Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Andy Blocker & Jennnifer Flitton | 24 novembre 2021

Les sondages sur la COVID : l’un des derniers retranchements de Joe Biden?

Des sondages récents montrent que les Américains perdent confiance dans la manière dont Joe Biden gère le variant Delta, mais la majorité se dit en faveur de bon nombre de ses politiques, comme la vaccination obligatoire pour les employés fédéraux. 

Même les plus loyaux du parti démocrate savent que la lune de miel de Joe Biden est terminée. À l’approche des élections de mi-mandat qui se tiendront en 2022, cela rend les dirigeants du parti nerveux.

Après un début de mandat prometteur, alors que les États-Unis arrivaient en tête dans la course à la vaccination contre la COVID, le taux de vaccination a fait du surplace, notamment dans les États et les districts que l’ancien président Donald Trump a remportés lors des élections de 2020, puis la vague du variant Delta a frappé et le retrait des soldats américains d’Afghanistan a été catastrophique. Les experts pointent du doigt les électeurs indépendants qui ont aidé à faire élire Joe Biden comme étant les principaux responsables de la chute du taux d’approbation du président Biden.

En somme, Joe Biden a désespérément besoin d’une victoire.

Alors que s’amorce une nouvelle saison électorale avec une majorité démocrate de seulement trois sièges à la Chambre des représentants et la vice-présidente, Kamala Harris, qui sert à briser l’égalité au Sénat, les démocrates ont très peu de marge d’erreur. Comme si ce n’était pas assez, le président doit composer avec la querelle qui oppose les démocrates modérés et progressistes. Les sondages indiquent que le débat législatif en lien avec le projet de loi bipartite sur les infrastructures et le soi-disant projet de loi sur la réconciliation, le fameux Build Back Better, ne sont pas à blâmer pour le taux d’approbation lamentable du président Biden, quoique l’adoption de l’un de ces projets de loi ou des deux pourrait renforcer la position du président et lui permettre de crier victoire.

Et Dieu sait qu’il a besoin de renforcer la position. D’après les plus récents sondages, les Américains perdent confiance dans la manière dont Joe Biden gère le variant Delta. En ce moment, moins de la moitié (45 %) des Américains croient que Joe Biden fournit des renseignements fiables sur le coronavirus, soit une baisse marquée par rapport au moment de son entrée en fonction en janvier (58 %). Par rapport au point culminant atteint en janvier, Joe Biden a perdu la confiance d’un pourcentage à peu près égal de démocrates (baisse de 11 points de pourcentage à 81 %) et de républicains (baisse de 10 points à 11 %). Fait peut-être plus préoccupant encore pour ses supporters les plus loyaux, la plus forte baisse provient des indépendants (chute de 17 points à 42 %. De plus, le nombre d’électeurs qui font confiance au gouvernement fédéral pour relayer des renseignements exacts a diminué à un peu moins de la moitié (49 %), contre 54 % il y a deux semaines.1

Malgré cette baisse, la majorité des Américains se dit en faveur de bon nombre des politiques du président, comme la vaccination obligatoire pour les employés fédéraux. De plus, la majorité appuie les exigences en matière de vaccins annoncées récemment pour les employés fédéraux et les entreprises de cent employés ou plus. Cependant, ce soutien majoritaire dissimule de profondes divisions le long des lignes de faille partisanes. Environ 60 % des Américains appuient ces deux mesures adoptées par le gouvernement fédéral. Le pourcentage des employés américains qui veulent que leur employeur exige la vaccination sur les lieux de travail est comparable (57 %). Plus de huit démocrates sur dix et environ 60 % des indépendants soutiennent ces deux nouvelles exigences. Cependant, on estime que seulement 30 % des républicains appuient ces exigences.2

Les chiffres des dirigeants républicains dans les sondages concernant la gestion de la pandémie sont également en baisse et les Américains font toujours plus confiance aux démocrates qu’aux républicains dans le dossier de la COVID. Les Américains pensent, avec une marge de 16 points3, qu’ils sont mieux avec Joe Biden en charge de la pandémie qu’ils ne l’auraient été avec l’autre choix : Donald Trump.

Selon un nouveau sondage Yahoo News/YouGov, seulement 30 % des adultes américains pensent que la situation du coronavirus serait meilleure si Donald Trump était toujours président. Beaucoup plus — 46 % — ont répondu que ce serait pire. Fait à noter, le pourcentage des électeurs qui ont voté pour Joe Biden en 2020 qui disent que la situation serait pire avec Donald Trump aux commandes (88 %) est près de 20 points de plus que celui des électeurs qui ont voté pour Donald Trump qui ont répondu que les choses iraient mieux (69 %), ce qui laisse présumer que même certains adeptes de l’ancien président ne sont pas convaincus qu’il aurait bien géré le variant Delta. La meilleure nouvelle pour Joe Biden et les démocrates au Congrès est que nous sommes en 2021, pas en 2022. Cela leur donne un an pour accumuler des points et renverser ces probabilités inquiétantes et historiques, tandis que la pandémie fait rage et la joute politique se poursuit.

1 Source : Ipsos, « Americans may be ready to move past Delta », 9 novembre 2021

2 Source : Gallup, « Majority in U.S. Supports Biden COVID-19 Vaccine Mandates », 24 septembre 2021

3 Source : Politico, « ‘The president’s decline is alarming’: Biden trapped in coronavirus malaise », 11 octobre 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

NA1906554

Renseignements importants

Image : skaman306 / Getty

Tous les montants sont exprimés en dollars américains.

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Les opinions exprimées sont celles d’Andy Blocker et de Jennifer Flitton au 14 octobre 2021 et peuvent changer sans préavis. Ces opinions peuvent différer de celles des autres professionnels des placements d’Invesco.

À moins d’indication contraire, tous les renseignements proviennent d’Invesco. À moins d’indication contraire, toutes les données remontent au 14 octobre 2021.