Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 28 juillet 2020

L’UE adopte un plan de relance tandis que les législateurs américains continuent de négocier

Quand j’étais au secondaire, nous avons lu le roman « Les Européens » de Henry James dans notre cours de littérature anglaise. Un thème majeur du roman met en opposition les Européens et les Américains, les Américains du « Nouveau Monde » y étant décrits avec un brin d’ironie comme conservateurs, traditionnels et plus attachés à l’argent, tandis que les Européens y sont décrits comme moins traditionnels, plus progressistes et plus émotifs. J’ai beaucoup réfléchi à ce livre la semaine dernière.

Si vous avez lu mon blogue la semaine dernière, vous savez que je m’attendais à ce que d’autres mesures de relance budgétaire soient sur le point d’être adoptées aux États-Unis, et pour cause, puisque le nombre de cas de COVID-19 a atteint de nouveaux records, ce qui menace de stopper les récents signes de reprise économique. Je dois dire que la semaine dernière ne s’est pas déroulée exactement comme je m’y attendais. Oui, nous avons vu davantage de mesures de relance budgétaire, mais pas des États-Unis. C’est plutôt l’Union européenne (UE) qui a fait preuve d’une coopération étonnante en s’entendant sur un plan de relance sans précédent. Les États-Unis, en revanche, se sont éloignés de la conclusion d’un accord sur des mesures de relance supplémentaires, même si leur économie est beaucoup plus menacée compte tenu de leur incapacité à contrôler l’augmentation du nombre de cas d’infection à la COVID-19 et de l’absence d’un filet de sécurité sociale comme celui dont jouissent les Européens.

Malheureusement, le Sénat américain n’est pas parvenu à conclure un accord de relance budgétaire, malgré le fait que les États-Unis ont connu 18 semaines consécutives de plus de un million de premières demandes de prestations d’assurance-chômage.1 Qui plus est, la tendance évolue dans la mauvaise direction : après 15 semaines de déclin, le nombre de premières demandes de prestations d’assurance-chômage a augmenté pendant la semaine terminée le 18 juillet, atteignant un total plus élevé que prévu de 1 416 000.1 La reprise économique est compromise et ce sentiment est partagé par les PDG américains. Ed Bastian, PDG de Delta, a dit ceci : « J’ai une vision plus prudente qu’il y a quatre semaines… La peur que le virus a semée dans le Sud des États-Unis a incité les gens à vouloir rester chez eux plus que jamais auparavant. »2 Arne Sorensen, PDG de Marriott International, partage cet avis : « Je suis moins optimiste aujourd’hui qu’il y a 30 jours. Ce virus fait des ravages dans tellement de marchés aux États-Unis. » 2 Et, l’économie américaine sera désormais plus à risque, parce que les gens vont venir au bout de leurs prestations d’assurance-chômage. Bref, le dysfonctionnement du Sénat américain est préoccupant en ce moment.

Par contre, l’Union européenne est parvenue à s’entendre sur un plan de mesures de relance, même si sa situation économique est sans doute meilleure. Par exemple, l’indice composé préliminaire des gestionnaires en approvisionnement (PMI) de la zone euro s’est hissé au seuil très élevé de 54,8 points en juillet grâce à l’amélioration des données des secteurs manufacturier et tertiaire.3 Cependant, cela n’a pas empêché les Européens de rompre avec la tradition — ce n’est pas d’hier que les dirigeants ont une vision diamétralement opposée de ce type de partage des coûts — et de conclure une entente sur de généreuses mesures de relance budgétaire pour l’UE. Ce plan prévoit 390 milliards € sous forme de subventions et 360 milliards € sous forme de prêts à faible intérêt.4 Il est aussi assez progressiste, puisqu’une part substantielle des fonds servira à lutter contre les changements climatiques. La vitesse à laquelle cet accord a été conclu — environ quatre jours — est une très agréable surprise. Et, bien que ce plan ne soit pas vraiment transformateur, il s’agit d’un pas très important vers une union budgétaire. Je pense aussi que c’est un élément positif pour contrer les mouvements populistes et anti-UE qui menacent de fracturer l’UE.

Les retombées de cet accomplissement de l’Europe et de l’échec des États-Unis — tant en ce qui a trait à la maîtrise du virus qu’à l’adoption d’un plan de relance budgétaire — me portent à croire que les actifs européens vont probablement bientôt surpasser les actifs américains. Je m’attends à ce que l’euro demeure fort et à ce que les actifs européens soient plus attrayants que les actions américaines aux yeux des investisseurs.

 

La tension monte entre les États-Unis et la Chine alors que les deux pays exigent la fermeture de consulats

En plus des pressions économiques exercées par le coronavirus, les actions américaines ont un autre obstacle à surmonter :l’intensification des tensions avec la Chine. J’ai évoqué cet enjeu dans mon blogue la semaine dernière puis, plus tard dans la semaine, les États-Unis ont ordonné à la Chine de fermer son consulat à Houston, ce que la Chine a qualifié « d’escalade sans précédent ». La Chine a riposté en exigeant des États-Unis la fermeture de son consulat à Chengdu.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a monté le ton d’un cran lors d’un discours qu’il a prononcé la semaine dernière, en affirmant ceci : « préserver nos libertés du Parti communiste chinois est la mission de notre temps ».5 Je ne serais pas étonnée si les tensions s’intensifiaient à l’approche des élections présidentielles américaines en novembre. Un signe de la peur que cette situation suscite est le prix de l’or, qui a franchi le cap des 1 900 $US la semaine dernière.6

 

Voici ce que nous allons surveiller

Pour contrer les vents contraires auxquels sont confrontées les actions américaines, telles que la montée des tensions entre les États-Unis et la Chine, les marchés boursiers bénéficient de puissants vents arrières qui, à mon avis, importent davantage, y compris le fait que le monde est inondé de mesures de relance monétaires et budgétaires, qui soutiennent les cours boursiers.
Ainsi, au cours de la prochaine semaine, nous allons surveiller de près ces deux éléments importants : les mesures de relance budgétaires et les mesures de relance monétaires. Nous allons porter une attention particulière à l’annonce et à la conférence de presse de la Réserve fédérale américaine. Je n’attends rien de nouveau de sa part, mais je pense qu’elle va continuer d’insister sur certains de ses messages clés, à savoir : qu’elle va maintenir une politique monétaire très accommodante et que davantage de mesures de relance budgétaires sont nécessaires. De plus, nous suivrons les négociations en cours au Sénat américain sur la relance budgétaire; je demeure confiante quant à l’adoption d’un plan de relance quelconque. (Après tout, étrangement, les années électorales incitent les législateurs à être plus généreux.) Peut-être que les Américains vont se conformer à la description d’Henry James, s’ils se soucient vraiment autant de l’argent qu’il le prétend, alors il leur appartient de continuer de faire tourner l’économie américaine en procédant à une injection de mesures de relance budgétaires à un moment où elle risque de s’arrêter.

 

Autres blogues de Kristina Hooper

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »
16 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »
14 juin 2022

L’économie mondiale : Supermalade ou super étrange?
7 juin 2022

Une reprise boursière pourrait-elle durer?
2 juin 2022

Observations d’ours : ce que les marchés baissiers pourraient signifier pour les investisseurs
25 mai 2022

Est-ce que tout se déroule comme prévu?
18 mai 2022

Les marchés peinent à s’adapter à l’incertitude entourant la Fed
10 mai 2022

À la recherche d’un « verre à moitié plein » après des mois difficiles sur les marchés
4 mai 2022

La croissance mondiale, les élections françaises et la Réserve fédérale américaine
27 avril 2022

FAQ sur les marchés : inflation, politique monétaire, bénéfices et plus encore
21 avril 2022

Les « bonnes nouvelles » que je vois sur les marchés aujourd’hui
13 avril 2022

Indicateurs clés à surveiller en avril
12 avril 2022

FAQ sur les marchés : la courbe des taux, l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et plus encore
7 avril 2022

La Fed ne mâche pas ses mots, mais passera-t-elle de la parole aux actes?
23 mars 2022

Une hausse de taux de la Réserve fédérale américaine et quoi ensuite
16 mars 2022

La crise russo-ukrainienne : les questions que les investisseurs se posent sur le pétrole, les risques de récession, etc.
8 mars 2022

Évaluation de l’impact des sanctions économiques imposées à la Russie
1 mars 2022

Répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et les catégories d’actifs
23 février 2022

L’inflation et la géopolitique augmentent la pression sur les marchés
15 février 2022

L’Europe fait écho au durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine
9 février 2022

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Département américain de la main-d’œuvre, taux de chômage de la semaine terminée le 18 juillet 2020

2 Source : The New York Times, « ‘Less optimistic’ and ‘more cautious’: Top CEOs fret as virus cases rise », 20 juillet 2020

3 Source : IHS Markit, 24 juillet 2020

4 Source : Bloomberg, L.P., « EU Clinches Massive Stimulus Deal to Bind Continent Together », 20 juillet 2020

5 Source : Département d’État américain, transcription du discours, « Communist China and the Free World’s Future », 23 juillet 2020

6 Source : Bloomberg, L.P., « Gold Tops $1,900 for First Time Since 2011, Heads Toward Record », 23 juillet 2020

Image d’en-tête du blogue : Guillaume Perigois / Unsplash

L’indice composé PMI (indice des gestionnaires en approvisionnement) de la zone euro® est compilé par IHS Markit à partir de données d’un sondage original recueillies auprès d’un échantillon représentatif d’environ 5 000 entreprises des secteurs manufacturier et tertiaire de la zone euro. Les données nationales du secteur manufacturier sont incluses pour l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Autriche, la République d’Irlande et la Grèce. Les données nationales du secteur tertiaire sont incluses pour l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et la République d’Irlande. L’estimation préliminaire est habituellement faite à partie d’environ 85 à 90 % des réponses au sondage mensuel de PMI et vise à donner un avant-goût assez précis des données PMI finales.

Les fluctuations du prix de l’or et des métaux précieux pourraient nuire à la rentabilité des entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux. Les changements de conjoncture politique ou économique des pays où les entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux exercent leurs activités pourraient avoir une incidence directe sur le prix de l’or et des métaux précieux.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 27 juillet 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.