Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 14 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »

Après l’annonce d’une hausse record de l’inflation aux États-Unis en mai, les marchés s’attendent à un resserrement plus marqué de la part de la Fed. Et cela a eu un impact sur les marchés boursiers du monde entier. Y a-t-il de bonnes nouvelles pour les investisseurs?

Comme les lecteurs assidus de ce blogue le savent peut-être déjà, l’un de mes films préférés est Les Dents de la Mer. Il y a tellement de superbes répliques dans ce film (j’aime particulièrement l’ordre de Quint qui dit : « Hooper conduit le bateau, chef »). Mais ma réplique préférée est celle où le chef Brody voit le grand requin blanc pour la première fois. C’est alors qu’il se rend compte qu’ils ont affaire à une créature gigantesque. Il dit nerveusement : « Il va nous falloir un plus gros bateau ».

C’est vendredi dernier que la Réserve fédérale américaine (Fed) a réalisé qu’il lui faudra « un plus gros bateau », du moins en ce qui concerne les marchés. Le taux d’inflation sommaire selon l’indice américain des prix à la consommation (IPC) a été plus élevé que prévu, en hausse de 8,6 % sur douze mois, alors que les marchés s’attendaient à une hausse de 8,3 % et a dépassé la hausse de 8,3 % enregistrée le mois précédent.1 Par conséquent, l’inflation n’a pas encore culminé. Pire encore, même si la prochaine donnée sur l’inflation est inférieure à 8,6 %, certains investisseurs vont craindre que les données ultérieures augmentent encore, étant donné que les prix du pétrole et d’autres produits de base continuent de grimper.

À combien de hausses de taux les marchés s’attendent-ils?

Le principal élément à retenir est que les marchés croient que la Fed va avoir besoin d’un plus gros bateau, autrement dit, d’un plus grand nombre de hausses de taux pour tenter de ralentir la demande et maîtriser l’inflation. Les marchés s’attendent désormais à neuf ou dix hausses de taux d’intérêt d’ici le début de 2023, dont des hausses de 50 points de base aux trois prochaines réunions du Federal Open Market Committee (FOMC), et certains investisseurs commencent à croire que la Fed va procéder à une hausse de 75 points de base à sa prochaine réunion.2

Autre signe qu’il se peut que la Fed doivent accélérer davantage le resserrement de sa politique monétaire, les anticipations d’inflation des consommateurs selon le sondage de l’Université du Michigan, qui ont été rendues publiques vendredi dernier, montrent une forte augmentation des anticipations d’inflation des consommateurs américains pour les cinq prochaines années. Rappelons que la Fed veut s’assurer que les anticipations d’inflation à plus long terme soient raisonnablement bien ancrées. En effet, lorsque les anticipations d’inflation à plus long terme ne sont pas bien ancrées, les consommateurs se précipitent pour faire leurs achats en supposant que les prix vont augmenter, ce qui ne fait qu’exacerber les pressions inflationnistes et les rendre plus persistantes.

Les attentes d’inflation des cinq prochaines années aux États-Unis s’étaient stabilisées à 3 % ces derniers mois, mais elles ont bondi à 3,3 % selon les données préliminaires de juin.3 Ce n’est pas encore la catastrophe, les anticipations d’inflation des consommateurs des cinq prochaines années étaient beaucoup plus élevées au début des années 80 et même au début des années 90.4 Mais il s’agit tout de même du taux le plus élevé en plus de dix ans (il était plus élevé pendant la crise financière mondiale, mais a rapidement baissé) et cela suggère que les anticipations d’inflation à plus long terme sont moins bien ancrées.

Les marchés américains ont eu une réaction extrême

Cela a énormément perturbé les marchés parce qu’un resserrement plus marqué augmente le risque que la Fed étouffe le cycle économique américain et provoque une récession. Les marchés boursiers et obligataires ont eu une réaction extrême vendredi dernier, compte tenu du potentiel de hausse des taux et du risque accru de récession, et la tendance s’est poursuivie lundi. Le taux des bons du Trésor américain à 2 ans a considérablement augmenté vendredi, clôturant au-dessus de 3,04 %, soit une hausse de 23 points de base en une journée, et a encore monté d’environ 20 points de base lundi, au moment de la rédaction de cet article.5 Le taux des bons du Trésor américain à 10 ans a lui aussi augmenté, mais pas autant, soit de 11 points de base, pour se fixer à 3,15 %, puis de 18 points de base de plus au moment de la rédaction de cet article lundi.6 Résultat : la courbe des taux s’est considérablement aplatie, mais ne s’est pas inversée. L’aplatissement de la courbe des taux est habituellement un signe avant-coureur d’un ralentissement économique, mais pas d’une récession imminente. L’indice S&P 500 est bien engagé dans un marché baissier dans les opérations intrajournalières et semble sur le point de clôturer en territoire baissier aujourd’hui (le 13 juin).

Les marchés mondiaux réagissent

Les données sur l’inflation aux États-Unis rendues publiques vendredi ont eu un impact sur les marchés mondiaux et cela me paraît logique, étant donné que la Fed est, dans une certaine mesure, la banque centrale du monde et pourrait certainement contribuer à provoquer une récession mondiale. Les marchés boursiers européens se sont repliés vendredi, malgré la réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) la semaine dernière, qui nous a appris que la BCE a décidé de procéder à un resserrement moins marqué que la Fed, mais plus rapide que prévu. Les marchés boursiers britanniques ont aussi été durement touchés. Les marchés boursiers canadiens se sont eux aussi repliés, mais dans une moindre mesure, ce qui est logique vu la composition du marché canadien dont les valorisations sont plus faibles et qui est davantage exposé à l’énergie et à d’autres produits de base. Les marchés asiatiques étaient déjà fermés au moment de la publication de l’IPC, mais les marchés ont réagi en clôturant en forte baisse lundi.

C’est une période difficile pour les dirigeants des banques centrales

Je persiste à croire que les États-Unis vont parvenir à éviter une récession, mais nous assistons clairement au début d’un ralentissement marqué. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi et ce sera fort probablement nécessaire pour réduire l’inflation et permettre à l’économie américaine d’effectuer un atterrissage en douceur.

Les États-Unis et de nombreuses autres grandes puissances économiques sont confrontées au fait que la croissance doit ralentir rapidement afin de réduire les pressions et les anticipations inflationnistes. Les dirigeants des banques centrales sont engagés dans une course contre la montre car ils doivent ralentir suffisamment la demande pour calmer les pressions inflationnistes afin d’éviter de devoir augmenter davantage les taux d’intérêt. L’économie américaine ralentit déjà et la tendance va probablement se poursuivre. Bref, je garde toujours espoir que la Fed n’aura pas à procéder à des hausses de taux aussi marquées que celles que les marchés anticipent en ce moment. Certes, ralentir l’économie juste assez pour calmer l’inflation sans provoquer de récession est un exercice d’équilibre extrêmement délicat, puisque la politique monétaire est un instrument contondant, pas un outil chirurgical. Donc, bien sûr, les risques de récession ont augmenté depuis la publication des plus récentes données sur l’IPC la semaine dernière et sur les anticipations d’inflation des consommateurs.

En dehors des États-Unis, en particulier en Europe et dans les marchés émergents qui dépendent des importations de produits de base comme l’énergie, les céréales et les métaux, le conflit opposant la Russie et l’Ukraine a provoqué une flambée des prix des produits de base en plus du rebond qui a suivi la réouverture de l’économie en Occident et dans de nombreux marchés émergents. Les États-Unis sont également confrontés à ces pressions inflationnistes, mais seront probablement moins touchés que l’Europe car ils sont des exportateurs d’énergie et d’aliments. Les consommateurs américains ressentent déjà les effets de l’augmentation des prix des aliments, qui pourrait entraîner un ralentissement de la demande de biens et services aux États-Unis et contribuer à réduire les pressions inflationnistes et à ralentir l’économie dans son ensemble.

Pour leur part, l’Europe et les marchés émergents pourraient également devoir composer avec des pénuries et même avec des prix plus élevés, car l’offre de certains types d’énergies est limitée par des embargos et l’approvisionnement en denrées alimentaires est touché par le blocus des ports ukrainiens. Les sanctions pourraient aussi limiter la disponibilité de la potasse destinée aux engrais et les engrais eux-mêmes, que la Russie et la Biélorussie exportent en grandes quantités. Ainsi, l’Europe pourrait être confrontée à de plus fortes pressions inflationnistes et à de plus gros obstacles à la croissance que les États-Unis.

Mettez tout cela ensemble et vous pouvez voir que c’est une période plus difficile pour les dirigeants des banques centrales que depuis de nombreuses années, voire des décennies. Ce ne sera pas évident de trouver le juste équilibre entre les objectifs concurrents de plafonnement de l’inflation autour de 2 %, tout en veillant à ce que l’économie puisse retourner à l’équilibre en fonction de l’évolution des relations post-COVID et en temps de guerre entre les biens, les services et les produits de base.

Y a-t-il de bonnes nouvelles?

Que pourrais-je bien dire pour réconforter les investisseurs en ce moment?

  • La, pour ainsi dire, bonne nouvelle est que l’IPC de base, bien qu’encore élevé, semble avoir culminé. Le taux d’inflation de base, qui exclut les prix des aliments et de l’énergie, est la mesure à laquelle la Fed prête attention, plutôt que le taux d’inflation sommaire, qui englobe tout. (Cela étant dit, les dépenses de consommation personnelle de base sont l’indicateur d’inflation de prédilection de la Fed).
  • Comme je l’ai déjà dit, les prix élevés sont parfois un remède aux prix élevés, parce qu’ils peuvent réduire la demande. Une donnée très décevante rendue publique vendredi est l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan, qui a enregistré une baisse spectaculaire. Or, il pourrait s’agir d’un scénario où « une mauvaise nouvelle est une bonne nouvelle », dans la mesure où cela pourrait se traduire par une diminution de la demande et de l’inflation, réduisant ainsi les pressions qui poussent la Fed à durcir le ton.
  • Ces données sur l’IPC global étaient sans aucun doute une mauvaise nouvelle, mais j’ai toujours cru qu’une seule donnée ne suffit pas à changer une trame narrative, et celle-ci ne change certainement pas beaucoup nos perspectives. Nous croyons que l’inflation culminera bientôt et commencera à baisser, ne serait-ce qu’un peu.
  • Nous croyons toujours que la Fed parviendra à effectuer un atterrissage en douceur, mais ce sera plus difficile si un resserrement plus marqué est nécessaire pour réduire l’inflation. En effet, nous ne regardons pas l’économie avec des lunettes roses. Nous reconnaissons que les probabilités d’un scénario « d’inflation persistante », dans le cadre duquel les banques centrales risquent de trop resserrer leur politique monétaire et de juguler la croissance économique, demeurent très élevées.

Étant donné que nous croyons être dans la phase de ralentissement du cycle économique, nous privilégions quelque peu les actifs à risque (actions, titres à rendement élevé), mais nous savons que la volatilité va probablement augmenter en raison de l’incertitude accrue à l’égard de la politique monétaire. Je crois que le moment est venu de faire preuve de discernement et de sélectionner avec soin les actifs à risque, en nous concentrant sur des entreprises de meilleure qualité qui ont un pouvoir d’établissement des prix et de bonnes caractéristiques fondamentales.

Voici ce que nous allons surveiller

Tous les regards seront tournés vers la réunion du FOMC de cette semaine et la conférence de presse du président du conseil de la Fed, Jay Powell. J’ai bon espoir que M. Powell parviendra à convaincre les marchés que la Fed sera en mesure d’effectuer un « atterrissage en douceur » en adoptant une position suffisamment belliciste, tout en étant à l’écoute de l’évolution des données. À mon point de vue, la clé est que la Fed reste dépendante des données. Ce n’est pas seulement une question d’inflation, mais aussi de croissance; à mon avis, faire preuve de flexibilité pour trouver le juste équilibre entre ces deux mandats augmentera les probabilités d’un atterrissage en douceur.

Au fait, au cas où vous ne vous souviendriez pas de l’intrigue du film Les Dents de la Mer, le chef Brody et ses deux compagnons de bord n’ont jamais eu un plus gros bateau. Ils sont finalement parvenus à tuer le requin avec leur petit bateau, non sans peine, mais l’important c’est qu’ils y soient arrivés. Peut-être que la Fed pourra en faire autant.

Rédigé en collaboration avec Arnab Das

1 Source : CNBC, « Inflation rose 8.6% in May, highest since 1981 », 10 juin 2022

2 Source : Bloomberg L.P., 13 juin 2022. Tel que représenté par le taux implicite des contrats à terme sur fonds fédéraux, soit des contrats financiers qui représentent l’opinion du marché quant à l’orientation du taux des fonds fédéraux à un moment précis dans l’avenir. Le taux des fonds fédéraux est le taux de financement à un jour auquel les banques se prêtent entre elles.

3 Source : Université du Michigan, Sondage sur les attentes des consommateurs, 10 juin 2022

4 Source : Université du Michigan

5 Source : Bloomberg L.P., 13 juin 2022

6 Source : Bloomberg L.P., 13 juin 2022

Autres blogues de Kristina Hooper

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »
16 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »
14 juin 2022

L’économie mondiale : Supermalade ou super étrange?
7 juin 2022

Une reprise boursière pourrait-elle durer?
2 juin 2022

Observations d’ours : ce que les marchés baissiers pourraient signifier pour les investisseurs
25 mai 2022

Est-ce que tout se déroule comme prévu?
18 mai 2022

Les marchés peinent à s’adapter à l’incertitude entourant la Fed
10 mai 2022

À la recherche d’un « verre à moitié plein » après des mois difficiles sur les marchés
4 mai 2022

La croissance mondiale, les élections françaises et la Réserve fédérale américaine
27 avril 2022

FAQ sur les marchés : inflation, politique monétaire, bénéfices et plus encore
21 avril 2022

Les « bonnes nouvelles » que je vois sur les marchés aujourd’hui
13 avril 2022

Indicateurs clés à surveiller en avril
12 avril 2022

FAQ sur les marchés : la courbe des taux, l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et plus encore
7 avril 2022

La Fed ne mâche pas ses mots, mais passera-t-elle de la parole aux actes?
23 mars 2022

Une hausse de taux de la Réserve fédérale américaine et quoi ensuite
16 mars 2022

La crise russo-ukrainienne : les questions que les investisseurs se posent sur le pétrole, les risques de récession, etc.
8 mars 2022

Évaluation de l’impact des sanctions économiques imposées à la Russie
1 mars 2022

Répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et les catégories d’actifs
23 février 2022

L’inflation et la géopolitique augmentent la pression sur les marchés
15 février 2022

L’Europe fait écho au durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine
9 février 2022

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA 2232750

Image d’en-tête du blogue : Milanko / Stocksy

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

En règle générale, les cours des actions fluctuent, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

Les obligations à haut risque comportent un plus gros risque de défaut et leur cours risque davantage de fluctuer par suite d’un changement de cote de solvabilité de l’émetteur. La valeur des obligations à haut risque fluctue davantage que celle des obligations de qualité supérieure et peut chuter considérablement en un très court laps de temps.

L'indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation. L'IPC de base exclut les prix des aliments et de l'énergie, tandis que l'IPC global les inclut.

Un point de base représente un centième d’un point de pourcentage.

Le Federal Open Market Committee (FOMC) est un comité du conseil d’administration de la Fed qui se réunit régulièrement pour établir la politique monétaire, y compris les taux d’intérêt perçus des banques.

L'enquête auprès des consommateurs est un sondage téléphonique mensuel effectué par l'Université du Michigan qui donne les indices de confiance des consommateurs et d’anticipations d’inflation.

La courbe des taux illustre les taux d’intérêt, à un moment précis, de différentes obligations ayant la même cote de solvabilité, mais différentes dates d’échéance et sert à projeter les variations des taux d’intérêt et l’évolution de l’activité économique. Une courbe de taux inversée fait référence à une situation où, à cote de solvabilité égale, les obligations à court terme ont un rendement supérieur à celui des obligations à long terme. Une courbe de taux est dite plate lorsqu’il y a très peu d’écart entre les taux des obligations à court et à long termes ayant la même cote de solvabilité. Lorsque la courbe des taux est normale, les obligations à long terme procurent un rendement plus élevé.

L’indice des prix des dépenses de consommation personnelle (PCE) ou indice PCE mesure la variation des prix des biens et services. Les dépenses comprises dans l’indice sont les dépenses réelles des ménages américains.

La potasse est le terme utilisé pour décrire les sels contenant du potassium utilisés comme engrais.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 13 juin 2022. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.