Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 24 juillet 2019

Les marchés financiers ne sont pas des mammouths laineux : Fuir la peur pourrait nuire au rendement

Les fluctuations boursières donnent parfois aux investisseurs le goût de fuir, mais l’histoire nous montre comment les actions sont parvenues à surmonter ces craintes

L’humoriste américain Mark Twain a déjà dit à la blague : « J’ai vécu des choses terribles dans ma vie, dont certaines se sont réellement passées ». On pourrait en dire autant des investisseurs. Les investisseurs perdent souvent un temps précieux et énormément d’énergie à s’inquiéter de tout, mais combien ont regardé en arrière pour voir si ce dont ils se sont inquiétés s’est effectivement produit?

En réalité, beaucoup de ces choses terribles A) ont été imaginées; ou B) étaient gérables. La capacité des actions à surmonter les craintes des investisseurs a inspiré cette désormais célèbre maxime : « escalader un mur d’inquiétude ». Nous avons observé ce phénomène à de nombreuses reprises aux quatre coins du monde :

Vous rappelez-vous de ces murs d’inquiétudes?

  • Vous souvenez-vous quand tout le monde s’inquiétait de savoir comment la Réserve fédérale américaine (Fed) réagirait à la crise financière? Il y a une dizaine d’années, les investisseurs craignaient que la politique monétaire de la Fed, destinée à lutter contre les pulsions déflationnistes profondément enracinées, ait des conséquences « extrêmement inflationnistes », ce qui a entraîné une hausse des taux d’intérêt américains et fait chuter les cours boursiers. Or, en réalité, le taux d’inflation est demeuré obstinément bas tout au long du cycle1, les taux d’intérêt américains se sont maintenus autour de 2 %2, les indices boursiers américains atteignent de nouveaux sommets presque chaque année depuis 2012 et l’indice S&P 500 a récemment franchi la barre des 3 000 points pour la premier fois.3
  • Vous rappelez-vous de la panique entourant la U.S. Patient Protection and Affordable Care Act (loi sur la protection des patients et des soins abordables) de 2010? Les investisseurs craignaient que cette loi, qui obligeait les entreprises de 50 employés à plein temps ou plus à offrir un régime d’assurance-maladie, paralyse la création d’emplois. Pourtant, en juin, les entreprises américaines comptaient 151 millions d’employés4, dont 46,7 millions travaillent dans des entreprises de 49 à 500 employés.5 Un autre record. Qui plus est, le nombre de postes à combler frôlait lui aussi un sommet record en mai et dépasse le nombre d’embauches chaque mois depuis 2014.6
  • Vous souvenez-vous quand on prévoyait que la victoire du parti d’extrême gauche Syriza aux élections grecques de 2015 conduirait à un exode massif de la zone euro? D’abord par les Grecs, suivis des habitants d’autres pays européens périphériques? Cet événement avait pris des proportions gigantesques. Pendant un certain temps, j’en savais plus sur la politique grecque que je n’avais jamais imaginé. Puis les craintes se sont dissipées. Au début de juillet, le parti de la Nouvelle démocratie de centre droite, qui représente le « courant dominant », est « favorable aux entreprises », « pro Europe » et a remporté les élections générales. Et, aujourd’hui,  la Grèce rembourse sa dette « écrasante » à un taux d’intérêt inférieur à 2,5 %.7

Rien que cette année, nous avons été confrontés à plusieurs murs d’inquiétudes. Il y a six mois, nous nous inquiétions du resserrement de la Fed, mais maintenant, on s’attend à ce que la Fed baisse ses taux. En mai, nous nous sommes inquiétés des tarifs américains sur les marchandises mexicaines, puis l’administration Trump les a suspendus. Au début de juillet, l’inversion de la courbe des taux nous préoccupait, puis l’écart entre le taux des bons du Trésor américain à 10 ans et à un mois s’est stabilisé vers le milieu du mois.8 Je pourrais continuer encore et encore, mais vous voyez ce que je veux dire.

Abattre les murs d’inquiétudes

Nous n’y sommes pour rien. Les biologistes de l’évolution sont arrivés à la conclusion que pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, l’anxiété et l’inquiétude sont des émotions qui ont rendu service aux humains; si vous croisez un mammouth laineux, vous partez en courant. Malheureusement, nous sommes encore programmés pour réagir au danger immédiat perçu, même si nos objectifs sociétaux actuels sont à beaucoup plus long terme (par exemple, travailler fort et toucher un chèque de paye dans deux semaines; épargner et prendre sa retraite dans 20 ans). Je pense que le problème auquel les investisseurs sont confrontés, étant donné que l’argent a une valeur temporelle, est que plus nous réagissons de manière exagérée aux dangers immédiats, moins nous sommes susceptibles d’atteindre nos objectifs à long terme.

Cela étant dit, comment ai-je appris à cesser de m’inquiéter et à aimer les fluctuations boursières et le cycle de rotation des nouvelles de 24 heures? Je n’y suis pas encore tout à fait parvenu. Par contre, j’ai réduit mon degré d’inquiétude en étudiant l’histoire des marchés (les tendances à long terme par rapport aux anomalies passagères) et en me rappelant de chacune des choses terribles (par exemple, hyperinflation, récession de l’emploi aux États-Unis, éclatement de la zone euro) qui ne se sont jamais produites. Je documente mes objectifs de placement dans un énoncé de politique de placement familial et y explique que ma famille ne doit pas déroger de ce plan de placement élaboré avec soin sur un coup de tête. Il est bon de relire l’énoncé lorsque la volatilité s’empare des marchés. Les épargnants auraient peut-être intérêt à consulter leur conseiller financier pour élaborer des énoncés de politique et à se rafraîchir la mémoire quant au but et à la mission de leur portefeuille en périodes de volatilité.

Entre-temps, je suis rassuré de savoir que ma famille et moi nous rapprochons graduellement de nos objectifs à long terme et qu’aucun prédateur ne m’attend sur la route entre le travail et la maison.

 

 

 

 

 

Autres blogues de Brian Levitt

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier
13 mars 2020

Le coronavirus perturbe nos perspectives pour l’année 2020. Mais peut-être pas pour longtemps.
3 mars 2020

Quelle incidence la mort de Qassim Suleimani aura-t-elle sur les marchés?
7 janvier 2020

La tourmente présidentielle n’a pas provoqué un repli boursier prolongé
10 octobre 2019

Il est temps de troquer l’incertitude contre la stabilité
30 août 2019

Les marchés financiers ne sont pas des mammouths laineux : Fuir la peur pourrait nuire au rendement
24 juillet 2019

Le cycle économique américain fracasse un record. Qu’est-ce que l’avenir nous réserve?
5 juillet 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bureau of Labor Statistics, juin 2019. Le taux d’inflation, représenté par l’indice des prix à la consommation pour tous les consommateurs urbains aux États-Unis, est une mesure de la variation moyenne dans le temps des prix payés par les consommateurs urbains pour un panier de biens et services à la consommation.
2 Source : Bloomberg, L.P., 11 juillet 2019
3 Source : Standard & Poor’s et Bloomberg, L.P., juillet 2019
4 Source : Bureau of Labor Statistics, juin 2019
5 Source : ADP National Employment Report Private Nonfarm Payrolls Medium Firms (50-499), juin 2019
6 Source : Bureau of Labor Statistics, Job Openings and Labor Turnover Survey, mai 2019
7 Source : Bloomberg, L.P., 11 juillet 2019
8 Source : Bloomberg, L.P., 11 juillet 2019. La forme de la courbe des taux, dans ce cas-ci, est représentée par l’écart de taux entre les bons du Trésor américain à 10 ans et à 1 mois.
Image d’en-tête du blogue : Andy Beales / Unsplash.com
Une courbe des taux inversée fait référence à une situation où, à cote de solvabilité égale, les obligations à court terme ont un rendement supérieur à celui des obligations à long terme. Lorsque la courbe des taux est normale, les obligations à long terme procurent un rendement plus élevé. La différence entre ces deux valeurs est appelée l’écart de taux.
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Brian Levitt au 22 juillet 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.