Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 12 janvier 2021

Les marchés poursuivent leur progression pendant une semaine tumultueuse de l’histoire des États-Unis

Boussole hebdomadaire des marchés : Ce fut une semaine de surprises, d’horreur et de déception. Pourquoi les marchés n’ont-ils pas réagi?

La semaine dernière a été mémorable; c’est le moins qu’on puisse dire. Elle a été remplie de surprises, d’horreur et de déception, certes aux États-Unis, mais aussi pour les observateurs du monde entier. J’ai reçu énormément de questions de gens qui se demandent pourquoi les marchés boursiers ont enregistré des gains à l’issue d’une semaine semblable. Laissez-moi tenter de vous l’expliquer :

Il faut savoir que les marchés boursiers ont un penchant haussier qui remonte à bien avant les élections de novembre en raison des généreuses mesures d’assouplissement monétaire de la Réserve fédérale américaine. Qui plus est, nous avons appris au quatrième trimestre que plusieurs vaccins qui ont été mis au point offrent une protection efficace contre la COVID-19. Cela change la donne et ravive énormément l’espoir d’une reprise économique en 2021, qui à son tour est évidemment un puissant catalyseur pour les actions. Par conséquent, je crois que les marchés boursiers ont regardé les événements et les données de la semaine à travers le prisme du biais positif.

Surprises

La première surprise est venue des élections sénatoriales de la Géorgie qui se sont tenues le 5 janvier. Le balayage du Parti démocrate en a surpris plus d’un; ce n’est certainement pas ce que nous aurions prédit en novembre. Nos premières analyses des élections se concentraient sur ce que les investisseurs pourraient attendre d’un gouvernement divisé. Aujourd’hui, nous tournons notre regard vers ce que pourra accomplir un gouvernement unifié dirigé par les démocrates.

Les clients nous ont demandé comment les marchés boursiers pourraient poursuivre leur progression avec un gouvernement démocrate unifié, d’autant plus qu’ils récompensent généralement les gouvernements divisés. Même si les marchés aiment mieux les gouvernements divisés, je pense qu’il est préférable d’avoir un gouvernement unifié en temps de crise, et c’est à mon avis ce que les marchés croient aussi. Comme les États-Unis sont confrontés à une gigantesque crise sanitaire et économique, il importe que le gouvernement puisse procéder à l’approbation de la nomination des candidats et adopter des lois. Cependant, il faut se rappeler que le gouvernement a une marge de manœuvre mince comme une lame de rasoir, ce qui devrait garantir que la plupart des lois qui seront adoptées se situeront dans la « voie centrale » pour l’Amérique.

Mon collègue Andy Blocker, chef des affaires gouvernementales américaines pour Invesco, a dressé une liste qui répartit les scénarios dans deux catégories : ceux du « désormais possible » et ceux du « toujours impossible », compte tenu de l’issue des élections sénatoriales.

Désormais possible

  1. Une fois assermenté, le président désigné, Joe Biden, devrait être en mesure de nommer rapidement tous les membres de son Cabinet.
  2. On s’attend à ce que la deuxième ronde de mesures d’aide et de relance en temps de COVID-19 soit plus généreuse et prévoie une assistance de l’État et des autorités locales.
  3. Il est désormais plus probable que le gouvernement adopte un vaste programme de dépenses en infrastructures qui comprendrait des initiatives vertes.
  4. Il faut désormais s’attendre à des hausses d’impôts pour aider à payer les dépenses en infrastructures, à commencer par les impôts sur les sociétés, mais aussi à d’autres hausses d’impôts ciblées.

Toujours impossible

  1. L’obstruction systématique va se poursuivre au Sénat. Le sénateur Joe Manchin a déjà dit qu’il ne votera pas en faveur d’une motion visant à mettre fin à l’obstruction systématique des articles législatifs.
  2. Le maintien de l’obstruction systématique empêche de « remplir » la Cour suprême (en augmentant le nombre de sièges du tribunal et en les remplissant de candidats favorables à l’Administration Biden) et empêche la création d’un État pour le district de Columbia ou Porto Rico.
  3. On ne s’attend pas à l’adoption d’un nouveau pacte vert, même s’il peut y avoir des tentatives d’intercaler des initiatives vertes dans divers projets de loi qui seront déposés.
  4. Nous ne nous attendons pas non plus à la création d’un régime Medicare for All. Le président désigné, Joe Biden, n’est pas en faveur d’un tel régime et, même s’il l’était, nous pensons qu’il n’y a pas suffisamment de démocrates au Sénat qui voteraient en faveur de l’adoption de ce régime.

Horreur

Lorsque les Américains ont appris l’issue des élections sénatoriales, des manifestants sans vergogne ont violemment pris d’assaut le Capitole américain. Malgré cette attaque déstabilisante contre la démocratie américaine, les marchés ont à peine réagi. Mais pourquoi pas?

À mon avis, les marchés boursiers étaient concentrés sur les jours meilleurs qui s’en viennent, car les investisseurs s’attendent à une forte reprise économique lorsque les vaccins auront été distribués à grande échelle et à l’adoption d’autres mesures de relance à la lumière de l’issue des élections sénatoriales de la Géorgie. Comme le disait si bien mon collègue Brian Levitt : « Je suis réconforté par le maintien du système, par la prévalence de la démocratie et par le fait que les marchés se concentrent sur les vents favorables qui persistent ». Je ne pourrais pas être plus d’accord.

Déception

Enfin, vendredi, le rapport de décembre sur l’emploi aux États-Unis a été rendu public et montre une première baisse mensuelle du nombre d’emplois salariés depuis le début de la reprise. Cela nous a rappelé le terrible impact de l’augmentation du nombre de cas d’infection à la COVID-19, qui peut facilement faire dérailler une reprise naissante. Je n’ai pas été surprise par ce rapport. Les États-Unis ont laissé l’économie se faire malmener en attendant aussi longtemps avant d’adopter des mesures de relance. Je pense que la reprise en forme de K1 va s’aggraver avant de s’améliorer, mais la situation devrait rentrer dans l’ordre plus tard en 2021.

Si les marchés ont été surpris par le rapport sur l’emploi, ils ne l’ont pas montré. En fait, les marchés boursiers ont réagi positivement, parce que cela augmente les probabilités que d’autres mesures de relance soient adoptées.

Plus tard dans la journée de vendredi, nous avons appris que le sénateur Manchin s’oppose à l’envoi de chèques d’aide gouvernementale supplémentaire de 2 000 $, ce qui a fait fléchir brièvement les cours boursiers avant qu’un assistant revienne sur ses commentaires et que les marchés poussent un soupir de soulagement. Comme je l’ai déjà dit, la conjoncture actuelle nécessite une relance budgétaire soutenue jusqu’à ce que les vaccins soient largement distribués et que l’économie puisse rouvrir complètement. Je m’attends à ce que cela se produise.

Éléments à retenir

En ce qui a trait aux répercussions sur les marchés à partir de cette semaine, l’élément à retenir, à mon sens, est que les opérations de reflation2 devraient se poursuivre car les marchés s’attendent à une forte reprise cette année, après quelques turbulences pendant les premiers mois. Je crois que la reprise devrait désormais bénéficier d’un soutien supplémentaire étant donné le résultat des élections de cette semaine, qui, selon moi, devrait favoriser les titres cycliques et à plus petite capitalisation. L’élan cyclique devrait également contribuer à une légère hausse du taux des bons du Trésor américain à 10 ans, même si on entrevoit toujours une faible inflation. Comme nous l’avons constaté à maintes reprises, même l’horreur et la déception peuvent être ignorées par les marchés lorsque les conditions monétaires sont favorables. Et c’est certainement le cas depuis le début de 2021.

Autres blogues de Kristina Hooper

Les perspectives économiques s’améliorent, mais la COVID jette une ombre au tableau
14 avril 2021

Les données économiques d’Israël commencent à montrer l’impact des vaccins
6 avril 2021

Pourquoi les investisseurs aiment et craignent la Réserve fédérale américaine
29 mars 2021

Est-ce un signe avant-coureur de ce que l’avenir nous réserve?
23 mars 2021

La thèse de l’optimisme économique
16 mars 2021

Les actions ont connu une dure semaine en raison de la volatilité
9 mars 2021

Les vaccins ouvrent la voie à un retour à la «vie normale» en Israël
2 mars 2021

Le bitcoin : monnaie numérique, or numérique ou tulipe numérique?
23 février 2021

L’année du buffle pourrait-elle être une métaphore de l’économie mondiale en 2021?
17 février 2021

Sommes-nous dans une bulle spéculative?
9 février 2021

La Réserve fédérale américaine se fait rassurante en ce qui concerne l’inflation tandis que GameStop capte l’attention du monde entier
2 février 2021

Les bouleversements économiques exercent des pressions sur les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Europe
26 janvier 2021

Le cinquième trimestre de 2020
20 janvier 2021

Les marchés poursuivent leur progression pendant une semaine tumultueuse de l’histoire des États-Unis
12 janvier 2021

Boussole hebdomadaire des marchés : Prévisions des marchés et résolutions de placement pour 2021
5 janvier 2021

Dossiers à surveiller en cette fin de 2020
15 décembre 2020

Alors que le nombre de cas de COVID augmente, le monde fonde de l’espoir dans un vaccin
10 décembre 2020

Trois voies envisageables pour les marchés en 2021
8 décembre 2020

Les marchés ont plus de certitude à l’égard de certains grands enjeux
17 novembre 2020

Les craintes de soulèvements populaires se multiplient à la veille des élections américaines
3 novembre 2020

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : Krblokhin / Getty

1 Une reprise en K en est une dans laquelle la situation des ménages plus aisés s’améliore et celle des ménages à faible revenu et moins bien nantis se dégrade.

2 Une opération de reflation désigne un placement effectué dans une catégorie d’actifs susceptible de bénéficier d’une augmentation de la croissance par suite de l’adoption de mesures de relance après une contraction économique.

Les actions de petites et moyennes entreprises sont habituellement plus vulnérables aux événements défavorables, peuvent être plus volatiles et illiquides ou faire l’objet de restrictions à la revente.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 11 janvier 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.