Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Paul Jackson & Arnab Das | 13 décembre 2019

La victoire écrasante des conservateurs ouvre la voie au Brexit dès le 31 janvier

Dans quelle mesure l’issue des élections de jeudi au Royaume-Uni a-t-elle été une surprise? En fait, les résultats sont très similaires à nos prévisions siège par siège d’il y a un mois, qui donnaient une forte majorité aux conservateurs. La différence est que le Parti conservateur a remporté quelques sièges de plus que ce que nous avions prévu (365), tout comme le Parti travailliste (203), et que le Parti libéral démocrate a fait bien pire que prévu, en récoltant seulement 11 sièges.

 

Qu’est-ce que cela signifie sur le plan politique?

  • Nous sommes plus certains que le Royaume-Uni va quitter l’Union européenne (UE) d’ici le 31 janvier.
  • On peut s’attendre à ce que la décision de prolonger la période de transition soit prise de façon pragmatique. Si l’on se fie à l’expérience du premier ministre britannique, Boris Johnson, dans le dossier de la négociation de l’accord de retrait, il ne voudra probablement pas attendre jusqu’à la fin de 2020 et courir le risque que les modalités de la sortie de l’UE soient dictées par l’Organisation mondiale du commerce.
  • À partir d’un manifeste relativement mince, les conservateurs pourront désormais planifier en toute confiance pour un mandat d’au moins quatre ans, ce qui signifie qu’ils peuvent commencer à penser de manière plus radicale à l’élaboration de leur programme.
  • D’un point de vue historique, puisque M. Johnson voudra s’assurer un deuxième mandat comme premier ministre, nous nous attendons à ce qu’il adopte une position centriste pour conserver l’appui de la coalition d’électeurs conservateurs.
  • Le Parti nationaliste a raflé presque tous les sièges en Écosse, ce qui risque de menacer l’intégrité du Royaume-Uni si la pression monte en faveur d’un deuxième référendum sur l’indépendance.

 

Qu’est-ce que cela signifie du point de vue du Brexit?

Tout cela laisse présager que le Brexit sera finalisé d’ici la fin de janvier, mais les négociations sur les échanges commerciaux vont probablement se poursuivre au-delà de décembre 2020. Il se pourrait aussi que le Royaume-Uni quitte le marché unique de l’UE (un enjeu central pour le secteur tertiaire inégalé du Royaume-Uni), mais conserve un cadre réglementaire semblable à celui de l’UE pour les biens (un enjeu central pour les économies des régions, où les conservateurs ont fait des gains appréciables).

La livre sterling a monté en flèche au lendemain des élections, présumément parce que les investisseurs s’attendent à ce que la majorité conservatrice de 80 sièges permette à M. Johnson non seulement de finaliser le Brexit d’ici le 31 janvier, mais aussi de négocier un Brexit doux avec l’UE. Il pourrait ainsi prolonger la période de négociations avec l’UE au-delà de la fin de 2020 (la date butoir qu’il avait fixée auparavant) et conserver un cadre réglementaire qui s’apparente davantage à celui de l’UE et réduire le plus possible les perturbations à court terme de l’économie du Royaume-Uni (mais cela risque aussi de réduire sa marge de manœuvre pour conclure des ententes commerciales avec d’autres pays, en particulier les États-Unis).

 

Retombées sur l’économie et les marchés

Les conservateurs ont fait des gains appréciables au détriment du Parti travailliste dans les Heartlands, région située dans le nord du pays qui est le cœur industriel de « l’ancienne économie » de l’Angleterre. Étant donné que M. Johnson va probablement s’efforcer de consolider ces gains sans toutefois risquer de perdre les circonscriptions conservatrices du sud du pays, nous croyons qu’il va idéalement encourager « l’ancienne économie » et le secteur tertiaire, tout en favorisant l’innovation et la technologie dans les secteurs qui reposent sur la « nouvelle économie ».

À notre avis, sur le plan économique, cela devrait se traduire par une reprise graduelle et soutenue des investissements et par un retour à un taux de croissance plus élevé entre celui de la zone euro et celui des États-Unis (quoique probablement inférieur au taux de croissance économique d’avant le Brexit). Nous anticipons une remontée hâtive des investissements, mais pas à un déferlement spectaculaire de la demande refoulée, car la part d’incertitude entourant la vitesse et la nature de la négociation des relations futures avec l’UE va persister et risque de freiner l’ardeur des investisseurs.

Le cas échéant, la livre sterling va probablement continuer de s’apprécier, mais ne dépassera pas le seuil d’avant le Brexit. Les taux des gilts vont peut-être augmenter sensiblement. Les cours boursiers vont probablement monter en flèche. Comme l’incertitude a diminué, la Banque d’Angleterre pourrait même tenter de joindre la frénésie d’assouplissement mondial en procédant à une baisse de taux.

 

Avec la collaboration de Graham Hook, chef de l’analyse des relations gouvernementales et des politiques publiques du Royaume-Uni pour Invesco

 

 

 

 

Autres blogues de Paul Jackson & Arnab Das

La victoire écrasante des conservateurs ouvre la voie au Brexit dès le 31 janvier
13 décembre 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Image d’en-tête du blogue : schwartstock / Getty

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Le Brexit fait référence à la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Les gilts du Royaume-Uni sont des obligations émises par le gouvernement britannique.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles des auteurs au 13 décembre 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.