Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 5 juin 2020

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette

J’ai récemment participé à un webinaire pour les conseillers et les investisseurs sur le thème Marchés financiers : perspective historique et feuille de route vers la reprise, suivi d’une brève période de questions (vous pouvez le visionner en différé en cliquant sur ce lien). J’aimerais profiter de cette occasion pour répondre à certaines questions que nous avons reçues et auxquelles je n’ai pas eu le temps de répondre.

 

Q : Avant le repli de février et mars, l’économie mondiale semblait déjà au bord de la récession. La période post-COVID-19 sera probablement caractérisée par un chômage et des déficits records et des dépenses de consommation modérées, mais les marchés semblent faire fi de ces facteurs. Pourquoi en est-il ainsi?

R : C’est une excellente question et nous constatons assez souvent cette disparité entre les statistiques économiques et les rendements des marchés. En règle générale, les marchés boursiers ne suivent pas l’amélioration ou la détérioration des statistiques économiques, mais plutôt l’accélération ou le ralentissement de leur variation. Il ne s’agit pas de savoir si ça va bien ou mal, mais bien de voir à quelle vitesse la situation s’améliore ou se dégrade. Dans le cas présent, les choses pourraient empirer, mais à un rythme plus lent qu’auparavant.

Par exemple, si le nombre de demandes de prestations d’assurance-chômage augmente de 5 % au cours de la première semaine, de 10 % au cours de la deuxième et de 4 % au cours de la troisième. De toute évidence, si l’augmentation suivante était de 4 %, ce serait une mauvaise nouvelle, mais ce serait mieux que de voir le taux continuer de grimper (comme par exemple à 12 %). Si, à la quatrième semaine, l’augmentation est de 4 % ou moins, les marchés pourraient voir cela comme une tendance à l’amélioration et les cours grimperaient peut-être.

Il en va de même de la vitesse à laquelle la COVID-19 se propage. Le nombre de nouveaux cas augmente mais, à l’instar des données sur le nombre de demandes de prestations d’assurance-chômage, la propagation ralentit.1

Chaque fois que les investisseurs me posent cette question, je leur rappelle que le marché n’attend pas nécessairement qu’ils soient convaincus que les choses vont finalement « bien aller ». Il va réagir dès qu’il verra une amélioration, même si les nouvelles sont encore « mauvaises ».

 

Q : Comment pensez-vous que les gouvernements vont éponger la dette contractée pendant la lutte contre le virus? Les contribuables et ceux qui en ont les moyens ne devraient-ils pas payer? Quels sont les effets à long terme de l’alourdissement continuel du bilan de la Réserve fédérale américaine?

R : Il y a encore beaucoup de confusion et de conflits à savoir si la dette publique est bonne ou mauvaise. D’un point de vue historique, la dette fédérale américaine augmente régulièrement depuis la fondation du pays. Loin d’être un frein à la croissance, tout au long du XXe  siècle, les États-Unis ont été beaucoup plus prospères, même si leur dette a augmenté de façon spectaculaire.2

Cette prospérité a contribué au service et à la viabilité de la dette américaine; le gouvernement peut emprunter davantage parce que le pays dans son ensemble est prospère. Cette capacité à accéder aux marchés financiers offre aux États-Unis une marge de manœuvre budgétaire inégalée et nécessaire pour relever le défi auquel le pays est confronté aujourd’hui.

La dette accumulée depuis l’éclosion de la COVID-19 semble stupéfiante;  la loi Coronavirus, Aid, Relief and Economic Security (CARES) a coûté, à elle seule, 2,4 mille milliards $US, ce qui est plus que le coût de la sécurité sociale, des dépenses en défense et des dépenses discrétionnaires réunies pour l’exercice 2019. La dette fédérale devrait atteindre 122 % du produit intérieur brut. 3

Bien qu’elle soit élevée par rapport à la moyenne historique, elle n’est que légèrement supérieure au sommet de 119 % du PIB atteint pendant la Seconde Guerre mondiale. La croissance enregistrée au cours des décennies qui ont suivi a allégé ce fardeau et je pense que ce sera encore le cas.3

L’histoire nous a appris que l’augmentation de la dette n’a fait qu’accentuer la demande de bons du Trésor américain. La dette publique et les dépenses ont augmenté régulièrement au cours des 30 dernières années, mais les taux d’intérêt ont chuté de façon spectaculaire. L’attractivité de la dette américaine est restée élevée, car c’est le marché le plus vaste et le plus liquide du monde avec plus de 20 mille milliards $US.4

 

 

 

Autres blogues de Brian Levitt

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier
13 mars 2020

Le coronavirus perturbe nos perspectives pour l’année 2020. Mais peut-être pas pour longtemps.
3 mars 2020

Quelle incidence la mort de Qassim Suleimani aura-t-elle sur les marchés?
7 janvier 2020

La tourmente présidentielle n’a pas provoqué un repli boursier prolongé
10 octobre 2019

Il est temps de troquer l’incertitude contre la stabilité
30 août 2019

Les marchés financiers ne sont pas des mammouths laineux : Fuir la peur pourrait nuire au rendement
24 juillet 2019

Le cycle économique américain fracasse un record. Qu’est-ce que l’avenir nous réserve?
5 juillet 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Sources : Bloomberg News et Johns Hopkins, 7 mai 2020.

2 Sources : American Farm Bureau Federation, Congressional Budget Office, The Economist, Federal Deposit Insurance
Corporation, Investopedia, PBS, Bureau américain de la statistique du travail, U.S. Census Bureau, département américain du Commerce, Bureau of Economic Analysis, Trésor américain et GOOD Worldwide, 31 mars 2020.

3 Sources : Réserve fédérale de St. Louis et Whitehouse.gov, 31 mars 2020.

4 Source : Bloomberg, 30 avril 2020.

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent d’Invesco et sont exprimées en dollars américains.

La loi Coronavirus, Aid, Relief and Economic Security (CARES) a été promulguée le 27 mars 2020 pour fournir une aide économique directe aux familles, aux petites entreprises et aux travailleurs américains et préserver les emplois de nos industries américaines.

Les valeurs refuges sont des placements dont la valeur est susceptible de se maintenir ou même d’augmenter en périodes de volatilité des marchés.

Le terme hyperinflation désigne une dévaluation rapide et souvent incontrôlable de la devise qui entraîne une hausse spectaculaire des prix des biens et des services en un court laps de temps. Il n’y a pas de taux d’hyperinflation défini, mais ce terme est souvent utilisé pour décrire un taux d’inflation supérieur à 50 % par année.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 2 juin 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.