Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Richard Nield | 16 février 2016

La volatilité en Europe pourrait donner lieu à de nouvelles occasions de placement en 2016

Les caractéristiques fondamentales demeurent plutôt constantes, mais les problèmes politiques et économiques justifient la prudence

Les caractéristiques fondamentales des entreprises européennes n’ont pas changé de façon considérable à la fin de 2015. Toutefois, les membres de l’équipe de croissance internationale et mondiale d’Invesco vont surveiller certains changements subtils en 2016. Même si nous n’avons pas acquis de nouvelles sociétés européennes dans le cadre de la stratégie de croissance internationale d’Invesco au cours du quatrième trimestre de 2015, nous avons ajouté certains titres à notre liste de surveillance en raison de la récente volatilité.

L’incidence économique à long terme des migrants en Allemagne reste imprécise

On s’interroge actuellement sur l’impact de l’arrivée d’un million de migrants en Allemagne, aussi bien sur le plan politique que sur le plan économique. Politiquement, la cote de confiance de la chancelière Angela Merkel qui était stable à environ 70 % depuis plusieurs années est tombé à environ 50 %† sous l’effet des craintes voulant que la crise de migration et les menaces terroristes soient liées. Les investisseurs surveilleront si elle sera en mesure de briguer un autre mandat. Elle devra régler le problème d’ici les prochaines élections nationales dans un an et demi.

Sur le plan économique, l’afflux migratoire pourrait potentiellement faire croître à court terme le produit intérieur brut de l’Allemagne de 0,5 %. Cependant, l’incidence à moyen et à long terme est plus imprécise, et dépendra de la rapidité à laquelle les nouveaux arrivants pourront s’intégrer à la société allemande. D’autre part, certaines sociétés des secteurs de l’automobile et de l’ingénierie perdent du terrain étant donné les inquiétudes entourant les exportations, l’Allemagne constituant le pays européen le plus exposé à la Chine.

Craintes continues du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne

Les inquiétudes au sujet du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne se manifestent toujours en 2016 puisque cela pourrait fragmenter davantage la région. De plus, la livre sterling s’est dépréciée pour atteindre le creux de 2009 en raison du changement de ton de la Banque d’Angleterre qui, contrairement à la Réserve fédérale américaine qui a commencé à hausser les taux d’intérêt, a repoussé l’augmentation des taux d’intérêt compte tenu du ralentissement des indicateurs économiques au Royaume-Uni.

Heureusement, la stratégie de croissance internationale d’Invesco compte sur une exposition relativement défensive aux titres du Royaume-Uni. Nous continuons de surpondérer les titres du Royaume-Uni par rapport à notre indice de référence grâce aux fortes caractéristiques de croissance défensives de nos titres du pays. D’autre part, nous avons éprouvé plus de difficultés à dénicher de nouvelles sociétés sur le territoire continental européen qui ont une évaluation attrayante.

La volatilité a rendu certains titres plus attrayants

Lorsque nous passons en revue nos titres européens à l’aide de nos critères BQE (bénéfices, qualité et évaluation), il est clair que les bénéfices ont régressé au cours des trois à six derniers mois. En effet, nous observons constamment des révisions à la baisse des bénéfices sous l’effet du ralentissement de la croissance mondiale. Selon nous, deux éléments contribuent au succès de notre stratégie au cours de telles périodes :

  • Notre aversion pour les compagnies très endettées
  • Notre accent placé sur les modèles d’entreprise de grande qualité qui génèrent des liquidités

Nous mettons constamment à jour notre liste de titres intrigants et, au cours de périodes volatiles, nous tentons d’ajouter certaines sociétés de grande qualité dans le portefeuille. La bonne nouvelle est que la correction boursière du début de 2016 a rapproché certains des titres de notre liste de surveillance d’une position dans le portefeuille. Il s’agit de certains titres cycliques de grande qualité faisant affaire dans les secteurs des spiritueux, de la finance et des biens d’équipement. À l’inverse, la plupart des secteurs cycliques et défensifs de faible qualité comme les biens de consommation de base et les soins de santé semblent dispendieux. Compte tenu de notre discipline en termes de nouveaux ajouts dans le portefeuille, nous n’avons pas acquis de nouvelles sociétés dans le cadre de la stratégie de croissance internationale d’Invesco au cours du quatrième trimestre de 2015.

Dans l’ensemble, la croissance de la région européenne a légèrement ralenti, mais pas assez pour modifier nos perspectives et notre positionnement à l’heure actuelle. Nous observons toujours de meilleures caractéristiques fondamentales dans les entreprises qui dépendent des marchés internationaux pour équilibrer les occasions de croissance.

  • Par exemple, Unilever N.V. (pondération de 0,83 % dans la Catégorie croissance internationale Invesco, de 1,16 % dans la Catégorie croissance européenne Invesco et de 0,75 % dans la Catégorie croissance mondiale Invesco au 31 décembre 2015), une multinationale faisant affaire dans le secteur des biens de consommation, a obtenu d’excellents résultats au cours du quatrième trimestre. La société, dont les bureaux sont situés au Pays-Bas et au Royaume-Uni, gagne des parts de marché en Europe, mais surtout dans les Amériques et en Asie-Pacifique, grâce à son programme d’innovation et à une solide plateforme de distribution.
  • Le géant du logiciel allemand SAP SE (pondération de 1,61 % dans la Catégorie croissance internationale Invesco, de 1,68 % dans la Catégorie croissance européenne Invesco et de 0,90 % dans la Catégorie croissance mondiale Invesco au 31 décembre 2015) constitue un autre exemple. La société a connu un autre excellent trimestre en raison de ses activités dans le secteur du nuage informatique (cloud computing) qui lui permettent de gagner des parts de marché. SAP connaît une forte croissance dans la plupart des marchés à cause de son positionnement concurrentiel.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Remarque : Richard Nield est gestionnaire de portefeuille principal à Invesco Ltd. Invesco Canada est une filiale indirecte d’Invesco Ltd.

Toutes les données fournies proviennent d’Invesco à moins d’indication contraire.

† Source : Associated Press, au 13 novembre 2015.

En général, les actions fluctuent, parfois de manière importante, en raison d’activités spécifiques à la société ou au marché général ou de conditions économiques et politiques. Les risques associés aux placements dans des titres étrangers, y compris les titres des marchés émergents, peuvent comprendre la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique et les règles d’imposition étrangère. Les rendements d’un placement concentré dans des émetteurs d’une certaine région ou d’un certains pays devraient être fortement liés aux conditions de cette région ou être plus volatils qu’un placement plus diversifié géographiquement. Les titres de croissance ont tendance à être plus sensibles aux changements dans leurs bénéfices et peuvent être plus volatils.