Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 23 février 2021

Le bitcoin : monnaie numérique, or numérique ou tulipe numérique?

Boussole hebdomadaire des marchés : le bitcoin a gagné en crédibilité au cours des trois dernières années, mais je crois que son utilisation comme devise, élément de diversification ou outil de protection contre l’inflation rate la cible.

La dernière fois que j’ai écrit sur le bitcoin, c’était en décembre 2017. À l’époque, le bitcoin et les autres cryptodevises suscitaient beaucoup d’enthousiasme parce que le Chicago Board Options Exchange et le groupe CME avaient commencé à offrir des contrats à terme sur le bitcoin. Les investisseurs étaient très attirés par cette occasion de placement, si bien que le cours d’un seul bitcoin a bondi de plusieurs milliers de dollars en à peine quelques semaines. À la fin de décembre 2017, le bitcoin avait atteint un sommet de plus de 19 783 $, avant de chuter brutalement dans les semaines et les mois qui ont suivi.1 Il n’avait pas encore remonté à ce niveau avant décembre 2020.2 Mais cette fois-ci, l’engouement pour le bitcoin est un peu différent. Aujourd’hui, certains investisseurs institutionnels commencent à tremper leur orteil dans la mare des cryptodevises ou, du moins, y songent. La semaine dernière, la secrétaire du Trésor américain, Janet Yellen, a donné de la crédibilité aux cryptodevises comme investissement en admettant leur popularité et en affirmant qu’elles seraient davantage réglementées pour assurer la protection des investisseurs.

Évidemment, j’ai reçu une foule de questions ces derniers jours et ces dernières semaines de gens qui veulent savoir si le bitcoin convient au portefeuille d’un investisseur institutionnel ou d’un épargnant. Les clients se demandent entre autres si : 1) le bitcoin peut être considéré comme une monnaie; ou 2) si le bitcoin peut être considéré comme un produit de base au même titre que l’or. Explorons les deux affirmations :

Monnaie numérique?

Répondons d’abord à la première question. Les partisans du bitcoin le désignent comme « la devise du peuple » car il s’agit d’un système d’échange de gré-à-gré qui ne nécessite aucune intervention d’une banque centrale ou d’un tiers administrateur. En fait, il a été lancé au début de 2009, en réaction spontanée à la crise financière mondiale et à la perte de confiance envers les institutions financières. Il est également présenté comme étant pratiquement « infalsifiable » parce que les transactions sont enregistrées dans un registre distribué; en d’autres termes, chaque transaction effectuée est vérifiée, puis copiée et transmise à d’autres ordinateurs. Dans une conjoncture où les banques centrales ont adopté une politique monétaire très accommodante et « impriment de l’argent », ceux qui investissent dans les bitcoins pensent que le bitcoin est une meilleure réserve de valeur que les monnaies fiduciaires car le bitcoin, à l’instar de l’or, a une offre limitée et devrait mieux conserver sa valeur.

À mon avis, le bitcoin n’est pas vraiment une monnaie réaliste et utilisable. La vitesse de transaction du bitcoin est beaucoup plus lente que celle des opérations financières effectuées par MasterCard ou Visa. Le Merriam-Webster définit une devise comme « un objet (qu’il s’agisse de pièces, de bons du Trésor ou de billets de banque) en circulation qui sert de monnaie d’échange ». Il est difficile d’utiliser le bitcoin comme monnaie d’échange, compte tenu des fluctuations spectaculaires de sa valeur. Après tout, à quoi bon acheter une voiture avec des bitcoins, alors que son cours pourrait monter en flèche la semaine prochaine?

Or numérique?

Je dirais que le bitcoin a des caractéristiques qui le rendent moins semblable à une devise et plus comparable à un produit de base, en particulier l’or. À l’instar de l’or, le bitcoin doit être « extrait », processus numérique laborieux qui génère des blocs sur une chaîne de blocs. Comme l’or, la valeur du bitcoin est dictée par la loi de l’offre et de la demande, autrement dit, le montant que les négociateurs sont disposés à payer. L’offre d’or a augmenté d’en moyenne 1,2 % par an ces dernières années.2 Bien que l’offre de bitcoin augmente d’environ 1,7 % par an, ce pourcentage va continuer de chuter jusqu’en 2140, lorsqu’on ne pourra plus en extraire.3

Certains experts en investissement pensent que le prix de l’or baisse parce que l’argent qui y aurait été alloué est désormais investi dans le bitcoin, qui joue le même rôle dans un portefeuille. D’autres sont d’avis que les investisseurs plus âgés vont continuer d’investir dans l’or, tandis que les plus jeunes choisiront d’investir dans « l’or numérique », car il possède de nombreux attributs de placement identiques à l’or.

Mais est-ce vraiment le cas? Le bitcoin peut être considéré comme un produit de base numérique, mais les investisseurs doivent comparer le rôle qu’il pourrait jouer dans un portefeuille à un produit traditionnel comme l’or. Voyons voir :

  • En règle générale, l’or est détenu dans un portefeuille à des fins de diversification. On ignore si le bitcoin pourrait offrir des avantages de diversification similaires, étant donné que sa corrélation avec l’indice S&P 500 a été de 0,72 au cours de la dernière année.4 De son côté, l’or affiche un coefficient de corrélation de seulement 0,38 au cours de la même période.4
  • Certains optent pour l’or parce qu’il est considéré comme une protection contre l’inflation et, à certaines périodes, mais pas toutes, il s’est avéré une bonne protection contre l’inflation. Le bitcoin n’existe pas depuis assez longtemps pour qu’on dispose de données de rendement probantes en périodes d’inflation plus élevée. Autrement dit, les investisseurs ne devraient pas présumer que le bitcoin offre une bonne protection contre l’inflation.
  • L’or est aussi détenu dans les portefeuilles en guise de couverture contre les risques géopolitiques. Historiquement, l’or a procuré un meilleur rendement relatif que les actions en temps de crise. Par exemple, entre la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 et le creux boursier du début de mars 2009, le prix de l’or a augmenté, malgré sa forte volatilité.5 En revanche, lorsque la pandémie a commencé à se propager en février 2020, le cours du bitcoin a chuté en même temps que les cours boursiers, puis a rebondi au même rythme que les actions, n’affichant pas les attributs d’un instrument de couverture. (Je tiens à ajouter que le prix de l’or a résisté en février, mais a chuté en mars, puis a rebondi en même temps que les actions et le bitcoin.)
  • Contrairement au bitcoin, l’or a sans contredit une valeur intrinsèque puisqu’il entre dans la composition d’appareils électroniques et de produits similaires et sert à fabriquer des bijoux. Par exemple, de nombreuses micropuces utilisent l’or comme conducteur.

Tulipe numérique?

Il semble donc que la hausse des cours soit la principale raison pour laquelle les investisseurs souhaitent conserver des bitcoins dans leurs portefeuilles. Autrement dit, la « peur de rater une occasion » pourrait très bien être la force motrice des placements dans le bitcoin. Il est vrai que le bitcoin s’est énormément apprécié ces derniers mois. Cependant, les investisseurs doivent prendre en considération l’évolution de son cours à plus long terme. Depuis 2011, le bitcoin s’est négocié en deçà de ses cours les plus élevés 93,6 % des jours de bourse, contre 86,6 % du temps pour le S&P 500.6 De plus, les jours où le bitcoin était en deçà de ses cours les plus élevés, il se transigeait en moyenne 53,5 % en deçà de ce seuil.6 Les jours où le S&P 500 se négociait sous ses cours les plus élevés, il se transigeait en moyenne 3,8 % en deçà de ce seuil.6

Le cours du bitcoin a récemment été soutenu par la rareté de l’offre et l’intérêt grandissant pour sa dynamique haussière. Comme de plus en plus d’investisseurs notent la hausse des cours et investissent en fonction de cette tendance, le cycle haussier se poursuit et propulse les cours encore plus haut. Étant donné que le bitcoin est un actif numérique sans flux de revenus et qu’il ne peut pas s’adapter pour répondre à la demande d’opérations — sans compter l’énorme consommation d’énergie qui vient avec l’exécution des chaînes de blocs du bitcoin — on se demande quelle dynamique de cours soutiendra le bitcoin une fois que les acheteurs arrêteront de surenchérir.

Bref, je crois que le bitcoin et les autres cryptodevises pourraient très bien demeurer en demande, mais ce sont des placements très risqués. Même si le bitcoin a gagné énormément de crédibilité ces derniers mois vu l’intérêt manifesté par les investisseurs institutionnels, il pourrait devenir l’équivalent numérique de la « tulipomanie », qui a fait des ravages en Hollande dans les années 1600 et qui a propulsé le prix des bulbes de tulipes à des sommets astronomiques et insoutenables avant leur inévitable effondrement. Étant donné que le bitcoin n’a pas de valeur intrinsèque, il est difficile de prédire jusqu’où son cours pourrait grimper ni à quel point il pourrait chuter d’ici quelques mois, mais je soupçonne qu’il sera très volatil. Comme ses antécédents ne remontent pas très loin dans le temps, il est difficile de prédire si le bitcoin offrira une bonne couverture contre divers risques, dont celui d’inflation.

En terminant, j’ai une pensée pour mes amis et collègues du Texas et je prie pour tous ceux et celles qui ont souffert des conditions hivernales rigoureuses la semaine dernière.

Rédigé en collaboration avec Ashley Oerth

1 Source : Fortune, « Bitcoin Hits a New Record High, But Stops Short of $20,000 », 17 décembre 2017

2 Source : Fitch Solutions, statistiques de 2016 à 2019

3 Source : Bitcoin Wiki, « Controlled Supply: Projected Bitcoins Short Term », 11 mai 2020

4 Source : Bloomberg, L.P.; calculs de l’auteure à partir des données mensuelles.

5 Source : Bloomberg, L.P.

6 Source : Bloomberg, L.P. L’analyse s’étend du 3 janvier 2011 au 15 février 2021 et compare l’évolution du cours de l’indice S&P 500 à l’indice composé de Bloomberg pour le bitcoin. L’analyse prend uniquement en considération les jours de bourse aux États-Unis pour que la comparaison porte sur des éléments identiques (le bitcoin peut se négocier pendant la fin de semaine, contrairement aux titres du S&P 500).

Autres blogues de Kristina Hooper

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

Des rapports clés illustrent la reprise économique aux États-Unis et en Europe
9 juin 2021

Marchés mondiaux : À surveiller en juin
2 juin 2021

Les déboires des TI pourraient procurer des occasions d’achat à long terme
25 mai 2021

Quatre vérités sur l’inflation et la Fed
18 mai 2021

Le rapport d’avril sur l’emploi n’ébranle pas ma confiance pour 2021
11 mai 2021

Marché boursier en mode « PMH »
4 mai 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA2074

Header image: KTDesign/Science Photo Library / Getty

Tous les montants sont exprimés en dollars américains.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.

Les cryptodevises sont des devises numériques qui utilisent la cryptographie pour la sécurité et ne sont pas régies par une autorité centrale, telle qu’une banque centrale.

La corrélation indique dans quelle mesure deux éléments d’actif évoluent l’un par rapport à l’autre.

Les fluctuations du prix de l’or et des métaux précieux pourraient nuire à la rentabilité des entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux. Les changements de conjoncture politique ou économique des pays où les entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux exercent leurs activités pourraient avoir une incidence directe sur le prix de l’or et des métaux précieux.

Les bitcoins sont considérés comme des placements extrêmement spéculatifs, étant donné que leur valeur n’est pas garantie et que leurs antécédents ne remontent pas à très longtemps. En raison de leur nature numérique, ils sont exposés aux risques que présentent les pirates informatiques, les logiciels malveillants, les fraudes et les problèmes techniques. Contrairement aux devises émises par les États, les bitcoins n’ont pas cours légal et sont gérés par une autorité décentralisée. Les bourses de bitcoins et les comptes en bitcoins ne sont pas garantis ni assurés par aucun type de programme fédéral ou gouvernemental ni par aucune banque.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les épargnants devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 22 février 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.