Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 8 août 2019

Le repli boursier met en lumière les dangers de la guerre commerciale

La forte chute des cours boursiers de lundi reflète les craintes d’une intensification des tensions commerciales, qui ont semé la panique chez les investisseurs. Ce repli ne devrait pas surprendre ceux qui ont compris que les marchés boursiers étaient vulnérables parce que les marchés n’escomptaient pas pleinement les tensions commerciales. Je considère ce repli comme une saine réévaluation des actions qui tient davantage compte du risque que la guerre commerciale s’éternise.

La semaine dernière, tous les yeux étaient rivés sur la réunion du comité de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). La décision, une baisse de taux de 25 points de base, était attendue, mais la Fed nous réservait quelques surprises. La première est que la Fed a aussi décidé d’abolir plus tôt que prévu la normalisation du bilan. L’autre est que de nombreux observateurs de la Fed ont quitté la conférence de presse sans savoir à quel point la Fed a réellement l’intention d’être accommodante ni ce qui explique sa décision de procéder à une baisse de taux.

Le président du conseil de la Fed, Jay Powell, a eu beaucoup de mal à justifier cette baisse de taux, compte tenu de la vigueur de l’économie américaine, et a tout fait pour ne pas inquiéter le grand public. La Fed a invoqué plusieurs raisons, mais je me suis intéressée à une en particulier : La Fed a cité les « incertitudes » qui planent sur l’économie mondiale comme l’une des raisons de cette baisse de taux, ce qui est clairement une référence aux tensions commerciales.

La guerre commerciale attise l’incertitude économique

Je retiens de cette conférence de presse que la détérioration progressive des relations commerciales préoccupe la Fed au plus haut point; je crois que cette baisse de taux est une « police d’assurance » contre les retombées négatives des guerres commerciales. Or, à ce stade-ci, il est difficile de quantifier les dommages qu’elles pourraient causer, puisque c’est comme un accident au ralenti qui se déroule sous nos yeux. (Je tiens à préciser que cette situation peut encore être arrêtée avant que le maximum de dégâts n’ait été infligé.)

Je qualifie cette situation d’« accident au ralenti » parce que, comme je le disais plus tôt, la principale cause de ces retombées négatives n’est pas réellement les tarifs eux-mêmes. C’est plutôt l’incertitude à l’égard de la politique économique qu’ils provoquent, qui mine la confiance des entreprises et freine les dépenses d’investissement des entreprises, ce à quoi M. Powell a fait allusion par le passé. (Par exemple, le produit intérieur brut américain du deuxième trimestre indique que la guerre commerciale a une incidence sur la confiance et les investissements des entreprises; les dépenses d’investissement des entreprises ont chuté de 0,6 % au deuxième trimestre, le pire résultat en plus de trois ans.1) M. Powell a dit clairement que l’incertitude à l’égard de la politique commerciale est plus grande que ce que la Fed avait anticipé et a ajouté que la Fed n’a pas besoin d’adopter des mesures plus musclées parce que les relations commerciales se sont stabilisées : une situation qu’il décrivait comme étant « en ébullition » n’est désormais plus que « frémissante ».

Trump annonce l’imposition de nouveaux tarifs à la Chine

Mais ça, c’était il y a quelques jours. Depuis, la situation est passée de « frémissante » à « en ébullition ». Le lendemain de la conférence de presse de M. Powell, le président américain, Donald Trump, a soudainement annoncé l’imposition de nouveaux tarifs sur 300 milliards $US d’importations chinoises.2 Cette ronde de tarifs, si elle entre en vigueur, aurait une incidence sur un large spectre de biens de consommation, ce qui signifierait que les États-Unis imposeront désormais des droits de douane sur tous les produits en provenance de la Chine.

La réaction de la Chine n’a surpris personne. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré ceci la semaine dernière : « La Chine n’acceptera aucune pression maximale, menace ou chantage, et ne fera aucun compromis sur les grandes questions de principe ».3 Et, aujourd’hui, le 5 août, le taux de change du renminbi a chuté sous le seuil critique de sept renminbi pour un dollar américain.4 Bien que cela ait semé l’agitation sur les marchés, je crois que c’est probablement une bonne nouvelle pour la Chine. Selon moi, cela devrait permettre à la Chine de mieux composer avec les nouveaux tarifs annoncés par l’Administration Trump et cela indique que la Chine ne se laissera pas imposer un accord commercial avec les États-Unis dont elle n’est pas satisfaite des dispositions.

Cela met énormément de pression sur les marchés boursiers américains, qui étaient déjà effrayés par la détérioration des relations commerciales entre les deux pays et qui espéraient la conclusion d’un accord dans un proche avenir, et je crois que la situation va probablement perdurer. À mon avis, cela montre que la Chine est en bien meilleure position pour négocier que les États-Unis; elle dispose de beaucoup plus d’outils pour lutter contre les retombées négatives des tarifs et, par conséquent, le temps joue en sa faveur. Je suis d’accord avec l’ex-directeur du Conseil économique national des États-Unis, Gary Cohn, qui a affirmé que les États-Unis n’ont aucune chance de remporter une guerre commerciale contre la Chine.5 Bref, je crois qu’il y a une chance, plus ou moins mince, tout dépendant de l’ampleur du repli boursier, que les États-Unis capitulent sous peu et acceptent quelques concessions mineures afin de pouvoir conclure un accord commercial. Sinon, je m’attends à ce que la Fed se sente clairement obligée d’intervenir, si bien que ce qui a débuté comme un « ajustement » de milieu de cycle pourrait se transformer en un véritable effort pour soutenir l’économie américaine.

D’ici là, je m’attends à ce que la volatilité persiste dans plusieurs catégories d’actifs à risque et à ce que les investisseurs continuent de se tourner vers les « valeurs refuges ».

Les craintes suscitées par les tensions commerciales se répandent

Les craintes suscitées par les tensions commerciales ne se limitent pas aux États-Unis et à la Chine. Comme je l’ai déjà dit, les tarifs douaniers sont un peu comme des bactéries dans une boîte de Petri, elles se multiplient rapidement.

La situation commerciale entre le Japon et la Corée du Sud est très tendue. Le Japon a retiré le statut de partenaire commercial privilégié à la Corée du Sud, créant ainsi un scénario dans lequel la Corée du Sud risque fort de riposter.

Puis, il y a l’accord commercial entre les États-Unis et l’Union européenne (UE) de la semaine dernière, accord commercial mineur visant à vendre davantage de bœuf américain à l’Europe. N’allez pas croire que cela signifie que les États-Unis et l’UE parviendront à éviter un différend commercial majeur. En fait, une guerre tarifaire semble probable. Comme l’expliquait M.  Trump : « L’UE impose d’énormes barrières tarifaires. C’est un partenaire commercial très coriace. »6 M. Trump a dit clairement qu’il envisage toujours d’imposer des tarifs sur les importations d’automobiles : « Les tarifs sur les importations d’automobiles ne sont jamais exclus. Si je n’obtiens pas ce que nous voulons, j’imposerai des tarifs. »6 L’UE a adopté un ton conciliant, indiquant qu’elle souhaitait collaborer avec les États-Unis pour réformer l’Organisation mondiale du commerce et se pencher sur d’autres enjeux commerciaux, mais elle a clairement indiqué qu’elle réagirait si les États-Unis imposaient des tarifs sur les importations d’automobiles.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs?

Je tire la sonnette d’alarme sur les guerres commerciales et la démondialisation depuis 2017. J’ai même mentionné dans ce blogue en 2018 que les paroles suivantes : « les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner » étaient les plus terrifiantes qui ont été prononcées cette année-là. Et, bien sûr, je le pense encore.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs? Ce repli boursier pourrait se poursuivre pendant des jours, voire même des semaines. Quoi qu’il en soit, nous devons être conscients que la volatilité que nous connaissons en ce moment crée des occasions de placement pour les investisseurs sélectifs et perspicaces. Les actions sont « en solde » et il se peut que les taux hypothécaires américains baissent encore.

Par ailleurs, je crois que plus le repli sera marqué, plus les États-Unis vont chercher une manière de contrecarrer les effets des tarifs. J’espère que les États-Unis vont s’apercevoir que les probabilités de remporter une guerre commerciale contre la Chine sont très minces; cela devrait inciter le pays à mettre un terme à cet élan masochiste et à vouloir éviter de s’auto-infliger encore plus de dommages. Le cas échéant, les États-Unis pourraient capituler et accepter un accord comportant de maigres concessions de la part de la Chine. Après tout, les États-Unis pourraient toujours choisir de régler leur différend avec la Chine par l’intermédiaire de l’Organisation mondiale du commerce. Sinon, la Fed pourrait ouvrir le robinet de l’assouplissement monétaire. Tous ces scénarios pourraient jouer en faveur des actifs à risque.

Il y a quelques semaines, j’ai confié les rênes de mon blogue à mon collègue Brian Levitt, qui a conseillé aux investisseurs de se méfier de leur instinct naturel de fuir leurs peurs du marché. Il est important, à ce moment précis, de réitérer que je crois que la situation actuelle justifie une observation prudente, mais pas une fuite. Je n’insisterai jamais assez sur l’importance pour les investisseurs qui ont un horizon temporel plus long de conserver leurs placements et de bien diversifier leur portefeuille.

 

 

 

 

 

Autres blogues de Kristina Hooper

Nouvelle ou bruit : Évaluation des retombées de trois grands titres sur les marchés
2 octobre 2019

Les marchés sortent d’une série d’événements inhabituels
25 septembre 2019

Le « largage de liquidités par hélicoptère » pourrait-il aider l’économie européenne à prendre son envol?
18 septembre 2019

Cinq événements à surveiller en septembre
5 septembre 2019

L’incertitude atteint son paroxysme alors que la guerre commerciale s’intensifie
28 août 2019

Outre la courbe des taux, il y a d’autres indicateurs économiques à surveiller
21 août 2019

La courbe des taux inversée va-t-elle mener à une récession?
16 août 2019

On ne peut pas dresser un grand requin blanc, pas plus qu’on peut exercer un contrôle sur le commerce mondial
14 août 2019

Le ton accommodant des banques centrales va influencer les marchés jusqu’à la fin de 2019
14 août 2019

Le repli boursier met en lumière les dangers de la guerre commerciale
8 août 2019

Cette semaine, la Fed va nous rappeler qu’elle est la banque centrale mondiale
31 juillet 2019

Dans l’attente d’une baisse de taux : combien serait trop?
17 juillet 2019

Les inquiétudes entourant la BCE se sont dissipées, mais les doutes soulevés par la politique monétaire de la Fed mettent certains oracles de la finance sur la défensive
10 juillet 2019

Les banques centrales pourraient-elles soutenir les actions pendant la deuxième moitié de l’année?
27 juin 2019

La Fed va-t-elle perdre « patience » cette semaine?
19 juin 2019

Les banques centrales apportent une lueur d’espoir à l’escalade de la guerre commerciale
12 juin 2019

Le mois de mai a changé la donne pour les marchés
6 juin 2019

Marchés mondiaux : cinq événements à surveiller cette semaine
23 mai 2019

Parlons tarifs : les nouvelles redevances risquent d’envenimer les relations sino-américaines
14 mai 2019

Les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine butent et les actions chutent
9 mai 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Reuters, « U.S. economy slows in second quarter; weak business investment a red flag », 25 juillet 2019
2 Source : U.S.A Today, « Trump’s latest Chinese tariffs: What we know so far », 2 août 2019
3 Source : Fortune, « China Vows to Respond to New Tariffs Threatened by Trump », 2 août 2019
4 Source : MarketWatch, « China’s yuan falls below key level with U.S. dollar », 5 août 2019
5 Source : CNBC, « Gary Cohn: Trump’s trade war with China is hurting the U.S. economy more », 1er août 2019
6 Source : Reuters, « Trump says auto tariffs never off the table in EU trade talks », 2 août 2019

Renseignements importants
La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.
Les actifs à risque sont généralement décrits comme tout titre ou instrument financier, tels que des actions, des produits de base, des obligations à rendement élevé et d’autres produits financiers comportant un risque et dont le cours est susceptible de fluctuer.
Les valeurs refuges sont des placements dont la valeur est susceptible de se maintenir ou même d’augmenter en périodes de volatilité des marchés.
Un point de base représente un centième d’un point de pourcentage.
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Kristina Hooper au 5 août 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.