Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 25 février 2021

Les hausses d’impôt étoufferont-elles le marché haussier?

Le marché haussier pourrait-il être menacé par les projets de hausses d’impôt potentielles de l’administration Biden?

Le déficit du budget fédéral américain s’accentue et l’administration Biden propose des hausses d’impôt aux États-Unis. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les marchés? Comme l’explique cet article, l’histoire nous montre que le marché boursier américain s’est généralement bien comporté dans divers régimes fiscaux.

Le problème

Le gouvernement fédéral américain a déjà engagé plus de 3 000 milliards de dollars américains pour soutenir l’économie pendant la pandémie de coronavirus; l’administration du président Joe Biden cherche actuellement à engager des dépenses supplémentaires de 1 900 milliards de dollars américains1.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral perçoit moins de revenus en raison de la faiblesse de l’activité économique. Par conséquent, le déficit budgétaire fédéral américain s’est fortement accentué.

Les dépenses dépassent très largement les revenus

Sources : Federal Reserve Bank of St. Louis, 31 déc. 2020

La proposition

Le gouvernement Biden propose des hausses d’impôt destinées à générer des revenus et à réduire l’écart de revenu entre les contribuables à revenu élevé et ceux à revenu faible. Parmi les changements proposés au code fiscal2, mentionnons :

  • l’augmentation du taux d’imposition des sociétés, pour le faire passer de 21 % à environ de 25 % à 28 %, probablement à compter de 2022, et l’établissement d’un impôt minimum de remplacement pour les sociétés;
    • le rétablissement à 39,6 % du taux d’imposition marginal le plus élevé, actuellement à 37 %, pour les contribuables qui gagnent un revenu annuel de plus de 400 000 dollars américains et la réduction de la valeur des déductions fiscales;
    • l’augmentation du taux d’impôt applicable aux gains en capital, qui passerait d’environ 25 % à 28 %, pour les ménages gagnant plus d’un million de dollars américains par an.

Perspectives historiques

D’un point de vue historique, les propositions fiscales du gouvernement Biden sont de grande envergure. On estime que le projet en matière d’impôt augmentera les revenus fiscaux fédéraux de plus de 140 milliards de dollars en 2021, de plus de 300 milliards en 2022 et d’un total de 3 100 milliards de dollars américains de 2021 à 20301.

Même si les conséquences prévues des hausses d’impôt sur les revenus devraient être importantes, il est important de noter qu’un taux d’imposition des sociétés de 28 % serait inférieur aux taux des dernières décennies. Par exemple, le taux d’imposition des sociétés le plus élevé s’approchait de 35 % dans les années 1990, 2000 et 2010, était supérieur à 40 % dans les années 1960 et 1970, et était de plus de 50 % dans les années 1950 et 19603.

Rendement des actions

Rien ne montre dans les données historiques que le marché boursier américain a été principalement influencé par les changements apportés au code fiscal3.

  • Dans les années 1940 et 1950, les actions américaines se sont bien comportées même si les taux d’imposition augmentaient.
    • Dans les années 1970, les actions ont affiché des rendements inférieurs à la moyenne, malgré la baisse des taux d’imposition, le marché reculant en raison des craintes liées à l’inflation.
    • Les actions se sont bien comportées dans les années 1980 et 1990 dans un contexte de taux d’imposition plus bas, mais elles ont été à la traîne dans les années 2000, dans la foulée des réductions d’impôt de l’ère Bush, à cause de l’éclatement de la bulle technologique et de la crise financière mondiale. Dans les années 2010, les marchés ont bondi depuis le creux de la crise financière mondiale, alors même que les taux d’imposition des particuliers augmentaient.

Nous croyons qu’il est à déconseiller de tirer des conclusions précises de cette analyse. De nombreux autres facteurs entrent souvent en jeu, notamment la phase du cycle économique et l’orientation de la politique monétaire.

Au moins, les investisseurs peuvent se consoler avec le graphique ci-dessous qui montre que les marchés se sont généralement bien comportés dans différents régimes fiscaux.

Sources : Shiller, base de données de Yale, au 31 déc. 2020. Les actions américaines à grande capitalisation sont représentées par l’indice Schiller US Large Cap. L’indice Schiller US Large Cap est un indice créé par Robert Shiller qui mesure le rendement des actions américaines à grande capitalisation. Il est impossible d’investir directement dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.
Conclusion

Historiquement, le marché boursier américain s’est globalement bien comporté même au cours des années de hausse des impôts, que ce soit ceux des particuliers et des sociétés ou celui sur les gains en capital. Plus récemment, le marché boursier américain a bondi de 30 % en 2013, même si le gouvernement Obama a décidé de laisser les réductions d’impôt de l’ère Bush arriver à expiration à la fin de l’année (comme le montre le graphique ci-dessus). En fait, les actions américaines ont progressé de 100 % de l’expiration des réductions d’impôt de l’ère Bush jusqu’à l’adoption par le gouvernement Trump de la Tax Cuts and Jobs Act de 20174.

Pour une analyse plus poussée de l’incidence de l’impôt – y compris l’impôt sur les gains en capital et l’impôt sur le revenu – consultez notre manuel.

Autres blogues de Brian Levitt

L’inflation à long terme ne me préoccupe pas. Voici pourquoi.
9 mars 2021

Les hausses d’impôt étoufferont-elles le marché haussier?
25 février 2021

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier
13 mars 2020

Le coronavirus perturbe nos perspectives pour l’année 2020. Mais peut-être pas pour longtemps.
3 mars 2020

Quelle incidence la mort de Qassim Suleimani aura-t-elle sur les marchés?
7 janvier 2020

La tourmente présidentielle n’a pas provoqué un repli boursier prolongé
10 octobre 2019

Il est temps de troquer l’incertitude contre la stabilité
30 août 2019

Les marchés financiers ne sont pas des mammouths laineux : Fuir la peur pourrait nuire au rendement
24 juillet 2019

Le cycle économique américain fracasse un record. Qu’est-ce que l’avenir nous réserve?
5 juillet 2019

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1. Source : Congressional Budget Office, 31 déc. 2020
2. Source : Strategas Research Partners, 31 déc. 2020
3. Source : Département du Trésor américain, Shiller, base de données de Yale, au 31 décembre 2020.
4. Source : Bloomberg L.P. Basé sur l’indice S&P 500.

Renseignements importants

Cet article fait majoritairement référence au marché américain et son contenu ne s’applique pas au Canada. Toutes les données sont exprimées en dollars américains, sauf indication contraire.
Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte.

Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’auteur, au 19 février 2021; elles sont fondées sur les conditions de marché actuelles et peuvent changer sans préavis. Ces opinions peuvent différer de celles des autres spécialistes des placements d’Invesco.

Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.

Invesco ne donne aucun conseil juridique ou fiscal. Ces renseignements sont fournis à des fins éducatives générales seulement et ne doivent pas être considérés comme des conseils juridiques ou fiscaux. Les investisseurs devraient consulter leurs conseillers juridiques ou fiscaux pour obtenir de l’aide personnalisée, y compris des renseignements sur les exigences particulières en lien avec les lois de l’État.

L’indice Schiller US Large Cap est un indice créé par Robert Shiller qui mesure le rendement des actions américaines à grande capitalisation. Il est impossible d’investir directement dans un indice.