Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 3 juin 2020

Les nations promettent des billions de dollars en mesures de relance budgétaire pour soutenir leur économie

La semaine dernière, je disais dans mon article que nous avons besoin de plus de mesures de relance budgétaire pour contrer l’impact économique négatif de la pandémie. Depuis le début de la crise, je crains que les pays suivent le même livre de jeux que lors de la crise financière mondiale, soit, grosso modo, de généreuses mesures de relance monétaire et de maigres mesures de relance budgétaire. Je suis heureuse de pouvoir dire que l’Union européenne (UE), le Japon et la Chine ont annoncé d’autres mesures de relance budgétaire ces dernières semaines.

Évidemment, je tiens à réitérer qu’il n’y a pas que la taille des mesures de relance qui importe, mais l’efficacité de chaque dollar dépensé. Cependant, le simple fait que les gouvernements continuent de délier les cordons de la bourse est crucial.

 

L’UE entre dans l’histoire en proposant une concertation des mesures de relance

L’Union européenne a annoncé une proposition qui prévoit 750 milliards € (823 milliards $US) en mesures de relance budgétaire, dans le cadre d’un programme d’environ 2 mille milliards $US.1 Ce partage du fardeau financier entre les pays de l’UE est attendu depuis longtemps et c’est pourquoi ce programme est qualifié de « moment hamiltonien », en souvenir de la décision cruciale du secrétaire au Trésor, Alexander Hamilton, en 1790, de recourir à l’endettement pour aider à financer les 13 colonies des États-Unis.

Le programme doit être approuvé par les 27 nations membres de l’UE. C’est là que réside la difficulté, car plusieurs pays du Nord sont sceptiques et refusent que leurs contribuables financent les dépenses des autres pays. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, doit les convaincre du contraire en leur disant que c’est l’occasion de renforcer l’Union européenne et peut-être même de transformer son avenir. Comme elle le disait : « C’est l’heure de l’Europe. Notre volonté d’agir doit être à la hauteur des défis auxquels nous sommes tous confrontés. »2 Si ce programme va de l’avant, ce sera la première fois que l’UE emprunte une somme appréciable afin d’instaurer des mesures de relance budgétaire; jusqu’ici, l’UE s’était toujours contentée d’émettre des titres de créance pour offrir des prêts.

 

Le Japon injecte mille milliards $US de plus dans des mesures de relance

Au Japon, la semaine dernière, le cabinet du premier ministre Shinzo Abe a approuvé l’injection de 1,1 mille milliards $US additionnels dans des mesures de relance budgétaire. Ce programme inclut des subventions aux entreprises en difficultés financières et qui ne parviennent pas à payer leur loyer. Entre autres, le programme prévoit une augmentation de la rémunération des travailleurs qui ont dû s’absenter en raison du coronavirus.

Ces nouvelles mesures portent le total de l’enveloppe de relance budgétaire pour lutter contre la pandémie à environ 40 % du produit intérieur brut (PIB) du Japon.3 De plus, une forte proportion de cette somme constitue des dépenses directes. Le gouvernement prévoit adopter le projet de loi à la Diète japonaise d’ici la mi-juin.

 

Le plan de relance de la Chine mise sur les dépenses en infrastructures

La Chine a annoncé au Congrès national du peuple la semaine dernière l’adoption d’un programme de 559 milliards $US en mesures de relance budgétaire.4 L’objectif évident de ce programme est de faire baisser le taux de chômage en Chine et, par le fait même, de stimuler la croissance. Une grande partie de ces mesures de relance prendra la forme de dépenses d’infrastructures, notamment pour financer de « nouvelles infrastructures », tels que des réseaux 5G, des centres de données et des bornes de recharge de voitures électriques.

 

Il est plus difficile d’instaurer des mesures de relance dans les marchés émergents

Il ne faut pas oublier que de nombreux pays émergents sont désavantagés en matière d’infrastructures de soins de santé et de capacité à fournir de généreuses mesures de relance budgétaire. Et, malheureusement, le nombre de cas d’infection à la COVID-19 augmente dans certains pays des marchés émergents, particulièrement au Brésil et en Inde, ce qui signifie que la reprise économique se fera d’autant plus attendre.

Même si l’Inde a annoncé le mois dernier son intention d’offrir des mesures de relance budgétaire à hauteur d’environ 10 % de son PIB,5 de cibler les entreprises et les ménages à faible revenu, le pays risque de devoir en faire davantage si la pandémie se poursuit et qu’il ne parvient pas à « aplatir la courbe ». Au Brésil, la situation est désastreuse, le nombre de cas d’infection confirmés ayant franchi la barre des 438 000 le 28 mai.5 Bien que les mesures de relance budgétaire du Brésil totalisent jusqu’ici près de 8 % du PIB, le besoin de mesures de relance budgétaire supplémentaires pourrait être beaucoup plus grand.5

 

Conclusion

En réalité, au beau milieu d’une pandémie, il est difficile de prédire l’avenir, même à très court terme. C’est la raison pour laquelle la Chine a décidé pour la première fois de ne pas dévoiler de prévisions de croissance du PIB cette année. Et, c’est aussi pourquoi plus du tiers des sociétés inscrites à la cote de l’indice S&P 500 ont décidé de ne pas divulguer de bénéfices prévisionnels pour cette année. Tellement de variables ont une incidence sur les perspectives macroéconomiques, allant de la politique monétaire à la politique de santé publique en passant par les développements entourant les thérapies et la découverte d’un vaccin. Mais en matière de relance budgétaire, les deux dernières semaines ont fourni davantage de raisons d’être optimiste à l’égard des perspectives économiques mondiales.

 

 

 

Autres blogues de Kristina Hooper

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

Des rapports clés illustrent la reprise économique aux États-Unis et en Europe
9 juin 2021

Marchés mondiaux : À surveiller en juin
2 juin 2021

Les déboires des TI pourraient procurer des occasions d’achat à long terme
25 mai 2021

Quatre vérités sur l’inflation et la Fed
18 mai 2021

Le rapport d’avril sur l’emploi n’ébranle pas ma confiance pour 2021
11 mai 2021

Marché boursier en mode « PMH »
4 mai 2021

Les marchés sont confrontés à une semaine de surprises
27 avril 2021

Est-ce que les cryptodevises piquent votre curiosité? Voici les questions à poser avant d’investir dans le bitcoin
20 avril 2021

Les perspectives économiques s’améliorent, mais la COVID jette une ombre au tableau
14 avril 2021

Les données économiques d’Israël commencent à montrer l’impact des vaccins
6 avril 2021

Pourquoi les investisseurs aiment et craignent la Réserve fédérale américaine
29 mars 2021

Est-ce un signe avant-coureur de ce que l’avenir nous réserve?
23 mars 2021

La thèse de l’optimisme économique
16 mars 2021

Les actions ont connu une dure semaine en raison de la volatilité
9 mars 2021

Les vaccins ouvrent la voie à un retour à la «vie normale» en Israël
2 mars 2021

Le bitcoin : monnaie numérique, or numérique ou tulipe numérique?
23 février 2021

L’année du buffle pourrait-elle être une métaphore de l’économie mondiale en 2021?
17 février 2021

Sommes-nous dans une bulle spéculative?
9 février 2021

La Réserve fédérale américaine se fait rassurante en ce qui concerne l’inflation tandis que GameStop capte l’attention du monde entier
2 février 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Wall Street Journal, « European Union plans US$2 trillion coronavirus response effort », 27 mai 2020

2 Source: Communiqué de presse de la Commission européenne, 27 mai 2020

3 Source : Reuters, « Japan approves fresh US$1.1 trillion stimulus to combat pandemic pain », 26 mai 2020

4 Source : South China Morning Post, « China pledges largest-ever economic rescue package to save jobs and livelihoods amid coronavirus », 28 mai 2020

5 Source : Fonds monétaire international, « Policy responses to COVID-19 » Inventaire des mesures que les gouvernements prennent en réaction à la COVID-19 »

Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : Maskot / Getty

Le produit intérieur brut est un indicateur généralisé de l’activité économique d’une région qui mesure la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits dans cette région au cours d’une période donnée.

La Diète est le parlement japonais, qui est composé de la Chambre des représentants et de la Chambre des conseillers.
L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré comme représentatif du marché boursier américain.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 1er juin 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.