Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Talley Léger | 14 juin 2021

Le meilleur reste-t-il à venir pour les actions américaines?

Après un an de repli des données fondamentales, les bénéfices pourraient passer en vitesse supérieure. Et les actions?

Pendant la première année du nouveau cycle du marché, les actions américaines ont affiché des rendements élevés tandis que les ratios cours/bénéfice (C/B) ont augmenté et les paramètres fondamentaux des entreprises se sont détériorés. Les investisseurs se sont évidemment demandé comment les actions américaines pouvaient se comporter aussi bien alors que les bénéfices étaient si décevants.

La combinaison de ratios C/B en progression et de bénéfices en recul est cependant loin d’être inhabituelle. Au cours des quatre dernières récessions, y compris la récession actuelle, les bénéfices des sociétés ont systématiquement reculé et les ratios C/B ont progressé (figure 1).

Figure 1. Au cours des trois dernières récessions, les bénéfices des sociétés américaines ont systématiquement reculé et les ratios C/B ont augmenté; la présente récession ne fait pas exception.

Sources : Bloomberg L.P., Standard & Poor’s et Invesco, 31 mars 2021. Remarques : BPA d’exploitation = revenu tiré des produits (biens et services), hors éléments exceptionnels (dont les fusions et acquisitions, opérations de financement et licenciements). BPA = bénéfice par action. Ratio C/B = ratio cours/bénéfice ou multiple du BPA. Les récessions économiques sont celles définies par le National Bureau of Economic Research (NBER). Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Pourquoi? Cela tient en partie à l’effet de dénominateur. La baisse des bénéfices (B) entraîne la hausse du ratio C/B. Autre explication : les actions, qui sont des indicateurs avancés de l’activité économique, devancent les bénéfices des sociétés de trois à six mois. À l’approche de creux prononcés du cycle économique, les cours des actions (C) ont tendance à anticiper les reprises; c’est ce qui s’est produit pendant la dernière année.

Les actions ne sont-elles pas surévaluées?

En cette deuxième année du cycle du marché, les investisseurs se préoccupent maintenant des valorisations boursières ambitieuses, qui laissent apparemment peu de place à d’autres gains.

Néanmoins, l’histoire nous enseigne que les actions américaines se sont suffisamment appréciées pour justifier leurs multiples après chaque récession depuis le début des années 1990. Dans chaque cas, c’est la rapidité de l’enclenchement de ce processus qui a suscité des interrogations. Au début des années 2000, les ratios C/B ont atteint un sommet un peu plus d’un an après que les bénéfices ont culminé.

À l’heure actuelle, on pense que le marché boursier est proche de la fin de la transition du pic des bénéfices vers celui des multiples (figure 2).

Figure 2. Il se peut que les actions américaines s’apprécient suffisamment pour justifier leurs multiples, comme cela a été le cas après chaque récession depuis le début des années 1990.

Sources : Bloomberg L.P., Standard & Poor’s et Invesco, 31 mars 2021. Remarques : * Fondé sur le BPA d’exploitation sur 12 mois. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Qu’est-ce qui est préférable pour les actions : la hausse des ratios ou la croissance des bénéfices?

Mes recherches font ressortir un élément particulièrement important : les actions ont enregistré des rendements constamment supérieurs à 10 % pendant les épisodes de croissance positive des bénéfices depuis 31 ans, indépendamment de l’évolution des multiples.

Bien que le marché boursier ait très bien fait l’an dernier, la combinaison de la progression des ratios C/B et du recul des bénéfices n’a pas toujours été favorable aux actions. Depuis 1990, la croissance négative des bénéfices et la progression des ratios ont généré des rendements boursiers inférieurs à la moyenne (c.-à-d. stationnaires).

En fait, la hausse des ratios a contribué à l’enregistrement de rendements positifs inférieurs à 10 % au début des années 1990 et en 2015-2016. Cela n’a toutefois pas été le cas au début ni à la fin des années 2000, période pendant laquelle les rendements ont été fortement négatifs (figure 3).

Figure 3. La hausse des ratios est favorable aux actions, mais c’est en période de croissance positive des bénéfices que les actions américaines se sont le mieux comportées, indépendamment de l’évolution des ratios.

Sources : Bloomberg L.P., Standard & Poor’s et Invesco, 31 mars 2021. Remarques : * Var. en % de l’indice S&P 500 = taux de croissance annuel composé (TCAC). Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Après un an de détérioration des paramètres fondamentaux des entreprises, quelles sont les perspectives pour les bénéfices?

La bonne nouvelle, c’est que la croissance non lissée des bénéfices émet déjà les premiers signaux de l’atteinte d’un creux, ce qui s’apparente beaucoup au processus observé pendant la récession économique relativement brève et peu significative de 2001.

De prime abord, le terrorisme et les pandémies ont peu en commun. Or, les économies de 2001 et 2020 ont toutes deux subi des chocs endogènes qui ont provoqué la peur et des fermetures, suivies de reprises rapides de la confiance, de la mobilité et des conditions économiques.

Pour l’avenir, mon cadre d’analyse des indicateurs avancés donne à penser qu’une reprise en V de la croissance des bénéfices supérieure à 20 % est imminente.

Comme l’a chanté autrefois Frank Sinatra, « J’ai cueilli une prune dans l’arbre de vie. Tu es arrivée et l’air a vibré de bruissements. Il y a fort à parier maintenant que le meilleur reste à venir ».

Pour voir d’autres graphiques illustrant mes perspectives du marché boursier, cliquez ici.

Autres blogues de Talley Léger

Les marchés boursiers flairent-ils déjà une récession économique?
20 mai 2022

À quelle étape du cycle des bénéfices des entreprises américaines en sommes-nous?
18 mai 2022

Banque du Canada : c’est parti
2 mars 2022

Comment les investisseurs devraient-ils être positionnés lors d’un cycle de resserrement de la Réserve fédérale américaine?
16 février 2022

La Banque du Canada se montre belliciste, mais laisse les taux inchangés
26 janvier 2022

Défis et occasions parmi les actions des marchés émergents
17 janvier 2022

Le bon côté de l’inflation et la façon dont les investisseurs peuvent en profiter
26 novembre 2021

Trois « craintes » du marché qui pourraient devenir moins effrayantes après l’Halloween
21 octobre 2021

Le plus gros de la domination des actions cycliques est-il derrière nous?
19 juillet 2021

Le meilleur reste-t-il à venir pour les actions américaines?
14 juin 2021

La faiblesse du dollar américain durera-t-elle?
19 mars 2021

La hausse des taux obligataires sonnera-t-elle le glas du marché haussier des actions?
4 mars 2021

Les investisseurs devraient-ils consacrer plus de temps à l’examen des risques de hausse?
4 novembre 2020

Les effets saisonniers des élections américaines et la faiblesse des taux d’intérêt soutiennent les actions
25 septembre 2020

La force de l’or se révèle dans l’adversité
8 septembre 2020

Réponses aux questions urgentes des investisseurs
24 juillet 2020

Repli à court terme, tendance haussière à long terme
22 juin 2020

Cinq choses à savoir sur les actions des marchés chinois et émergents
28 mai 2020

Du chaos peuvent émerger des occasions de placement
23 mars 2020

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

NA4660

Renseignements importants

Image de l’en-tête : Ivan Gener / Stocksy

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement à venir. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Le présent document ne constitue pas une recommandation d’une stratégie ou d’un produit de placement destinés à un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un spécialiste des placements avant de prendre toute décision de placement.

Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte.

Le bénéfice par action (BPA) d’une société correspond à son bénéfice divisé par le nombre d’actions en circulation.

Le BPA d’exploitation correspond au revenu tiré des produits (biens et services), hors éléments exceptionnels (dont les fusions et acquisitions, opérations de financement et licenciements).

Le BPA d’exploitation sur 12 mois correspond à la somme des bénéfices réels et historiques de la dernière année.
Le ratio cours/bénéfice (C/B) – ou multiple du BPA – est un indicateur de valorisation qui compare le cours actuel de l’action d’une société à son BPA.

Le taux de croissance annuel composé (TCAC) est le taux de rendement qu’obtiendrait un placement sur l’ensemble de sa durée de vie en supposant que ses bénéfices soient systématiquement réinvestis à la fin de chaque année.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur en date du 12 mai 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.