Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Jason Whiting | 23 septembre 2015

Pourquoi le prix du pétrole ne me préoccupe pas

Vous vous inquiétez du prix du pétrole? Selon moi, c’est sans importance.

Pensez-y bien : Que le prix du baril de pétrole soit de 100 $ avec des coûts de 80 $ ou de 60 $ avec des coûts de 40 $, la situation est la même puisque le producteur fait quand même un profit de 20 $ le baril. J’estime que l’industrie trouve toujours un moyen de s’en sortir : le prix du pétrole pourrait augmenter, les coûts pourraient chuter ou une combinaison des deux pourrait se produire.

Au fil du temps, les compagnies pétrolières, les compagnies gazières et les entreprises qui offrent des services à l’industrie doivent faire des profits. À l’heure actuelle, presqu’aucune société n’obtient des rendements adéquats et bon nombre d’entre elles perdent de l’argent. Cette situation est insoutenable, mais l’industrie trouvera une solution.

J’avais essentiellement la même opinion au sujet des marchés en 2008 et 2009. À cette époque, toutes les sociétés financières étaient à risque et l’économie mondiale semblait être vouée à l’échec, mais on sait maintenant comment cela s’est terminé. La période d’ajustement est difficile, mais les choses finissent toujours par s’arranger. Les banques, les fabricants d’automobiles et les fabricants de produits de luxe existent toujours même si bon nombre d’investisseurs croyaient qu’ils allaient déclarer faillite au début de 2009. À l’avenir, les sociétés pétrolières, les sociétés gazières et les entreprises qui offrent des services à cette industrie existeront toujours. C’est dans cet esprit que je vais vous faire part de la façon dont j’investis dans les titres énergétiques à l’heure actuelle.

Je crois que le gaz naturel constitue un exemple intéressant. En effet, il se vendait au-dessus de 13 $ le milliard de BTU au milieu de 2008, a chuté entre 4 $ et 5 $ en 2010 et se situait sous la barre des 4 $ à la fin de 2011. À ce moment-là, je me suis intéressé au gaz naturel puisque beaucoup d’investisseurs étaient craintifs à propos du secteur. J’ai interrogé mon collègue Norman MacDonald sur ses deux ou trois sociétés à petite capitalisation préférées dans l’industrie du gaz naturel. Après avoir effectué mes propres recherches, je me suis arrêté sur Advantage Oil & Gas (AAV)*, qui, malgré ce que son nom dit, met 100 % l’accent sur le gaz. Le graphique ci-dessous illustre le cours de l’action d’AAV depuis que j’ai commencé à y investir et le prix du gaz naturel. (Sources : Bloomberg et Invesco Canada.)
Remarque : Les achats importants effectués à la fin 2014 ont été causés par un influx de fonds et n’étaient pas liés à mes perspectives sur AAV à ce moment.

La vaste majorité de ma position dans AAV (pondération de 6,90 % dans le Fonds de petites sociétés canadiennes Trimark, série A, au 31 août 2015) a été acquise à un prix de 3,30 $ lorsque le prix du gaz était de 3 $. Comme vous pouvez l’observer, le gaz naturel était essentiellement en baisse au cours de la période. Toutefois, AAV a progressé de manière importante. (Sources : Bloomberg et Invesco Canada.)

Invesco Canada and Bloomberg

Sources : Invesco Canada et Bloomberg, au 31 juillet 2015.

Selon moi, cela démontre de quelle façon les placements ascendants fonctionnent à long terme. Les fluctuations du cours du gaz naturel à court terme ont eu une incidence sur le cours d’AAV, mais, à long terme, les caractéristiques fondamentales de la société sont plus importantes que le prix de la matière première. Malgré que le cours du gaz naturel se situe au-dessous de 3 $, AAV fait des profits. En travaillant avec Norm, j’ai été en mesure de dénicher une société qui compte sur une excellente base d’actifs. Au fil du temps, le programme de forage d’AAV a fait la preuve de la valeur de cet actif et le marché l’a remarqué.

Je continuerai d’utiliser la même méthode dans cette industrie : Acheter des sociétés énergétiques d’une manière ascendante lorsque je comprends bien de quelle façon ces entreprises peuvent sortir gagnantes. Cela a fonctionné dans le cas d’AAV, lors de la crise financière de 2008 et 2009 et je crois que cela fonctionnera pour le secteur de l’énergie.

Si vous avez des commentaires ou des questions, n’hésitez pas à m’en faire part dans la section des commentaires ci-dessous.

* La société mentionnée a été sélectionnée à titre d’illustration seulement et ce choix ne vise pas à prodiguer un conseil spécifique en matière de placement.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.