Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 20 janvier 2022

Omicron et la Réserve fédérale américaine ont-ils changé nos perspectives pour 2022?

L’année vient à peine de commencer et la propagation d’Omicron se poursuit; de plus, la Réserve fédérale américaine (Fed) a adopté une position belliciste. Est-ce que cela va changer nos perspectives pour 2022? Pas de façon radicale, mais la situation nous oblige à les revoir.

L’élaboration des perspectives annuelles est un exercice important pour Invesco. Nous amorçons le processus au début de septembre : nous rassemblons une partie de nos conseillers en placements et leaders d’opinion les plus chevronnés qui représentent différentes régions et catégories d’actifs afin d’entreprendre un processus qui comporte plusieurs étapes.

D’abord, nous établissons des prévisions de produit intérieur brut et d’inflation compte tenu d’une variété d’intrants. Nous prenons également en considération les politiques budgétaire et monétaire de divers pays et régions pour nous aider à nous faire une tête. Nous déterminons ensuite où nous nous situons dans le cycle économique, afin de savoir quelles catégories d’actifs privilégier. Pour continuer de couvrir l’étendue des scénarios possibles dans la conjoncture actuelle, nous vous proposons non seulement un scénario de base, que nous considérons comme étant le plus probable, mais aussi deux autres scénarios possibles de risques extrêmes et nous envisageons les retombées de chacun de ces scénarios sur les placements.

Lorsque nous avons publié les Perspectives de placement pour 2022 au début de décembre, nous avons émis une mise en garde à savoir que nos points de vue remontaient à avant l’émergence du variant Omicron et qu’il était possible que la Fed procède à un retrait graduel accéléré des achats d’actifs. Nous étions conscients qu’il faudrait probablement revoir nos perspectives si un événement assez significatif pour modifier le paysage macroéconomique et les rendements des placements devait survenir. Ainsi, nous nous sommes récemment réunis de nouveau pour évaluer l’impact de la propagation du variant Omicron et la volte-face belliciste de la Fed.

Les perspectives ont-elles changé?

Résultat : nos perspectives demeurent en grande partie intactes, mis à part quelques exceptions dignes de mention :

  • Nous croyons qu’Omicron va nuire à la croissance au premier trimestre, mais que le retard sera rattrapé plus tard dans l’année, probablement dès le deuxième trimestre, vu la vitesse à laquelle Omicron évolue.
  • Nous sommes également d’avis qu’un plus grand resserrement de la politique monétaire est probable, compte tenu de la volte-face belliciste de la Fed. Cependant, nous ne pensons pas le resserrement sera radical au point de mettre fin au cycle économique; nous nous attendons encore à une décélération pausée de la croissance aux États-Unis et dans les autre pays industrialisés qui ont décidé d’abolir les mesures de relance budgétaire et monétaire. Il y a toujours le risque d’une erreur de politique, mais cela ne fait pas partie de notre scénario de base.
  • De plus, en raison d’Omicron, nous nous attendons à d’autres perturbations des chaînes d’approvisionnement vu que la Chine effectue des fermetures ciblées dans le cadre de sa stratégie visant zéro cas de COVID. Cela risque de nuire à la croissance de la Chine, mais ne devrait la faire dérailler. De plus, cela va probablement exacerber les pressions inflationnistes, si bien que l’inflation pourrait demeurer élevée pendant un peu plus longtemps que prévu et que le sommet risque d’être atteint plus tard qu’au milieu de l’année, comme nous l’avions anticipé dans nos perspectives.
  • Omicron a aussi augmenté la possibilité d’un scénario de risque extrême de type « inflation persistante » que nous avons abordée dans nos perspectives, car il pourrait exacerber l’inflation. Cependant, ce n’est pas notre scénario de base.

Cela aura-t-il un impact sur nos perspectives à l’égard des catégories d’actifs?

Les deux catégories d’actifs de prédilection de notre scénario de base qui pourraient être touchées par la propagation d’Omicron et la position plus belliciste de la Fed sont les titres des marchés émergents et les actions à plus longue durée. Cela étant dit, nous continuons de privilégier ces deux catégories d’actifs :

  • Titres des marchés émergents. Comme Omicron a très peu altéré nos prévisions de croissance pour 2022, nous privilégions toujours cette catégorie d’actifs. Nous sommes d’avis qu’Omicron pourrait retarder quelque peu la réaccélération de la croissance des marchés émergents, mais celle-ci pourrait en fait être plus costaude grâce à l’immunité qu’Omicron pourrait apporter. Nous persistons à croire que le dollar américain va évoluer de façon relativement neutre, ce qui justifie également notre préférence pour les marchés émergents. J’émets également la mise en garde que beaucoup de facteurs particuliers ont été des vecteurs de rendement des marchés émergents en 2021 et que ce sera probablement encore le cas en 2022. Nous vous reviendrons avec des perspectives plus précises sur différents aspects des marchés émergents.
  • Actions à plus longue durée. Dans nos perspectives, nous vous avions dit que nous nous attendons à ce que les taux à longue échéance demeurent stables ou baissent légèrement. Après un débat animé, nous réitérons nos perspectives. Nous nous attendons à des pressions soutenues qui pourraient faire grimper les taux à courte et moyenne échéances, par contre, nous croyons que les taux à longue échéance vont demeurer stables ou fléchir quelque peu, ce qui privilégierait probablement les actions à plus longue durée. Cela tient au fait qu’en gros, les perspectives de croissance demeurent inchangées, mis à part un changement des titres qui vont contribuer à la croissance entre le premier et le deuxième trimestre. Nous sommes conscients qu’un autre scénario pourrait se produire dans lequel les taux à long terme augmenteraient, point de vue de l’équipe d’Invesco Fixed Income, ce qui nous obligerait à modifier nos perspectives en ce qui a trait à l’échéance des titres. Par conséquent, nous émettons une mise en garde, à savoir que nos perspectives pourraient changer lorsque nous nous réunirons pour délibérer sur nos perspectives de mi-année. Si nous jugeons qu’il pourrait y avoir une réaccélération de la croissance (comme ce fut le cas en 2005 et 2010), nos perspectives sur l’orientation des taux et, par conséquent, sur l’échéance des titres, vont probablement changer.

Conclusion

Malgré l’impact du variant Omicron, notre hypothèse clé tient encore la route : nous nous attendons à une convergence des rendements de toutes les catégories d’actifs car la croissance économique se rapproche de la tendance des taux de croissance. Comme nous l’avons écrit en décembre, tout est en place pour que 2022 soit une année de transition.

Autres blogues de Kristina Hooper

La Réserve fédérale américaine procède à un resserrement plus marqué pour effectuer un « atterrissage en douceur »
16 juin 2022

Les marchés concluent que la Réserve fédérale américaine a besoin d’un « plus gros bateau »
14 juin 2022

L’économie mondiale : Supermalade ou super étrange?
7 juin 2022

Une reprise boursière pourrait-elle durer?
2 juin 2022

Observations d’ours : ce que les marchés baissiers pourraient signifier pour les investisseurs
25 mai 2022

Est-ce que tout se déroule comme prévu?
18 mai 2022

Les marchés peinent à s’adapter à l’incertitude entourant la Fed
10 mai 2022

À la recherche d’un « verre à moitié plein » après des mois difficiles sur les marchés
4 mai 2022

La croissance mondiale, les élections françaises et la Réserve fédérale américaine
27 avril 2022

FAQ sur les marchés : inflation, politique monétaire, bénéfices et plus encore
21 avril 2022

Les « bonnes nouvelles » que je vois sur les marchés aujourd’hui
13 avril 2022

Indicateurs clés à surveiller en avril
12 avril 2022

FAQ sur les marchés : la courbe des taux, l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et plus encore
7 avril 2022

La Fed ne mâche pas ses mots, mais passera-t-elle de la parole aux actes?
23 mars 2022

Une hausse de taux de la Réserve fédérale américaine et quoi ensuite
16 mars 2022

La crise russo-ukrainienne : les questions que les investisseurs se posent sur le pétrole, les risques de récession, etc.
8 mars 2022

Évaluation de l’impact des sanctions économiques imposées à la Russie
1 mars 2022

Répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et les catégories d’actifs
23 février 2022

L’inflation et la géopolitique augmentent la pression sur les marchés
15 février 2022

L’Europe fait écho au durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine
9 février 2022

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA 1994689

Image d’en-tête : d3sign / Getty

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un professionnel financier avant de prendre des décisions de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

Les titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et aux retombées des fluctuations de taux d’intérêt. De manière générale, les cours des obligations baissent lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce que l’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut être incapable de rembourser les intérêts ou le capital de ses emprunts, ou les deux, ce qui fait chuter la valeur de ses titres de créance et abaisse sa note de crédit.
Le produit intérieur brut est un indicateur généralisé de l’activité économique d’une région qui mesure la valeur monétaire de tous les produits finis et services produits dans cette région au cours d’une période donnée.

Le retrait graduel des mesures de relance désigne la diminution progressive des activités de la banque centrale visant à contrer une piètre conjoncture économique.
La duration est une mesure de la sensibilité du cours (valeur du capital) d’un titre à revenu fixe à la fluctuation des taux d’intérêt, exprimée en années.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 18 janvier 2022. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de ces estimations.