Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Arnab Das | 24 février 2022

Les marchés réagissent aux opérations militaires russes contre l’Ukraine

Pendant que ces événements se déroulent en Ukraine, notre stratège des marchés mondiaux, Arnab Das, tente d’évaluer la réaction des marchés et l’impact économique potentiel à l’échelle mondiale.

La Russie a lancé des opérations militaires contre l’Ukraine. L’Ukraine a décrété la loi martiale. Des combats et des bombardements sont en cours dans certaines parties de l’Ukraine. Nous craignons qu’il y ait des perturbations majeures dans la région, y compris des pertes de vie. L’Occident multiplie les sanctions financières contre la Russie et manifeste son soutien à l’Ukraine.

Jusqu’à présent, les marchés montrent une aversion pour le risque, mais ne mettent pas tous les pays dans le même panier. Les mouvements entre les catégories d’actifs et les régions reflètent l’exposition macroéconomique aux fortes fluctuations des prix des produits de base les plus touchés par le conflit.

Au moment d’aller sous presse, le 24 février 2022 :

  • Produits de base : Les prix du pétrole, du gaz, des céréales et du palladium ont monté en flèche. La Russie est un gros exportateur de tous ces produits, tandis que l’Ukraine est un exportateur de céréales.
  • Devises : Le dollar américain, le franc suisse et le yen japonais se sont appréciés, contrairement à l’euro et à la livre sterling.
  • Obligations : Les bons du Trésor américain, les obligations d’État de la zone euro, à commencer par les bunds allemands et les gilts britanniques, se sont tous redressés.
  • Actions : Tous les indices se sont repliés, en particulier celui de l’EMOA. Les pays qui ont de solides liens commerciaux avec la Russie, comme l’Allemagne, se sont moins bien comportés que les pays producteurs d’énergie. L’indice S&P 500 a remonté plus tard dans la journée.
  • Marchés émergents : Les marchés de la Russie et de l’Ukraine sont en forte baisse. Les pays importateurs de produits de base, comme la Turquie et l’Inde, ont été plus durement touchés que les pays exportateurs, comme le Brésil. Le peso mexicain et le rand sud-africain (devises baromètres des risques des marchés émergents) se sont dépréciés, mais tiennent le coup jusqu’à présent.

Répercussions

Nous croyons être en présence d’un scénario de véritable conflit ouvert. Un conflit ouvert en Europe est clairement un choc majeur pour le système international. Cependant, nous nous attendons à ce que les hostilités se concentrent sur le territoire ukrainien, étant donné que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord protège l’Europe occidentale. Par conséquent, nous pensons que les dommages collatéraux seront les plus lourds en Ukraine et en Russie, avec des effets importants mais pas extrêmes en dehors de ces deux économies; l’Europe est la plus exposée, les États-Unis et l’Asie le sont moins et de nombreux marchés émergents se situent entre les deux.

À notre avis, l’impact économique sur le reste du monde se manifestera probablement par une hausse des prix des produits de base, qui va alimenter l’inflation et nuire à la croissance – nous assisterons à une légère stagflation. Cependant, si les hostilités et les tensions s’intensifient au point où la Russie est exclue des paiements occidentaux et des systèmes de messagerie rapide, comme l’a été l’Iran, un grave choc de stagflation pourrait découler d’une interruption de l’approvisionnement en énergie. La Russie fournit à l’Europe 40 % de son gaz, la moitié de ses combustibles solides, y compris le charbon, et environ le quart de son pétrole.1

Nous nous attendons à ce que cela se traduise par une position un peu moins belliciste des grandes banques centrales et nous croyons que la Réserve fédérale américaine va pencher vers une hausse de taux de 25 points de base en mars et que la Banque centrale européenne va demeurer hésitante.

Les conséquences à long terme seront probablement profondes mais vont se faire sentir graduellement. En ce qui concerne les intérêts nationaux et les idéologies, nous croyons que les politiques économiques étrangères vont viser à réduire ou, à tout le moins, à gérer les risques pour la sécurité nationale et nous nous attendons à un pas de recul en matière d’intégration économique et financière, ce qui accentuerait l’interdépendance et ferait augmenter le coût des conflits.

Conclusion

Nous nous attendons à ce que les marchés demeurent extrêmement volatils à court terme, mais sachez que les conflits ont souvent fourni des points d’entrée avantageux aux investisseurs à long terme. La guerre (et le risque de stagflation) renforce les arguments en faveur de la diversification du portefeuille, compte tenu de la recrudescence de volatilité et d’incertitude.

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA2053714

Image d’en-tête du blogue : Sergey Alimov / Getty

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un professionnel financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les rendements passés ne sont pas indicatifs des résultats futurs.

En règle générale, les cours des actions fluctuent, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Les titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et aux retombées des fluctuations de taux d’intérêt. De manière générale, les cours des obligations baissent lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce que l’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut être incapable de rembourser les intérêts ou le capital de ses emprunts, ou les deux, ce qui fait chuter la valeur de ses titres de créance et abaisse sa note de crédit.

Les produits de base peuvent exposer un investisseur à une plus grande volatilité que les titres traditionnels comme les actions et les obligations et leurs prix peuvent varier considérablement en fonction des conditions météorologiques, de la politique, des règles fiscales, ainsi que des changements réglementaires et de la conjoncture boursière.

Les fluctuations du prix de l’or et des métaux précieux pourraient nuire à la rentabilité des entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux. Les changements de conjoncture politique ou économique des pays où les entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux exercent leurs activités pourraient avoir une incidence directe sur le prix de l’or et des métaux précieux.

Les entreprises du secteur de l’énergie peuvent subir les effets négatifs de la réglementation étrangère, fédérale ou étatique qui régissent la production, la distribution et la vente d’énergie ainsi que l’offre et la demande de ressources énergétiques. La volatilité à court terme des prix de l’énergie peut entraîner des fluctuations des cours boursiers.

L'Agence internationale de l'énergie compte 30 pays membres et se concentre sur des domaines tels que les données et les statistiques, la formation, l'innovation et la coopération internationale.

Un point de base représente un centième d’un point de pourcentage.

Les gilts du Royaume-Uni sont des obligations émises par le gouvernement britannique.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 24 février 2022. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.