Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 14 août 2019

Le ton accommodant des banques centrales va influencer les marchés jusqu’à la fin de 2019

Comme la Réserve fédérale américaine emboîte le pas à la Banque centrale européenne (BCE) et à la Banque du Japon et déploie de nouvelles mesures de relance, les grandes banques centrales teintent les perspectives de placement pour le reste de 2019.

L’univers des obligations d’État à rendement négatif a pris de l’expansion pour atteindre environ 13 mille milliards de dollars américains, selon les calculs de Bloomberg.1 Cependant, le phénomène ne se limite pas à la dette publique. Bloomberg a également déclaré que près du quart des obligations de première qualité génèrent désormais un rendement négatif.1

Je crois que la croissance mondiale sera plus lente, d’autant plus que je pense que les guerres commerciales ne prendront pas fin de sitôt. Parallèlement, j’entrevois une recrudescence de volatilité, compte tenu de l’intensification des risques géopolitiques.

Cependant, je crois que l’assouplissement marqué des politiques monétaires des banques centrales va non seulement permettre aux États-Unis et aux autres grandes puissances économiques d’éviter une récession, mais aussi à l’ensemble des actifs à risque à l’échelle mondiale de surclasser les titres sans risque.

Qui plus est, nous devons être conscients du fait qu’il faut toujours diversifier ses sources de revenu dans cette conjoncture de faibles taux qui s’éternise.

Voici mes perspectives du deuxième semestre, par région, préparées en collaboration avec mes collègues du Bureau de la stratégie des marchés mondiaux d’Invesco :

 

Canada

Nous nous attendons à ce que la croissance économique ralentisse quelque peu pendant la deuxième moitié de l’année, parce que le ralentissement économique mondial, exacerbé par les tensions commerciales, se répercute sur l’économie canadienne. Le marché du travail demeure dynamique et nous croyons que la Banque du Canada se tient prête à agir si les conditions se détériorent suffisamment, ce qui devrait aider à contrer les vents contraires qui soufflent sur l’économie canadienne.

 

États-Unis

Nous anticipons un très léger ralentissement de l’économie américaine pendant la deuxième moitié de l’année, grâce à l’assouplissement de la politique monétaire de la Fed, qui devrait favoriser les actions américaines. Bien que la confiance des entreprises ait diminué, ce qui a nui aux dépenses d’investissement des entreprises, la confiance des consommateurs demeure très forte, grâce notamment au plein emploi.

 

Zone euro

Nous croyons que l’économie de la zone euro va continuer de ralentir quelque peu au cours des prochains mois, mais nous nous attendons à d’autres mesures d’assouplissement de la politique monétaire de la BCE. Dans cette conjoncture de bas taux, les placements dans les obligations de première qualité et à rendement élevé de la zone euro nous semblent tout à fait appropriés. De plus, l’immobilier de la zone euro nous semble particulièrement attrayant, compte tenu de son rendement et de la diversification qu’il procure.

 

Royaume-Uni

À court terme, nous investissons avec prudence sur le marché boursier du Royaume-Uni en raison de la grande incertitude qui persiste et de la probabilité accrue d’un Brexit « sans accord ». De plus, la Banque d’Angleterre ne semble pas disposée à assouplir sa politique monétaire.

 

Japon

Nous anticipons une légère amélioration de la situation économique du pays. Comme l’évaluation des actions japonaises est attrayante et que la Banque du Japon cherche des moyens d’assouplir sa politique monétaire, nous avons un léger penchant en faveur du marché boursier japonais.

 

Marchés émergents

Dans la conjoncture actuelle, nos perspectives pour les marchés émergents sont favorables. La majorité des économies des marchés émergents (ME) devraient bénéficier de l’assouplissement de la politique monétaire de la Fed et plus particulièrement de la fin de la normalisation du bilan. Cela étant dit, nous savons que certains pays des ME pourraient être touchés si la guerre commerciale s’intensifie et si le ralentissement économique s’accélère. Bref, nos perspectives sont favorables, mais nous croyons qu’il faut sélectionner les titres avec soin, car certains ME pourraient moins bien performer, compte tenu de l’intensification des risques géopolitiques. En ce qui a trait à la Chine, la croissance économique devrait se maintenir entre 6 % et 6,5 %. À notre avis, c’est parce que le gouvernement a réussi à stimuler l’économie du pays. Nous savons que la croissance monétaire chinoise est faible, malgré les mesures de relance qui ont été adoptées. Cependant, si l’on se fie à divers paramètres, comme la croissance des prêts et le transport ferroviaire de marchandises, la croissance devrait être forte. On note aussi un afflux de capitaux vers les actions chinoises depuis qu’un plus grand nombre de titres sont inclus dans certains indices MSCI.

 

Conclusion

Dans ce contexte, nous croyons que les actifs à risque vont obtenir des rendements supérieurs aux autres catégories de titres. Cependant, nous sommes conscients des dangers que posent les guerres commerciales, en particulier pour l’économie mondiale qui a déjà commencé à ralentir.

Cette conjoncture requiert une grande diversification des catégories d’actifs et une sélection judicieuse des titres. Puisque les taux vont probablement demeurer bas pendant un certain temps encore, nous croyons que les épargnants devraient envisager la possibilité de diversifier davantage leurs placements dans des sous-catégories d’actifs à revenu fixe, y compris certains titres comportant plus de risques, des obligations de première qualité, des obligations municipales et d’autres catégories de titres à revenu fixe à rendement plus élevé, ainsi que dans des actions productives de dividendes.

Nous suivons de près les indicateurs de récession et nous tenons prêts à procéder à des rajustements tactiques visant à inclure des titres à plus courte échéance si des signes évidents de récession font surface. Nous allons rester vigilants et surveiller attentivement les signes pour voir si le ralentissement se transforme en récession. Cependant, à ce stade-ci, nous nous attendons à ce que la croissance économique se poursuive, mais à un rythme plus modéré.

Autres blogues de Kristina Hooper

Trois éléments à retenir du rapport sur la politique monétaire de la Fed
11 février 2020

Trois enjeux qui pourraient perturber les marchés mondiaux
4 février 2020

Évaluation des conséquences du coronavirus de Wuhan sur les marchés
28 janvier 2020

L’accord commercial sino-américain comporte un paradoxe pour les marchés
22 janvier 2020

Quelles pourraient-être les retombées du conflit entre les États-Unis et l’Iran pour les investisseurs?
16 janvier 2020

Cinq enjeux que les investisseurs devraient surveiller en janvier
7 janvier 2020

Le commerce mondial entre-t-il dans une ère de « protectionnisme de justiciers »?
11 décembre 2019

Perspectives de 2020 : Une vision optimiste des marchés des capitaux
5 décembre 2019

Chaque banque centrale a son plan, mais une constante demeure : les pressions exercées sur les marchés mondiaux
2 décembre 2019

Que pourrait-il advenir du Brexit à l’issue des prochaines élections au Royaume-Uni?
25 novembre 2019

Qu’est-ce qui empêche les États-Unis et la Chine de conclure un accord commercial?
14 novembre 2019

La Fed laisse libre cours aux marchés boursiers. Le redressement pourra-t-il se poursuivre?
6 novembre 2019

Les données de cette semaine confirmeront-elles l’optimisme de la semaine dernière pour les actions?
30 octobre 2019

Les investisseurs devraient-ils avoir peur d’un repli boursier de l’Halloween?
22 octobre 2019

Nouvelle ou bruit : Évaluation des retombées de trois grands titres sur les marchés
2 octobre 2019

Les marchés sortent d’une série d’événements inhabituels
25 septembre 2019

Le « largage de liquidités par hélicoptère » pourrait-il aider l’économie européenne à prendre son envol?
18 septembre 2019

Cinq événements à surveiller en septembre
5 septembre 2019

L’incertitude atteint son paroxysme alors que la guerre commerciale s’intensifie
28 août 2019

Outre la courbe des taux, il y a d’autres indicateurs économiques à surveiller
21 août 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg, L.P., « The world now has $13 trillion of debt with below-zero yields », 20 juin 2019
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 6 août 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.