Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Matt Peden | 29 septembre 2015

L’idée d’une fusion se brasse-t-elle dans le monde de la bière?

La semaine dernière, les dirigeants d’Anheuser Busch InBev ont annoncé qu’ils ont approché SABMiller au sujet d’une acquisition potentielle. On ne sait pas si les discussions sont sérieuses à ce moment-ci et, officiellement, aucune offre n’a été déposée. De plus, bon nombre d’éléments doivent être pris en considération avant qu’une transaction ait lieu.

Il existe des obstacles à surmonter en matière de lutte relativement à la réglementation anti-trust dans plusieurs marchés, notamment aux États-Unis et en Chine. Toutefois, ces inquiétudes ne sont pas insurmontables puisque Molson Coors pourrait acheter la participation de SABMiller dans la coentreprise (« joint venture ») MillerCoors afin de satisfaire les organismes de réglementation américains. De plus, SABMiller pourrait vendre ses propres parts dans le brasseur chinois CR Snow, une coentreprise avec Resources Enterprise pour satisfaire aux organismes de réglementation chinois.

Heureusement, ces deux désinvestissements importants représentent certains des éléments les moins attrayants de SABMiller. AB InBev détient déjà la position de chef de file dans le marché américain avec des marges de profit beaucoup plus élevées que celles de MillerCoors et de SABMiller. De son côté, China Resources fait surtout affaire dans le segment plus populaire à marge faible.

Si l’acquisition avait lieu, AB InBev obtiendrait une position dominante en Afrique, une région à croissance élevée dans laquelle l’entreprise n’a pratiquement pas de présence. De plus, AB InBev solidifierait sa position de chef de file en Amérique du Sud où SABMiller détient des positions dominantes dans plusieurs petits marchés, y compris la Colombie, le Pérou et le Panama.

Advenant une transaction, notre équipe de placement estime que la culture et les antécédents d’AB InBev pourraient créer beaucoup de valeur à long terme aux actionnaires d’AB InBev. En effet, AB InBev crée de la valeur dans des entreprises cibles en mettant en place une solide méritocratie et en réduisant considérablement les dépenses à l’aide de techniques comme le budget base zéro, tout en réinvestissant une partie des économies dans le marketing et les ventes afin de promouvoir la croissance.

AB InBev constitue actuellement l’un des cinq titres principaux du Fonds Europlus Trimark, du Fonds international des sociétés Trimark et de la Catégorie internationale des sociétés Trimark.

Si vous avez des questions au sujet de cette acquisition potentielle, veuillez m’en faire part dans la section de commentaires ci-dessous et je m’efforcerai d’y répondre.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.