Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Matt Brill | 26 juillet 2019

Ne soyez pas si négatifs : flairez la bonne affaire parmi les obligations de sociétés américaines

Depuis la chute vertigineuse des taux obligataires aux quatre coins du monde, on pourrait dire que ce sont désormais les investisseurs qui paient les émetteurs. À l’heure actuelle, plus de 12 mille milliards de dollars américains d’obligations en circulation procurent des rendements négatifs, soit 24 % du marché obligataire mondial.1 En Europe, la quête de rendements positifs est particulièrement difficile. Plus de la moitié (51 %) des obligations européennes procurent désormais des rendements négatifs.1 Récemment, l’Allemagne a émis 5 milliards d’euros de bunds à une valeur nominale de 101,5 €, alors que ces titres ne vaudront que 100 € dans deux ans et sont assortis d’un taux de coupon zéro.2 Aussi, d’après Reuters, l’Autriche songerait à émettre une obligation à 100 ans au taux d’environ 1 % pour attirer les investisseurs en quête de rendement.

À l’heure actuelle, les États-Unis offrent le plus de titres à revenu fixe productifs de rendement au monde
Bien que l’Europe et le Japon représentent 40,8 % du marché obligataire mondial en proportion de la valeur marchande, ces titres génèrent à peine 2,8 % des revenus (figures 1 et 2).1 Par conséquent, vers quels marchés les investisseurs européens et asiatiques assoiffés de rendements positifs pourront-ils se tourner? Les titres des marchés émergents, comme la Corée du Sud, la Chine, la Thaïlande et l’Indonésie, procurent des rendements positifs et représentent 6,1 % des revenus obligataires mondiaux.1 Les marchés des titres d’emprunt des pays développés, comme le Royaume-Uni et le Canada, comptent pour 8,1 % des revenus obligataires mondiaux. La majeure partie du rendement provient des titres américains, qui totalisent 77,9 % du rendement des titres à revenu fixe mondiaux alors qu’ils représentent seulement 44,7 % du marché des titres de créance.1

Figure 1

Indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond – Valeur marchande par

devise

Source : Bloomberg L.P., données au 28 juin 2019.

 

Figure 2

Indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond – Rendement généré par devise (en milliards $)

Source : Bloomberg L.P., données au 28 juin 2019.

Étant donné que la Banque centrale européenne envisage de procéder à des baisses de taux et à des achats d’obligations additionnels, le problème de rendement négatif de l’Europe ne peut que s’aggraver. Les baisses de taux d’intérêt envisagées par les banques centrales de l’Angleterre, de l’Australie et du Canada pourraient envenimer la situation. Qui plus est, les négociateurs de titres à revenu fixe s’attendent (selon l’outil FedWatch du CME Group) à ce que la Réserve fédérale américaine procède à une baisse de taux de 25 à 50 points de base à sa réunion de juillet.

Sommaire
Invesco Fixed Income considère que la quête de rendement mondiale va continuer d’attirer les porteurs de titres à revenu fixe vers les États-Unis. À notre avis, les obligations de sociétés américaines de grande qualité sont « la seule option viable » et ces titres devraient continuer de bénéficier des pressions à la baisse exercées sur les rendements des titres d’États souverains. Cet « exode vers les titres de qualité » va probablement se poursuivre au cours des prochains mois et, puisque les obligations mondiales à rendement négatif attisent l’intérêt pour le marché américain, nous nous attendons à ce que les obligations de sociétés de première qualité testent le plancher de 2016.3

 

 

 

 

 

 

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Bloomberg L.P., données au 28 juin 2019.
2 Source : Bundesrepublik Deutschland Finanzagentur GmbH, 25 juin 2019.
3 Source : Bloomberg Barclays US Aggregate Corporate Yield to Worst, 8 juillet 2016.
Un bund est un titre de créance émis par le gouvernement fédéral allemand. C’est l’équivalent allemand des bons du Trésor américain.
L’outil FedWatch du CME Group analyse les probabilités de changements de taux de la Fed en fonction des prix des contrats à terme sur fonds fédéraux à 30 jours. Les contrats à terme sur fonds fédéraux sont des contrats financiers qui reflètent l’opinion du marché quant à l’orientation du taux des fonds fédéraux à un moment précis dans l’avenir.
La valeur en dollars des titres étrangers en portefeuille varie en fonction de la fluctuation du taux de change entre le dollar et les devises dans lesquelles ces titres sont négociés.
Les titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et aux retombées des fluctuations de taux d’intérêt. De manière générale, les cours des obligations baissent lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce que l’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut être incapable de rembourser les intérêts ou le capital de ses emprunts, ou les deux, ce qui fait chuter la valeur de ses titres de créance et abaisse sa note de crédit.
Les émetteurs de titres de créance souverains ou les autorités gouvernementales qui en contrôlent le remboursement pourraient ne pas être en mesure ou ne pas vouloir rembourser le capital ou les intérêts à l’échéance et le fonds dispose parfois de recours limités en cas de défaillance. Sans même demander l’approbation des créanciers, certains débiteurs publics peuvent réorganiser ou restructurer le remboursement de leur dette ou décréter un moratoire sur les paiements.
Habituellement, le rendement d’un placement concentré dans des émetteurs d’une certaine région ou de certains pays est étroitement lié à la situation qui prévaut dans cette région et est plus volatil que celui d’investissements plus diversifiés géographiquement.
Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Brian Levitt au 10 juillet 2019. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.
Invesco Fixed Income (IFI) est une entité composée d’Invesco Senior Secured Management, Inc. à New York, aux États-Unis; d’Invesco Advisers, Inc. à Atlanta, aux États-Unis; d’Invesco Asset Management Ltd. à Londres, au Royaume-Uni; et d’Invesco Canada Ltée à Toronto, au Canada.