Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 26 juillet 2021

Ne craignez pas la baisse : l’économie américaine va très bien

Il est compréhensible que certains s’inquiètent de la baisse actuelle des marchés, mais Brian Levitt pense que cela est prématuré. Voici pourquoi.

Nous sommes peut-être rendus à l’un de ces étranges moments où les analystes du marché, qui ont passé des mois à clamer que l’économie n’était pas aussi solide et inflationniste qu’on le croyait, doivent maintenant convaincre tout le monde que l’économie ne se porte pas si mal qu’on le pense.

Quoi qu’il en soit, nous pensons que la conjoncture reflète le ralentissement de la croissance aux États-Unis dans un cycle économique qui n’en demeure pas moins long.

Quels signaux le marché nous envoie-t-il?

Nous avons toujours dit que, de tous les indicateurs, le marché obligataire a tendance à viser juste la plupart du temps. Au cours de la dernière année, le marché obligataire n’a pas émis de signaux inquiétants à l’égard de l’inflation. Qu’on en juge : le taux des obligations du Trésor américain à 10 ans est passé de 1,74 % à la fin de mars, son niveau le plus élevé depuis la fin de la récession, à 1,29 % à la fin de la semaine dernière. Il a perdu près de 11 points de base aujourd’hui pour se replier à 1,18 %1. Les craintes inflationnistes se sont muées en une peur de la croissance dans un contexte où les investisseurs deviennent attentifs à l’augmentation des cas de coronavirus attribués au variant Delta aux États-Unis.

L’aplatissement de la courbe des taux en période haussière (les taux à long terme diminuant plus rapidement que les taux à court terme) n’a pas été une condition favorable à court terme aux actions dans le passé. En fin de cycle, les taux à long terme ont convergé vers les taux à court terme en 2010-2011 (crise de la dette en Europe), 2014-2015 et 2015-2016 (dévaluation de la monnaie chinoise)1. Au cours de ces périodes, l’indice S&P 500 a accusé des baisses de 15 %, 5 % et 12 %, respectivement. Dans chaque cas, les titres de croissance ont devancé les titres de valeur2.

De crainte que nous ne devenions trop préoccupés, rappelons que les baisses du marché ne sont pas rares. Elles ont tendance à résulter de l’incertitude politique. À l’heure actuelle, l’incertitude politique ne tient pas tant à la politique monétaire qu’à la politique liée aux fermetures causées par la COVID-19. Si baisse il y a, elle sera probablement négligeable. Depuis 40 ans, le taux de diminution médian des actions au cours d’une année a avoisiné 10 %3. Le rendement total annualisé médian pendant cette période a dépassé 14 %3. Gardons le cap!

Avons-nous changé de point de vue au sujet du cycle?

Il faut noter que c’est l’aplatissement de la courbe des taux obligataires en période baissière (les taux à court terme augmentant plus que les taux à long terme) qui tend à signaler que le cycle économique est en danger. Or, ce n’est pas le cas sur le marché obligataire américain aujourd’hui4.

La crainte de la croissance devrait atténuer la pression que subissait de plus en plus la Réserve fédérale des États-Unis pour amorcer le resserrement de ses conditions. Ainsi, la crainte de la croissance à cette étape-ci devrait faire durer plus longtemps le cycle de l’économie et du marché.

Le risque extrême pour ce scénario est que le variant Delta provoque des fermetures à grande échelle de l’économie et une autre récession. Il est important de souligner que les États-Unis, compte tenu du déploiement des vaccins, sont dans une position nettement meilleure qu’il y a quelques mois. Les hospitalisations actives à l’échelle nationale restent faibles bien qu’elles augmentent5.

Les taux de vaccination ont apparemment une incidence prononcée sur la gravité de la propagation du variant Delta. La proportion des nouveaux cas et des nouvelles hospitalisations par habitant dans ce pays est de trois à quatre fois plus élevée dans le quartile des États où la population est la moins vaccinée que dans celui des États où les taux de vaccination sont les plus élevés6. Il est cependant heureux que la distribution des vaccins ait légèrement augmenté la semaine dernière6.

Il est compréhensible qu’on s’inquiète de la baisse actuelle des marchés, mais j’estime que les craintes sont en ce moment infondées. J’inviterais les investisseurs à tenir compte du point où nous sommes rendus dans le cycle économique et du fait que même si nous faisons de nouveau face à une certaine incertitude politique à cause de la COVID-19, cela ne signifie pas qu’une remontée du marché est exclue.

1 Source : Bloomberg L.P., au 19 juillet 2021.

2 Source : Bloomberg, L.P., d’après l’indice S&P 500, 30 juin 2021. Les titres de croissance et de valeur sont représentés par l’indice de croissance Russell 3000 et l’indice de valeur Russell 3000, respectivement.

3 Source : Bloomberg, L.P., d’après l’indice S&P 500.

4 Source : Bloomberg L.P., d’après la variation du taux des obligations du Trésor américain à 10 ans comparativement à la variation du taux des obligations du Trésor américain à 2 ans.

5 Source : Organisation mondiale de la santé, au 18 juillet 2021.

6 Source : Centers for Disease Control and Prevention, 18 juillet 2021.

Autres blogues de Brian Levitt

Je ne suis plus dans le déni d’inflation. Voici comment la situation évoluera selon moi.
27 octobre 2021

Crise du plafond de la dette : Quelles sont les conséquences potentielles pour les actions américaines?
24 septembre 2021

Septembre est-il vraiment un mauvais mois pour les actions?
9 septembre 2021

Le retrait des mesures d’assouplissement doit-il nécessairement s’accompagner d’une crise?
25 août 2021

Ne craignez pas la baisse : l’économie américaine va très bien
26 juillet 2021

Nous misons sur l’appréciation des actions pour dix raisons
25 juin 2021

Le plus récent rapport sur l’emploi aux États-Unis renforce mon opinion selon laquelle l’inflation ne se maintiendra pas.
8 juin 2021

L’inflation à long terme ne me préoccupe pas. Voici pourquoi.
9 mars 2021

Les hausses d’impôt étoufferont-elles le marché haussier?
25 février 2021

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier
13 mars 2020

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

NA6973

Renseignements importants

Image de l’en-tête : d3sign / Getty

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement à venir. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Ce document fait référence au marché américain et son contenu peut ne pas s’appliquer au Canada.

Le présent document ne constitue pas une recommandation d’une stratégie ou d’un produit de placement destinés à un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un spécialiste des placements avant de prendre toute décision de placement.

Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte.
De façon générale, la valeur des actions fluctue, parfois beaucoup, à la suite d’activités propres à la société concernée ou en fonction des conditions du marché, de l’économie ou de la situation politique.

Un point de base correspond à un centième de point de pourcentage.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles des auteurs en date du 20 juillet 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.