Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 14 juillet 2020

Les attentes divergent quant à la reprise économique aux États-Unis et en Chine

La semaine dernière, les marchés boursiers chinois et américains ont enregistré des gains. Cependant, c’est le seul point qu’ils ont en commun; on note une énorme différence quant au degré de confiance des marchés à l’égard des perspectives de reprise économique à plus long terme.

 

Le soutien du gouvernement et la capacité du pays à contenir la COVID ont soutenu les actions chinoises

L’indice composé de Shanghai a bondi de 7,3 % la semaine dernière (malgré un recul vendredi), ce qui marque une hausse de plus de 13 % depuis le début de juillet.1 Les marchés boursiers chinois ont bénéficié du soutien du gouvernement : le 6 juillet, la société d’État China Securities Journal a publié en première page un article qui prône l’importance d’un « marché haussier en santé ». Cela montre que les autorités chinoises veulent alimenter les flux de capitaux vers les marchés boursiers, tout en évitant une flambée des cours, comme en 2014-2015. Ce ne sont pas les raisons qui manquent : les sociétés chinoises ont besoin de capitaux pour accroître leur compétitivité dans divers domaines, notamment la finance et la technologie. De plus, compte tenu de la pandémie et des tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine, l’autosuffisance est devenue une plus grande priorité pour aider le pays à exercer un meilleur contrôle sur sa destinée. Cela inclut encourager les citoyens à bénéficier de « l’effet de richesse que procurent les marchés des capitaux ». Cela ne signifie pas que la Chine va abandonner son rôle de grand défenseur de la mondialisation, mais je crois qu’elle va militer en faveur de la mondialisation, tout en cherchant à devenir un pays plus fort et plus indépendant.

Les actions chinoises ont également tiré parti d’un regain de confiance quant à la capacité de la Chine à contenir la COVID-19; on compte à l’heure actuelle seulement 623 cas actifs en Chine.2 En plus de mousser la confiance des investisseurs quant à la capacité de la Chine à contrôler une deuxième vague, cela laisse entendre que la Chine pourrait connaître une reprise économique relativement forte. Par exemple, l’indice composé des gestionnaires en approvisionnement Caixin de la Chine pour le mois de juin s’établit à 58,4 points, en hausse par rapport aux 55 points enregistrés en mai.1 Or, il est peu probable que la reprise du secteur manufacturier chinois soit aussi forte que celle du secteur tertiaire, parce que l’économie chinoise dépend du commerce extérieur. Cependant, dans l’ensemble, la reprise économique de la Chine pourrait être très forte et je crois que ce sentiment va continuer de soutenir les actions chinoises.

 

On craint de plus en plus la propagation du virus aux États-Unis

C’est une autre histoire aux États-Unis. Oui, les actions américaines ont clôturé en hausse la semaine dernière (l’indice S&P 500 a avancé de 1,75 %).1 Et oui, elles ont été soutenues par les encouragements du gouvernement (plus précisément la Réserve fédérale américaine et sa politique monétaire très accommodante qui a favorisé la hausse des cours boursiers). Cependant, on craint de plus en plus que les États-Unis ne parviennent pas à contrôler la propagation de la COVID-19. Le nombre de nouveaux cas d’infection augmente dans de nombreuses régions des États-Unis; rien que le 11 juillet, le pays a déclaré 62 918 nouveaux cas.3

Le président de la Banque de réserve fédérale d’Atlanta, Raphael Bostic, a verbalisé ces craintes dans ces termes la semaine dernière : « Nous observons certains faits, dont quelques-uns sont troublants, ce qui nous porte à croire que la trajectoire de la reprise sera plus en dents de scie qu’elle n’aurait pu l’être ».4 Il a abordé la question de l’incertitude et a ajouté ceci : « Nous surveillons la situation de très près et nous cherchons à comprendre exactement ce qui se passe ».

Je crois que ces statistiques de santé préoccupantes expliquent la grande divergence de rendements observée récemment sur les marchés boursiers américains, alors que les valeurs technologiques ont largement dépassé les autres pans du marché. Cela nous indique que les marchés sont troublés par les statistiques de santé aux États-Unis, qui influencent leurs attentes quant à la forme de la reprise. Il me semble évident que les investisseurs s’attendent à une reprise lente, inégale et ponctuée de soubresauts aux États-Unis, ce qui les incite à se tourner vers les actions à croissance séculaire et à plus grande capitalisation, qui ont toujours surclassé les autres catégories de titres dans ce type de conjoncture.

La bonne nouvelle est que ces perceptions peuvent changer. Les deux catalyseurs à court terme qui pourraient insuffler plus d’optimisme quant aux perspectives de reprise économique aux États-Unis sont : 1) la capacité des États-Unis à contrôler la propagation du virus; et 2) l’adoption d’autres mesures de relance budgétaire par le gouvernement, surtout dans les secteurs de l’économie qui sont durement touchés par le virus. Convaincre la grande majorité des Américains de porter un masque est crucial pour atteindre le premier objectif. (La fin de semaine dernière, les États-Unis ont posé un geste encourageant lorsque le président des États-Unis a porté un masque en public pour la première fois, ce qui pourrait vraisemblablement inciter d’autres Américains à en faire autant). Le deuxième objectif pourrait être atteint dès ce mois-ci, puisque le Congrès envisage d’autres dépenses budgétaires. Nous allons suivre avec beaucoup d’intérêt l’évolution de ces deux dossiers.

Autres blogues de Kristina Hooper

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »
16 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »
14 juin 2022

L’économie mondiale : Supermalade ou super étrange?
7 juin 2022

Une reprise boursière pourrait-elle durer?
2 juin 2022

Observations d’ours : ce que les marchés baissiers pourraient signifier pour les investisseurs
25 mai 2022

Est-ce que tout se déroule comme prévu?
18 mai 2022

Les marchés peinent à s’adapter à l’incertitude entourant la Fed
10 mai 2022

À la recherche d’un « verre à moitié plein » après des mois difficiles sur les marchés
4 mai 2022

La croissance mondiale, les élections françaises et la Réserve fédérale américaine
27 avril 2022

FAQ sur les marchés : inflation, politique monétaire, bénéfices et plus encore
21 avril 2022

Les « bonnes nouvelles » que je vois sur les marchés aujourd’hui
13 avril 2022

Indicateurs clés à surveiller en avril
12 avril 2022

FAQ sur les marchés : la courbe des taux, l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et plus encore
7 avril 2022

La Fed ne mâche pas ses mots, mais passera-t-elle de la parole aux actes?
23 mars 2022

Une hausse de taux de la Réserve fédérale américaine et quoi ensuite
16 mars 2022

La crise russo-ukrainienne : les questions que les investisseurs se posent sur le pétrole, les risques de récession, etc.
8 mars 2022

Évaluation de l’impact des sanctions économiques imposées à la Russie
1 mars 2022

Répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et les catégories d’actifs
23 février 2022

L’inflation et la géopolitique augmentent la pression sur les marchés
15 février 2022

L’Europe fait écho au durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine
9 février 2022

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg, L.P.

2 Source : Statista, au 9 juillet 2020

3 Source : Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis

4 Source : Financial Times, « Federal Reserve official warns U.S. recovery may be ‘levelling off’ », 6 juillet 2020

Renseignements importants
Image d’en-tête du blogue : Michael H / Getty

De nombreux produits et services offerts dans les industries liées aux technologies sont soumis à une obsolescence rapide, ce qui pourrait réduire la valeur des émetteurs.

L’indice composé de la Bourse de Shanghai est un indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière qui suit le rendement boursier quotidien des actions de catégories A et B cotées à la Bourse de Shanghai.

L’indice PMI Caixin généralisé du secteur tertiaire de la Chine est un indicateur de l’activité du secteur tertiaire de la Chine qui suit des variables telles que les ventes, l’emploi, les stocks et les prix.

L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré comme étant représentatif du marché boursier américain.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 13 juillet 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.