Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 7 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID

Boussole hebdomadaire des marchés : Quel impact les variants de la COVID peuvent-ils avoir sur les marchés mondiaux? Kristina Hooper fait le point sur ce qu’on apprend et explique quel impact cela pourrait avoir sur les investisseurs.

Pendant la majeure partie de l’année dernière, je crois que tous mes blogues parlaient de la pandémie de COVID-19. Ensuite, des vaccins efficaces ont été développés en un temps record, ce qui m’apparaît comme un miracle. Ensuite, la réouverture de l’économie et le redressement économique mondial ont retenu davantage l’attention. Nous avons même eu le loisir de nous préoccuper de l’inflation, sujet qui aurait semblé superflu il y a un an. Cependant, je sens le besoin d’aborder la COVID-19, mais sous un autre angle, à la lumière des récents événements.

De nouveaux variants font surface et sèment la crainte partout dans le monde

Le variant Delta (B.1.617) se propage rapidement et l’Organisation mondiale de la santé l’a même qualifié de « variant préoccupant ». Pour être précis, le variant Delta se propage environ 50 % plus vite que le variant alpha, qui, lui, se propage environ 50 % plus vite que le virus original.1

Le variant Delta est formidable : il a été qualifié de « version la plus hyper transmissible et contagieuse du virus jusqu’à maintenant, bien entendu — c’est une souche super propagatrice s’il en est une », d’après Eric Topol, professeur de médecine moléculaire et vice-président exécutif au Scripps Research Institute.2

Évidemment, c’est une source de préoccupation pour les pays dont le taux de vaccination est bas. Cependant, on m’a demandé pourquoi ce variant devrait inquiéter les pays qui ont un taux de vaccination élevé. Pour vous mettre en contexte, je me tourne vers Israël, qui, selon moi, est depuis longtemps l’exemple à suivre en matière de campagne de vaccination.

Israël se dit préoccupé par le variant Delta

En Israël, la campagne de vaccination est un franc succès : 59,9 % de la population est entièrement vaccinée et 65,4 % a reçu au moins une dose.3 Israël a ramené le nombre de cas d’infection à la COVID-19 à cinq nouveaux cas le 30 mai dernier, mais la propagation du variant Delta a fait bondir le nombre de nouveaux cas à 496 le 5 juillet.4

Le premier ministre israélien, Naftali Bennett, a prévenu qu’étant donné que le variant Delta « se répand comme une traînée de poudre », Israël pourrait devoir remettre en place certaines restrictions qui ont été levées lorsque les taux d’infection ont chuté.5 C’est parce que des vaccins tels que Pfizer semblent offrir une protection moins efficace qu’on le croyait à l’origine contre le variant Delta. Israël a découvert que le vaccin Pfizer n’est efficace qu’à 64 % pour prévenir à la fois les infections et les maladies symptomatiques, bien qu’il reste efficace à 93 % pour prévenir l’hospitalisation.6 C’est comparable aux données observées au Royaume-Uni.

C’est à la fois positif et négatif : la bonne nouvelle est que ces deux vaccins sont toujours très efficaces pour prévenir les maladies graves provoquées par le variant Delta. La mauvaise nouvelle est qu’ils ne sont pas nécessairement aussi efficaces pour freiner la propagation du virus. Ainsi, dans un pays comme les États-Unis, où certaines régions ont un faible taux de vaccination, tandis que d’autres ont un taux de vaccination élevé, le variant Delta pourrait encore se propager. En substance, le « mur de vaccination » agira peut-être davantage comme un « muret de vaccination », d’autant plus que presque tous les ordres de porter un masque ont été levés.

Le Royaume-Uni prévoit rouvrir complètement le 19 juillet, sans aucune exigence de porter le masque ni de distanciation sociale (mais la recherche des contacts reste en vigueur, de même que l’isolement obligatoire pour les personnes qui ont reçu un test positif). Compte tenu du taux de vaccination élevé de la population (qui a reçu des vaccins AstraZeneca et Pfizer) et du nombre de cas de COVID-19 qui va en augmentant, ce sera un cas test intéressant à surveiller à mesure que les données sur le virus seront dévoilées.

De plus, nous ignorons l’efficacité de nombreux autres vaccins sur le variant Delta, mais ils pourraient offrir une moins bonne protection. Des écarts d’efficacité risquent de donner des résultats différents dans divers pays selon les vaccins qu’ils ont utilisés ou utilisent pour vacciner leur population.

Le variant Lambda se propage en Amérique du Sud

En terminant, nous avons un nouveau variant de la COVID-19 à surveiller : le variant Lambda (C.37). Il n’est pas encore répertorié comme étant un « variant préoccupant » par l’Organisation mondiale de la santé, mais compte tenu de sa propagation rapide en Amérique du Sud, cela pourrait changer. Des inquiétudes ont déjà été soulevées à savoir que certains vaccins pourraient ne pas être très efficaces pour protéger contre cette souche du virus. Nous allons suivre de près l’évolution de ce dossier.

En réalité, plus il faudra de temps pour vacciner les pays, plus il y a de risque que des souches encore plus puissantes de la COVID-19 puissent se développer. C’est particulièrement préoccupant dans les pays émergents, qui ont encore besoin de beaucoup plus d’aide pour vacciner leur population que les pays développés ne leur en ont fourni. Bien que le développement de ces vaccins reste un miracle de la médecine, leur efficacité dépend de leur distribution et, bien sûr, ils ne sont pas parfaitement efficaces contre les mutations qui se multiplient.

Retombées pour les investisseurs

Pourquoi les investisseurs devraient-ils s’en préoccuper? Évidemment, nous n’entrevoyons pas un retour à des mesures de confinement aussi strictes que lors de la première vague de COVID-19 l’année dernière (mais on peut s’attendre à un certain resserrement des mesures, comme Israël l’envisage actuellement). Cependant, les marchés pourraient réagir si la situation se détériore. Par exemple, le regain de confiance des investisseurs à l’égard du marché du Royaume-Uni depuis sa réouverture risque de s’inverser rapidement, si le pays fait volte-face dans la politique de lutte contre le virus.

Récemment, il y a eu des jours où le rendement des bons du Trésor américain à dix ans a chuté, malgré les pressions inflationnistes et les signes de reprise de la croissance économique. Beaucoup d’observateurs ont attribué ces baisses de taux à la propagation du variant Delta. Je partage cet avis. De même, les marchés boursiers pourraient être plus volatils et subir des replis massifs si les taux d’infection à la COVID-19 continuent d’augmenter ou si des variants encore plus contagieux ou dangereux font surface. En outre, la reprise dans certains pays des marchés émergents pourrait être retardée par des variants plus contagieux. Selon moi, cela renforce la nécessité de sélectionner avec soin les titres des marchés émergents. Il vaut mieux avoir recours à une méthode de placement axée sur une analyse ascendante du potentiel de croissance, plutôt que de chercher simplement à investir un peu partout.

Rédigé en collaboration avec Ashley Oerth

1 Source : Yale Medicine, « 5 Things to Know About the Delta Variant », 2 juillet 2021

2 Source : Scientific American, « How Dangerous Is the Delta Variant, and Will It Cause a COVID Surge in the U.S.? », 29 juin 2021

3 Source : Ministère de la Santé d’Israël, 5 juillet 2021

4 Source : Johns Hopkins University CSSE

5 Source : Medical Xpress, « Israel data ’preliminary signal’ Delta variant can bypass vaccine: expert », 5 juillet 2021

6 Source : NBC News, « Israel sees drop in Pfizer Covid vaccine protection, still strong in severe illness », 6 juillet 2021

Autres blogues de Kristina Hooper

Quand le pessimisme devient-il exagéré?
26 octobre 2021

Comprendre les anticipations d’inflation et pourquoi elles importent
19 octobre 2021

Dans quelle mesure les problèmes de chaînes d’approvisionnement vont-ils nuire aux bénéfices des sociétés?
12 octobre 2021

Après un mois horrible pour les actions, que nous réserve le mois d’octobre?
5 octobre 2021

Quelle sera la prochaine étape dans le dossier Evergrande?
29 septembre 2021

À surveiller cette semaine : le FOMC de la Réserve fédérale américaine et Evergrande
21 septembre 2021

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA6254

Image d’en-tête du blogue : Atolas / Stocksy

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un professionnel financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.
Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 6 juillet 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.