régulièrement pour établir la politique monétaire, y compris les taux d’intérêt perçus des banques.

Le taux des fonds fédéraux est le taux de financement à un jour auquel les banques se prêtent entre elles.

La courbe des taux illustre les taux d’intérêt, à un moment précis, de différentes obligations ayant la même cote de solvabilité, mais différentes dates d’échéance et sert à projeter les variations des taux d’intérêt et l’évolution de l’activité économique. Une courbe de taux inversée fait référence à une situation où, à cote de solvabilité égale, les obligations à court terme ont un rendement supérieur à celui des obligations à long terme. Une courbe de taux est dite plate lorsqu’il y a très peu d’écart entre les taux des obligations à court et à long termes ayant la même cote de solvabilité. Lorsque la courbe des taux est normale, les obligations à long terme procurent un rendement plus élevé.

La prime de rendement des obligations désigne l’écart de taux entre deux obligations de même échéance qui n’ont pas la même cote de solvabilité.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 16 juin 2022. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.