Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Norman MacDonald | 23 juillet 2015

L’accord avec l’Iran aura peu de répercussions sur le prix du pétrole

Les sanctions de l’Occident contre l’Iran sont en vigueur depuis 2011. La production actuelle du pays d’environ 2,9 millions de barils par jour (Mb/j) est d’à peu près 800 Kb/j à 1 Mb/j de moins qu’avant les sanctions. Maintenant qu’une entente portant sur les ambitions nucléaires de l’Iran a été signée, les investisseurs en énergie tentent de déterminer le moment où les barils de pétrole iranien se retrouveront sur le marché de même que la quantité que le pays peut exporter.

 

Quand le pétrole de l’Iran retournera-t-il sur le marché?

Il nous apparaît peu probable que l’Iran puisse reprendre la production aux niveaux pré-sanction en l’espace de quelques mois. La vérification du respect des modalités de l’accord sur le nucléaire prendra probablement un certain temps – les inspecteurs devant faire leurs enquêtes sur le terrain, etc. – ainsi nous prévoyons que l’effet des ventes de pétrole iranien ne se feront pas sentir avant 2016.

Quelle sera la quantité?

En ce qui a trait au volume de pétrole que l’Iran pourra exporter, les pronostics varient considérablement, mais il serait raisonnable d’avancer que les exportations iraniennes remonteront de 500 Kb/j au plus au cours de la prochaine année, en raison de :

  • l’appauvrissement des champs parvenus au terme de leur développement en Iran
  • l’accroissement de la consommation intérieure
  • la forte probabilité que les sanctions soient levées graduellement plutôt que du jour au lendemain

L’Iran dispose d’environ 30 à 50 millions de barils de pétrole en stockage flottant, selon certaines sources d’information, et il est possible qu’une partie de cette réserve soit mise en marché à la fin de l’année. Cela pourrait exercer une certaine pression sur le marché du brut, mais nous n’entrevoyons pas de baisse des prix de l’ordre de 10-20 $US le baril.

Perspectives

La contribution additionnelle de l’Iran au marché mondial pourrait ralentir l’ampleur de la remontée du prix du pétrole; toutefois, cela ne change en rien la thèse voulant que les producteurs aient besoin de 75 $US le baril pour faire de nouveaux investissements. Au total, la capacité cumulative des grands projets qui ont été reportés ou annulés est choquante – près de l’ordre des 6 Mb/j.

Seules quelques sociétés américaines ont considéré l’ajout de quelques appareils de forage supplémentaires si le prix du West Texas Intermediate (WTI) devait atteindre de nouveau la marque des 65 $US le baril, ce qui est nettement supérieur aux cours actuels. Nous prévoyons que ces sociétés devront continuer à réduire leurs investissements en 2016 si les prix du pétrole demeurent dépréciés.

Toutes ces conditions laissent présager une reprise, mais il faudra s’armer de patience. Bien que l’accroissement des exportations du pétrole iranien pourrait contenir la reprise des prix, nous n’avons jamais prédit un retour à 90 $US-100 $US le baril. Il n’en demeure pas moins qu’un cours de 75 $US le baril est nécessaire.

 

Toutes les données sont fournies par Invesco à moins d’indication contraire.

Les bénéfices normalisés ont été rajustés pour tenir compte des variations cycliques de l’économie.

La valeur en dollars des placements étrangers sera touchée par les variations des taux de change entre le dollar et les devises dans lesquelles ces placements sont négociés.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère. De nombreux pays de l’Union européenne sont vulnérables à des risques économiques élevés associés à des niveaux d’endettement élevés, notamment en raison d’investissements dans la dette souveraine des pays européens comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne. En général, les valeurs boursières fluctuent, parfois de façon prononcée, en réaction aux activités spécifiques à la société de même qu’aux conditions boursières, économiques et politiques générales.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.