Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 22 juin 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides

Boussole hebdomadaire des marchés : Les marchés ont été consternés lorsque la Réserve fédérale américaine (Fed) a ajouté deux hausses potentielles de taux à ses prévisions pour 2023. Cependant, les « dot plots » de la Fed ne sont pas coulés dans le béton.

La semaine dernière a été éprouvante pour les marchés. La Fed semble avoir secoué les investisseurs en évoquant la perspective de réduire ses achats d’obligations et en ajoutant deux hausses potentielles de taux à ses prévisions pour 2023. Dans ce contexte, j’ai cru bon de vous faire part de quelques réflexions sur ce qui se passe en ce moment et ce à quoi je m’attends par la suite.

Dure semaine pour les marchés

Les médias martèlent le message disant que ce fut la pire semaine pour les marchés boursiers depuis octobre dernier. Remettons la situation en perspective : nous n’avons pas assisté à un repli majeur des marchés boursiers américains en près de un an.

Ce fut effectivement la pire semaine pour l’indice Dow Jones des valeurs industrielles depuis octobre et l’indice VIX a monté en flèche, mais le Dow Jones a reculé de seulement 3,45 % la semaine dernière.1 Quant à l’indice S&P 500, il n’a fléchi que de 1,91 %.1 Autrement dit, il s’agit peut-être du plus gros repli des marchés boursiers américains de l’année, mais il est minime. De son côté, le repli des actions mondiales a été encore plus faible.

Ce ne sont pas que les marchés boursiers qui ont été touchés. Les propos de la Fed ont également fait monter et descendre le taux des bons du Trésor américain à dix ans la semaine dernière. Il a frôlé les 1,6 % mercredi1, alors que les investisseurs anticipaient des hausses de taux par suite de l’annonce de la Fed et d’autres déclarations qui ont suivi.

Il est redescendu par la suite en raison des pressions à la baisse additionnelles exercées par les propos du président de la Fed de St-Louis, James Bullard, vendredi. Il a déclaré qu’il pourrait voir une hausse des taux dès la fin de 2022.2 Cela a fait passer le taux des bons du Trésor américain à dix ans sous 1,44 % vendredi après-midi.1 Alors, les investisseurs se sont rués sur les bons du Trésor américain et cela a entraîné une baisse des taux obligataires parce qu’ils ont commencé à anticiper une reprise économique plus lente parce que la Fed entend procéder à un resserrement de sa politique monétaire.

Les « dot plots » ont déconcerté les investisseurs, mais ces graphiques ne sont pas coulés dans le béton

Il ne faut pas se surprendre que la Fed ait un tel impact sur les marchés. Elle joue un rôle démesuré sur les marchés boursiers depuis qu’elle a adopté une politique monétaire extraordinairement accommodante pour venir à bout de la crise financière mondiale. La banque centrale des États-Unis a été beaucoup plus proactive qu’avant 2008, et influencer les marchés est une conséquence directe des agissements d’une banque centrale aussi activiste.

La Fed s’est de plus en plus concentrée sur la communication à l’excès avec le public depuis le début de la pandémie. Or, aucune stratégie de communication n’est parfaite et sans incident, surtout quand il est question du resserrement de la politique monétaire.

Ce qui a semblé déconcerter les investisseurs la semaine dernière n’est pas le retrait graduel des mesures de relance, qui avait été bien communiqué à l’avance, mais plutôt le changement des « dot plots », qui font état des prévisions de l’évolution du taux des fonds fédéraux, suivi d’un message insinuant que la première hausse des taux pourrait survenir encore plus tôt que prévu.

Les marchés ont été surpris et consternés d’apprendre que la Fed prévoit procéder à deux hausses de taux en 2023 et en envisage une autre à la fin de 2022. Honnêtement, de mon côté, j’ai été étonnée de voir que les marchés étaient surpris. De toute évidence, l’échéancier des hausses de taux devrait être raccourci, compte tenu de la vigueur de la reprise, qui est beaucoup plus robuste que celle qui a suivi la crise financière mondiale.

Il importe de se rappeler que les « dot plots » représentent simplement la politique préconisée par chacun des membres du Federal Open Market Committee; il ne s’agit pas d’un contrat exécutoire ni d’un plan coulé dans le béton. S’il y a quelque chose que nous avons appris de la Fed, c’est que ces dernières années, elle a adopté une perspective plus holistique dans son évaluation du moment où un changement de politique monétaire est approprié. Les cibles rigides ont été remplacées par de nouvelles cibles plus souples et plus nuancées. La Fed ne resserrera probablement pas sa politique monétaire en 2023 si l’économie s’affaiblit et elle pourrait la resserrer dès 2022 si les conditions le justifient.

Et ensuite?

Lundi, nous assistions à une remontée partielle des marchés boursiers américains et européens au moment où j’écrivais ces lignes, ce qui est une bonne nouvelle et montre la résilience des marchés boursiers. Cependant, les actions mondiales pourraient certainement subir un repli marqué cet été.

La situation est précaire : les actions ont connu une période relativement longue sans repli majeur, si bien que les investisseurs sont encore plus sensibles à chaque déclaration de la Fed, qui tente d’amorcer un retour à la normale.

N’est-ce pas justement ce que de nombreux investisseurs veulent? Les occasions de placement à des points d’entrée avantageux sont plutôt rares depuis l’année dernière; or, un repli marqué pourrait générer de telles occasions. Que les investisseurs profitent ou non des occasions de placement tactiques, je crois qu’il est important de garder le cap sur le long terme et de bien diversifier son portefeuille en investissant dans toutes les catégories d’actifs, mais aussi de maintenir une exposition adéquate à un large éventail d’actions.

1 Source : Bloomberg L.P. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs. Il est impossible d’investir directement dans un indice.

2 Source : CNBC, « Fed’s Jim Bullard sees first interest rate hike coming as soon as 2022 », 18 juin 2021

Autres blogues de Kristina Hooper

Quand le pessimisme devient-il exagéré?
26 octobre 2021

Comprendre les anticipations d’inflation et pourquoi elles importent
19 octobre 2021

Dans quelle mesure les problèmes de chaînes d’approvisionnement vont-ils nuire aux bénéfices des sociétés?
12 octobre 2021

Après un mois horrible pour les actions, que nous réserve le mois d’octobre?
5 octobre 2021

Quelle sera la prochaine étape dans le dossier Evergrande?
29 septembre 2021

À surveiller cette semaine : le FOMC de la Réserve fédérale américaine et Evergrande
21 septembre 2021

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA5991

Image d’en-tête du blogue : Ibex.media / Stocksy

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Tous les montants sont exprimés en dollars américains.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les épargnants devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les « dot plots » de la Réserve fédérale désignent un graphique que la banque centrale utilise pour illustrer ses perspectives de la trajectoire des taux d’intérêt.

L’indice de volatilité du CBOE® (VIX®), l’un des principaux instruments de mesure des attentes de volatilité à court terme, est établi en fonction du prix de levée des options de l’indice S&P 500. VIX est le symbole de téléscripteur de l’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange (CBOE), qui fait état des perspectives de volatilité du marché sur 30 jours.

L’indice Dow Jones des valeurs industrielles est un indice pondéré selon la moyenne arithmétique du cours des 30 titres les plus fortement capitalisés et dont le capital est le plus largement réparti de la Bourse de New York.

Le taux des fonds fédéraux est le taux de financement à un jour auquel les banques se prêtent entre elles.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 21 juin 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.