Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 17 février 2021

L’année du buffle pourrait-elle être une métaphore de l’économie mondiale en 2021?

Boussole hebdomadaire des marchés : Alors que la nouvelle année lunaire débute, la Réserve fédérale américaine réitère sa position sur l’inflation et les mesures de relance

Une nouvelle année lunaire, celle du buffle, vient tout juste de commencer. Je ne pense pas me tromper en affirmant que nous sommes tous heureux que l’année du rat soit terminée, quoique nous aurions dû nous douter que cette année lunaire serait mauvaise car l’année du rat est traditionnellement considérée comme une année de turbulences au cours de laquelle de grands changements ou des catastrophes peuvent survenir. Fait à noter, le rat et le buffle ont une relation particulière. Comme vous le savez peut-être déjà, selon la mythologie ancienne, de nombreux animaux faisaient partie d’une grande race et certains ont été choisis pour former la garde royale et représentent les douze signes de l’horoscope chinois. Selon la légende, le rat était incapable de traverser la rivière et n’aurait donc pas pu terminer la course. Pour y parvenir, il a trompé le buffle qui l’a laissé monter sur son dos. Dès que le buffle a atteint l’autre rive, le rat est sauté par terre, a dévancé le buffle et est arrivé le premier. Voilà pourquoi le buffle est le deuxième animal de la séquence de l’horoscope, plutôt que le premier.

La bonne nouvelle est que l’année du buffle est traditionnellement considérée comme une année de calme, de stabilité et de prospérité. Le buffle est fort et puissant. C’est un travailleur acharné. Il est actif et en mouvement. Espérons que le buffle sera une métaphore de l’économie mondiale qui se remettra en marche cette année et qui se révèlera forte et puissante, alors que les populations seront vaccinées et que la vie reviendra graduellement à la normale.

Mais ce n’est pas rien que l’année du buffle. Cinq éléments sont associés à chaque animal — le feu, la terre, le métal, le bois et l’eau — et 2021 est une année de métal. Dans la pensée taoïste chinoise, les attributs du métal comprennent la fermeté, la résilience, la persévérance et la détermination. Espérons que nous verrons ces traits cette année dans l’économie mondiale, qu’elle restera résiliente, malgré les difficultés liées à la COVID-19, en attendant que les vaccins soient distribués à grande échelle. Et peut-être, je dis bien peut-être, que le métal pourrait symboliser les nombreuses seringues qui distribueront le vaccin nécessaire pour obtenir l’immunité collective et rouvrir l’économie. Sur ce, je souhaite à tous un bon Nouvel An lunaire!

La Réserve fédérale américaine (Fed) réitère son message sur l’inflation et les mesures de relance

L’une des grandes nouvelles de la semaine dernière a été le discours du président du conseil de la Fed, Jay Powell, devant l’Economic Club of New York. M. Powell a martelé les deux mêmes thèmes que nous avons entendus dans d’autres discours récents : 1) l’inflation n’est pas un risque significatif pour le moment, et 2) la Fed va demeurer extrêmement accommodante.

Pour étayer son premier point, M. Powell nous a rappelé que même si la pénurie de main-d’œuvre était plus marquée en février 2020, le taux d’inflation était relativement bas. Il a donné l’explication suivante : « Nous avions toutes les raisons de croire que le marché du travail aurait pu se renforcer davantage sans provoquer une augmentation inquiétante du taux d’inflation si la pandémie n’avait pas éclaté. » Dans son discours, il a rejeté catégoriquement l’idée que l’économie pourrait surchauffer si d’autres mesures de relance étaient adoptées. Il a ajouté qu’il faudrait probablement « de nombreuses années » pour panser toutes les plaies causées par la pandémie.1

Pour étayer son deuxième point, M. Powell a insisté sur le fait que la Fed se montrerait « patiemment accommodante », ayant appris des erreurs du passé. Il a souligné que le plein emploi est un « objectif large et inclusif» et s’est montré très préoccupé par les conditions difficiles du marché du travail des « Américains les plus économiquement vulnérables ». Il a appelé à un renforcement des mesures de relance budgétaire et a assuré que la Fed maintiendrait une politique très accommodante pour soutenir la reprise. M. Powell a insisté sur les points clés de sa conférence de presse après la plus récente réunion du Federal Open Market Committee.

Malgré les propos rassurants répétés par M. Powell, le taux des bons du Trésor américain à dix ans a atteint son plus haut niveau depuis mars dernier, ce qui laisse présager par bon nombre d’observateurs que les anticipations d’inflation ont considérablement augmenté. Étant donné que de nombreux facteurs influent sur les taux des bons du Trésor, je préfère suivre le taux d’inflation neutre, représenté par l’écart entre le taux des bons du Trésor américain à dix ans et le taux des titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS) à dix ans. Effectivement, cet écart a considérablement augmenté au cours de la dernière année pour atteindre 2,21 %, seuil qui n’avait pas été atteint depuis bien plus qu’un an, par rapport au minimum de 0,50 % enregistré le 19 mars 2020.2 Or, si l’on se reporte à la crise financière mondiale, le taux d’inflation neutre était passé d’un creux de 0,04 % en novembre 2008 à 2,37 % en décembre 2009, ce qui laisse entrevoir une forte augmentation du taux d’inflation.2 L’écart a continué d’augmenter pendant les années qui ont suivi, mais il a été un très mauvais indicateur avancé du taux d’inflation. La même chose pourrait se produire cette fois-ci. Et, même si le taux d’inflation montait en flèche, la Fed semble disposée à considérer la situation comme étant transitoire et à maintenir sa politique monétaire très accommodante.

La diversification pourrait aider à atténuer les risques auxquels sont confrontés les portefeuilles aujourd’hui

Malgré mon blogue de la semaine dernière — ou peut-être à cause de ce blogue — je constate que les gens craignent encore l’éclatement d’une bulle spéculative. Je tiens à préciser que je demeure confiante à l’égard des actifs à risque comme les actions, les obligations convertibles, les obligations à rendement élevé et les obligations de bonne qualité en raison de la politique monétaire qui prévaut et parce que j’anticipe un redressement économique marqué cette année. Bien sûr, certains titres se trouvent peut-être dans des bulles spéculatives et l’évaluation de certaines actions sont exagérées. En outre, il se peut fort bien qu’on assiste à une correction boursière dans un proche avenir, mais je considérerais cela comme une occasion de placement, puisque la politique monétaire est extrêmement favorable aux actifs à risque. Je sais bien que les reprises qui suivent l’éclatement d’une bulle sont parfois interminables, comme dans le cas des actions japonaises, qui ont culminé en 1989 et dont les cours n’ont pas encore complètement remonté.

C’est la raison pour laquelle je crois qu’une bonne diversification au sein des catégories d’actifs, et entre elles, est si importante; elle permet d’amortir le choc des risques majeurs auxquels sont confrontés les portefeuilles, tels que les risques de correction, d’inflation et de taux d’intérêt. Maintenir une perspective à long terme, avoir un portefeuille largement diversifié, rester fidèle à son énoncé de politique de placement, faire preuve de rigueur et laisser de côté ses émotions peut sembler très ennuyeux dans un monde où les cours des cryptodevises montent en flèche et où les récits de millionnaires se multiplient sur Reddit, mais je crois que c’est essentiel si l’on veut atteindre ses objectifs de placement à long terme.

1 Source : https://www.federalreserve.gov/newsevents/speech/powell20210210a.html

2 Source : statistiques économiques de la Réserve fédérale de St. Louis, 12 février 2021

Autres blogues de Kristina Hooper

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

Des rapports clés illustrent la reprise économique aux États-Unis et en Europe
9 juin 2021

Marchés mondiaux : À surveiller en juin
2 juin 2021

Les déboires des TI pourraient procurer des occasions d’achat à long terme
25 mai 2021

Quatre vérités sur l’inflation et la Fed
18 mai 2021

Le rapport d’avril sur l’emploi n’ébranle pas ma confiance pour 2021
11 mai 2021

Marché boursier en mode « PMH »
4 mai 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : Jino Lee / Stocksy

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.

En règle générale, les cours des actions fluctuent, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 16 février 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.